Centre dentaire à l’hôpital et covid19

Forum associé : COVID-19

Avatar_small

poignée de porte

06/05/2020 à 20:11

Ça va être sympa à gérer la transmission du virus dans les hôpitaux....
Un patient malade et tout le monde est contaminé dans les heures qui suivent .
Vont-ils avoir l’autorisation de pratiquer à la rentrée !?
Si ils les laissent bosser sans plafond et sans porte , ça va être l’hécatombe

Utoukuflceepxcy4shfn
Unicorn-poop-e1560206361411_hocl0a

Prunelles

06/05/2020 à 20:46

Ah les vieux souvenirs... 7ans déjà... une formation d’excellence !

Clan_des_siciliens_jxa2lk

vulpi

06/05/2020 à 20:59

Pas pire qu'un salon de coiffure avec sèche cheveux 😁
St Raoult priez pour nous.

Avatar_small

poignée de porte

06/05/2020 à 21:17

Sauf que dans un salon de coiffure tout le monde peut garder son masque , hormis peut-être au moment où on te lave les cheveux.
Autant dans les cabinets de ville, l’air va être traité par filtres HEPA ou UV ou ozone ou ce que vous voulez , les surfaces seront décontaminées, et surtout il y aura qu’un patient dans la même zone. Donc on limite la casse.
Là si ils laissent pratiquer dans de telles conditions, ça devient grave. D’autant plus que ce sont souvent des patients sans ressources ou avec des ordonnances longues comme mon bras, c’est très très très très limite.
Vulpi tu te laisserais soigner dans ces conditions par un prof par exemple. Même si le praticien est le plus compétent dans sa discipline, jamais de la vie je n’oserais me faire soigner en sachant que des aérosols du box d’à côté peuvent atteindre mon visage.

Avatar_small

poignée de porte

06/05/2020 à 21:48

Et encore imaginons qu’ils mettent des portes et des plafonds. Comment vont-ils pouvoir aérer ? Ou traiter l’air ? Avec des purificateurs à 500 euros minimum ? Des UV à 2500 euros? Ozone impensable. Des tablettes en Plexiglass ? Je ne vois pas comment ils peuvent soigner dans de bonnes conditions.

Rape_p0as4f

rapelapente

07/05/2020 à 08:55

C'est fini l'épidémie.
On réouvre le 25.
Avec clim et picétou.
Dans notre département, il n'y a eu que 120 malades, 1 décès (89 ans). Presque tous sont considérés guéris.
Et on n'est pas près de revoir un confinement, au prix que ça coûte...

--
Schooner For Ever

Unicorn-poop-e1560206361411_hocl0a

Prunelles

07/05/2020 à 09:03

Et tu crois qu’à la fin de l’épidémie on pourra s’abstenir d’aérer nos salles de soin ?

Avatar_small

poignée de porte

07/05/2020 à 09:40

rapelapente écrivait:
-----------
> C'est fini l'épidémie.
> On réouvre le 25.
> Avec clim et picétou.
> Dans notre département, il n'y a eu que 120 malades, 1 décès (89 ans). Presque
> tous sont considérés guéris.
> Et on n'est pas près de revoir un confinement, au prix que ça coûte...

Sauf qu’ il y aura « un fond circulant » de gens qui auront le coronavirus et qui seront en pleine nature. Que ce soit en été ou en hiver. Les fameux asymptomatiques ou ceux qui auront des signes mineurs pourront très bien se pointer pour se faire soigner.
Surtout qu’au bout d’un moment ils vont réouvrir tous les vols à l’international, il y aura aussi des cas importés, en plus des cas nationaux.
Alors effectivement pour les départements avec peu de gens au km2 , là il y aura sans doute toujours peu de cas . Mais dans les grandes villes ou Paris , faut pas rêver il y aura toujours des cas.

Avatar_small

ramusque

07/05/2020 à 09:43

logiquement les centres ne devraient pas bosser dans ces conditions

Avatar_small

Gabzou

07/05/2020 à 17:03

Faut vraiment arrêter les délires à la filtration d'air ou aux UV, il y a de grands malades avec çà, on stoppe la parano, on aère un peu le cab et voila. Ci dessous un petit extrait France Culture pour faire le tri entre gouttelettes, aérosol et "persistance pendant 3 heures".

Je rejoins l'avis réaliste de rapelapente, on va rouvrir et puis c'est tout. Par contre çà ne va probablement pas être tout de suite pour certaines facs. A Strasbourg pour l'instant pas de signe de retour des étudiants, c'est l'incertitude complète, çà dépendra de la situation de l’hôpital et de l'université.

Citation analyse france culture:
"Reste la question majeure des aérosols. Le SARS-CoV2 est-il « aéroporté » ? Précisons d'abord que ce qu'on appelle « aérosol », ce sont des particules ultra fines, inférieures à 5 microns, tandis que les gouttelettes – reconnues comme la voie majeure de transmission, sont des particules plus grosses, supérieures à 5 microns, donc plus lourdes, qui restent moins longtemps en suspension.

Lorsque l'on parle d'une persistance du virus dans l'air de 3 heures, il est donc bien question d'une persistance en aérosols. A cette question, les réponses sont contrastées. Il faut préciser, dans un premier temps, qu'à peu près toutes les maladies respiratoires, comme la grippe ou la tuberculose, sont des maladies « aéroportées », et que les résultats publiés sont, une fois de plus, le fruit d'expériences en laboratoire donc assez éloignées des conditions réelles de l'environnement immédiat d'une personne infectée.

Ceci étant dit, il faut tordre le cou au fantasme selon lequel il serait possible d'attraper le Covid-19 simplement en se promenant à l'extérieur, pour une question de simple bon sens : quand bien même le SARS-CoV2 serait aéroporté, la charge virale disséminée dans l'air ambiant serait tellement infinitésimale qu'elle ne pourrait être, en aucun cas, contaminante. La question de la transmission par aérosols se pose, une fois de plus et avant tout, pour le personnel soignant, qui se trouve en contact proche et prolongé des malades, d'où la nécessité absolue de porter des masques respiratoires spéciaux, les masques FFP2, qui filtrent les plus petites particules de l'air ambiant.

Pour le reste, la majorité des chercheurs estime aujourd'hui que les voies de contamination principales restent les gouttelettes et les mains."