L’avenir de la dentisterie libérale

69_xtb5lc

barbabapat

08/02/2020 à 11:45
Avatar_small

amelion1

12/02/2020 à 13:03

cyber ratiches écrivait:
--------------

> L’avenir de la dentisterie libérale... Ben c’est mort pour 90% des cabinets
> libéraux si les gouvernements persistent dans leur orientation.

Si tu ouvres n'importe quel livre de sociologie ou d'économie, tu constateras que ce n'est pas une affaire gouvernementale, mais c'est une mutation de la socio, des habitudes, de la technicité, etc..
On n'y peut rien, on change.
Nos métiers ont changé, nos habitudes aussi, nos patients aussi, les métiers de nos patients aussi. Il faut donc s'adapter.
Autrefois, le libéralisme était un exercice individuel. Le libéralisme peut parfaitement fonctionner... si l'individualisme disparait lentement, et c'est en cours, comme partout en Europe : si tu travailles seul, tu payes les charges de fonctionnement seul. Il vaut mieux être à plusieurs.
Il faut s'allier, soit en centres de santé avec du salariat obligatoire, soit en associations d'indépendants "libéraux" qui acceptent les règlements internes de l'association, basés sur le temps de travail et le partage des ressources.

69_xtb5lc

barbabapat

12/02/2020 à 13:39

amelion1 écrivait:
--------
> si tu travailles seul, tu payes les charges de
> fonctionnement seul. Il vaut mieux être à plusieurs.
> Il faut s'allier, soit en centres de santé avec du salariat obligatoire, soit en
> associations d'indépendants "libéraux" qui acceptent les règlements internes de
> l'association, basés sur le temps de travail et le partage des ressources.

C'est amusant car lorsque l'on regarde au niveau des Mspt, les associations de professionnels de santé à ce niveau ne font pas baisser les charges et ont souvent des coûts de fonctionnement supérieur de 20% à un cabinet en libéral seul.

Quant aux centres de santés, ils sont tellement plus rentable au niveau des charges de fonctionnement qu'il faut les subventionner pour équilibrer les comptes par différents jeux de subventions directes ou non.

Enfin, quand on regarde la dernière génération de centres associatifs, l'associations des professionnels de santé se fait dans le but d'exclure les actes "non rentables" en allant sur des structures totalement implantaires où l'activité implantaire réalisé n'a pas pour but de subventionner des actes réalisés à perte.

Le gros problème avec les politiques aujourd'hui, c'est que l'on a pas besoins de personnes qui sont compétentes puisque ils se foutent de la réalité. Mais de vendeurs de voitures capable de vendre à un client un véhicule qui ne correspond ni à ses besoins, ni a ses capacités de financement. On a des politiques qui vivent dans leur bulle idéologiques et qui n’acceptent pas la réalité.

Hok-1b_hgd3rj

Hokusai

12/02/2020 à 13:54

Oui mais c'est le camp des gentils...