Centre low cost ortho sanctions

Avatar_small

clem12345

18/04/2020 à 01:13

Bonjour,

J'ai remarqué que beaucoup de centres low cost apparaissent dans "orthodontiste" sur pages jaunes et autres annuaires. Certains faisant uniquement de l'orthodontie, "Vivortho" notamment. Sans forcément avoir de SQODF dans l'équipe lors de la création (comme une SELARL ortho-omni) .
Est-ce que les dentistes qui ont fait ces centres peuvent être poursuivis par l'ordre pour non respect du code déontologie ?

J'ai lu qu'il y a énormément de sanctions contre les omni faisant de l'orthodontie exclusivement qui osent écrire "orthodontie" sur leurs sites web..
deux poids deux mesures?

(Je ne suis pas pour les sanctions, ma question est uniquement pour mieux comprendre la législation.
J'imagine que la population soignée dans ces centres ne fait pas envier les orthodontistes, niveaux tarifs CMU ;))

Avatar_small

clem12345

18/04/2020 à 10:07

Pareil pour Dentego qui apparait dans catégorie Orthodontie sur les pages jaunes.(dentego qu'on peut assimiler à un cabinet de groupe ok, mais dans un ""cabinet de groupe ""((dans le sens omni et de l'ortho) ) si un ortho non spé joue sur les mots "orthodontie" sur pages jaunes ou doctolib, il risque gros).
Un dentiste qui créer ce genre de centre peut-il être pénalisé par l'Ordre des dentistes? Et ceux travaillant dedans pour non respect du code Déontologique?
Qu'en pensez vous ?

Avatar_small

doagui

18/04/2020 à 10:08

Une fois de plus les clichés sur les centres et leur patientele sont faux. J'ai bossé en ortho dans 2 centres avant de m'installer, et dans l'un des 2 la patientele etait de haut standing avec des tarifs TRÈS nettement superieurs aux miens aujourd'hui en cabinet pour certaines prestations (lingual ou Invisa).

Les centres ont évolué et visent à présent toutes les parts de marché.

Pour en revenir à la question oui les praticiens peuvent être poursuivis, car la publicité leur bénéficie directement.

Avatar_small

colza2

18/04/2020 à 10:37

beaucoup de centres ont surfé sur l'associatif pour créer des trucs grand standing , le tout-venant ce n'est pas la cible.
vivortho sont des spécialistes des écarts, voir leur instagram, FB etc.....

Avatar_small

clem12345

18/04/2020 à 11:25

Ah oui ? Je pensais que c'était 60-70% de CMU
Mais sans parler de la publicité
Admettons qu'un non spé qui créer un centre associatif Loi 1901, qu'il appelle "Orthofree" ou autre, il peut donc inscrire son centre sur pages jaunes.

Légalement je me demande si l'ordre peut le sanctionner pour ce fait, car il n'est pas spécialiste, ni aucun de ses employés..

Avatar_small

Gabzou

18/04/2020 à 11:53

A ce que je sache (mais je peux me tromper), ce sont uniquement les termes "orthodontiste" ou "Spécialiste qualifié en ODF" et leurs variantes qui peuvent mener à poursuites. De même qu'un listing dans les pages jaunes comme orthodontiste.
Un omnipraticien a le droit de faire de l'orthodontie (en exclusif s'il le souhaite) et peut afficher un message du genre "Chirurgien dentiste pratiquant l'orthodontie". Lister sur son site web dans sa liste de compétences "orthodontie" n'est pas répréhensible.
Dès qu'il y a au moins un praticien spé ortho dans un centre, je pense que celui ci peut se lister dans orthodontiste sur l'annuaire sans risque pour les autres praticiens. Par contre si aucun praticien n'est spé, alors il serait logique qu'on puisse les poursuivre.

Si je me trompe merci de me corriger.

Egon_schielee.autoportrait_xx83du

atrax

18/04/2020 à 18:37

Petite anecdote d'une dentiste grecque qui travaillait dans un centre, et qui après quelques jours de formations je ne sais où; etait considéré comme l'orthodontiste du cabinet. De même pour les patients.
C'est mensonger; dangereux et non éthique.