Une 5 ou une 4

Forum associé : Exercice professionnel

Avatar_small

vernal

17/11/2020 à 11:37

pour Gai Luron :
Pierre Tallec. Un breton. Il m'a dit que mon grand père le gardait quand il était jeune dans un pays autour de Cast, proche de Locronan ou de Chateaulin, où on ne parlait français qu'à l'école communal. après avoir passé le certificat d'étude, Pierre Tallec s'était dirigé vers l'école des mousse du Dourdy. Mon grand oncle, ancien décédé de Mers El Kebbir, avait repéré ses dons de dessins et de sculpture. Il avait un ami qui était enseignant dans une école de prothésisite parisienne. Il a donc dit à Pierre Tallec : " Tu n'as rien à faire ici, je t'envoie à Paris !" Dans cette école, les études duraient trois ans. Il a été nommé enseignant lors de sa deuxième année d'étude. Trois ans après, il était enseignant en école dentaire.
C'est là qu'il rencontre un autre breton, Guy Penne. Pierre Tallec permettra semble-t-il à Guy Penne de poursuivre parallèlement une carrière politique (UNEF puis PS) et surtout de devenir l'éminence grise de Mitterrand. Il est dit qu'un grade administratif, celui d'ITARF a été créé spécialement pour lui.

Comme enseignant, il m'a sidéré. Il avait cette autorité naturelle incroyable qui faisait que dans un amphi de 150 personnes, on entendait les mouches volées.
Donc en TP, il ne fallait pas se faire remarquer. Il m'a accueilli par mon nom et mon prénom. il m'a expliqué son histoire à la fin du TP en tête à tête. Du coup, j'allais le voir dès que je pouvais. Il passait un temps énorme pour préparer les TP. Il les préparait individualisé et connaissait très bien chacun de ses étudiants. Il reconnaissait à la troisième ou quatrième sculpture sur cire l'étudiant(e) à son style (je l'avais testé sur mon TP, il avait tout reconnu. Une sculpture, un nom y compris le mien avec mon style tellement féminin disait-il) La barre d'exigence pour chacun était fonction des capacités qu'il décelait de chacun. Il paraissait sévère, intransigeant, alors qu'il était incroyablement bienveillant. Il avait la réputation de faire redoubler. Il m'a dit que cela l’arrangeait, mais qu'il n'avait jamais fait redoubler personne. Pour lui, un redoublement était plus l'échec d'un enseignant que d'un étudiant. Évidemment, si un étudiant le prenait de haut, il savait se faire respecter. Mais tu as raison, Gai Luron, ils aimaient ses étudiants, même ceux qu'il ne l'aimait pas.
Ses démonstrations étaient incroyables. Sculpture d'une 24 échelle 5 dans le dos en moins d'une minute par exemple, et en 45 minutes tu ne faisais pas mieux.
Chaque fois que je fais du plâtre, je pense à sa façon de faire en un tour de spatule et pas de bulle. En 37 ans, je n'ai toujours pas réussi à refaire cela et j'essaye au moins une fois par semaine.
Donc même avec uniquement les racines une 4 n'est pas une 5, mais tout le monde n'a pas eu Tallec comme prof.

Avatar_small

Pangolin

17/11/2020 à 11:59

Moi aussi je l’ai bien connu. On se buvait un petit verre de pastis de temps à autre. On en a taillé des dents ensemble. Quelle époque ! Moi je taillais les dents en faisant le poirier main gauche main droite. Je taillais à l’aveugle avec un bandeau sur les yeux. Puis ensuite j’ai appris à tailler avec les pieds. Une fois on s’était enfilé un cubi de vin blanc, on s’est mis à tailler des dents, incisive canine prémolaire molaire le tout en 1m30 avec une main dans le dos pour compliquer l’histoire. C’est là que je lui ai appris à tailler les dents en jonglant : je taillais une dent 2 secondes, op je lui lançais le plâtre, lui pareil il taillait 2 secondes , il me renvoyait le plâtre etc etc etc . Faut dire qu’il avait un peu de mal à cet exercice, ça lui arrivait de faire tomber le plâtre au sol.

Clan_des_siciliens_jxa2lk

vulpi

17/11/2020 à 12:22

Pour faire briller la cire, il fallait la frotter avec un bas.

Images_uqnzgv

vulpi écrivait:
-----
> Pour faire briller la cire, il fallait la frotter avec un bas.

Oui mais sans la fille dedans.

Clan_des_siciliens_jxa2lk

vulpi

17/11/2020 à 12:57

ça dépend...

Images_uqnzgv

Oui mais ça dépasse.

Avatar_small

vernal

17/11/2020 à 13:23

Oui ! C'est vrai ! la cire était rouge .

Avatar_small

wind57

17/11/2020 à 15:31

Pangolin écrivait:
--------
> Moi aussi je l’ai bien connu. On se buvait un petit verre de pastis de temps à
> autre. On en a taillé des dents ensemble. Quelle époque ! Moi je taillais les
> dents en faisant le poirier main gauche main droite. Je taillais à l’aveugle
> avec un bandeau sur les yeux. Puis ensuite j’ai appris à tailler avec les pieds.
> Une fois on s’était enfilé un cubi de vin blanc, on s’est mis à tailler des
> dents, incisive canine prémolaire molaire le tout en 1m30 avec une main dans le
> dos pour compliquer l’histoire. C’est là que je lui ai appris à tailler les
> dents en jonglant : je taillais une dent 2 secondes, op je lui lançais le
> plâtre, lui pareil il taillait 2 secondes , il me renvoyait le plâtre etc etc
> etc . Faut dire qu’il avait un peu de mal à cet exercice, ça lui arrivait de
> faire tomber le plâtre au sol.
MDR t'es en forme pangolin

Avatar_small

Pangolin

17/11/2020 à 16:05

Je vais même vous dire une chose. Avec Tallec , une fois qu’on avait fini de tailler nos dents , on en profitait pour faire des canulars téléphoniques. Faut pas croire il avait l’air sérieux, mais c’était tout le contraire. On téléphonait au doyen, et on se mettait à l’insulter de tous les noms d’oiseaux, type « peau de couille vieille branlue ». Le Doyen il ne savait pas que c’était nous , on raccrochait et on remettait ça toutes les semaines . Qu’est-ce qu’on se marrait bien à l’époque !

Avatar_small

vernal

17/11/2020 à 18:11

Excusez moi, Pangolin.
J'ai eu une remontée de nostalgie. Certains vioques, comme vous le dites si élégamment, ont quelques fois ce problème. Heureusement que des jeunes interviennent pour nous remettre en place, nous les ridés, les décatis, les préalzheimers.
Et je me dis que moi aussi j'ai été jeune et que moi aussi je me moquais des anciens avec toutes mes certitudes ridicules, irrespectueuses et macrocéphaliques. Cela faisait rire les jeunes de mon âge. Nous savions à cette époque renverser les ordres établis de vieux pleins de certitudes ridicules et macrocéphaliques.
Zut ! Encore une autre montée de nostalgie ! Excusez-moi encore, cher ami !

PS : C'était une autre époque. Pour téléphoner, il fallait être chez soi et encore tous les chez soi n'avaient pas le téléphone. Chez moi, il n'est apparu que pour mes 14 ans. Autrement, il y avait les cabines téléphoniques (une cabine avec un téléphone dedans qui devait être encore à pièce à l'époque avant que les cartes à puce n'apparaissent)
Je n'ai jamais taillé de plâtre en anatomie dentaire. De la cire ou de la bakélite.
Deux types de bretons : ceux qui boivent et ceux qui réussissent.

Images_uqnzgv

vernal écrivait:
------

> J'ai eu une remontée de nostalgie....
> Zut ! Encore une autre montée de nostalgie !

T'inquiète pas, tant que t'as pas de montée de lait, tout va bien.

Avatar_small

Pangolin

17/11/2020 à 18:47

Je m’en souviens très bien vernal, je m’entraînais à faire mes sculptures en regardant à la télé 5 colonnes à la une. À l’époque c’était en noir et blanc.

Avatar_small

vernal

17/11/2020 à 18:59

A l'époque de 5 colonnes à la une, l'odontologie n'était pas encore universitaire. Cela voudrait dire aussi plus 50 ans de carrière. Impressionnant !
C'est bien, Pangolin ! Vous avez de la culture !

Clan_des_siciliens_jxa2lk

vulpi

17/11/2020 à 19:15

Ce devait être à la Tour d'Auvergne à l'époque de cinq colonnes, école privée 3 ans d'études.

Avatar_small

Pangolin

17/11/2020 à 20:05

J’ai même eu Gai-luron comme élève. Je lui ai appris les empreintes avec les bagues de cuivre. D’ailleurs je m’en souviens très bien, c’était un élève sournois et peu discipliné :)

Avatar_small

vernal

17/11/2020 à 20:25

Purée ! Les empreintes à la bague de cuivre, quelle galère !