Loisir : lectures d'intellos

Forum associé : Eugénologie

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

08/02/2019 à 18:49

amelion1 écrivait:
--------
> Je reviens vers les "Lumières"... et les anti, en prenant un bouquin dont on a
> parlé ailleurs.
>
> Jean Claude MICHEA : le complexe d'Orphée, (climat, 20€). il date de 2011.
> C'est un mélange de philo, de socio, avec une très forte motivation politique...
> une étude défavorable de la gauche d'aujourd'hui, combinée avec une énorme
> critique de la droite. Il est de gauche... !!! et ???
>
> Chacun son avis. Le mien est plutôt bizarre. Si les analyses sont très
> documentées et intéressantes, les conclusions qu'il en fait sont parfois
> délirantes !
> C'est étonnant : analyses pertinentes... et raisonnement politisé. J'ai la
> désagréable sensation qu'il cerne des vérités pour les utiliser dans une
> motivation personnelle.
>

Putain mais t'es vraiment un bouffon. Depuis des années on te dit que Michea part d'un postulat faux: il définit le libéralisme comme étant la situation actuelle du monde avec des Etats pesant 40 à 60% des PIB, et tu t'étonnes que tout ce qu'il raconte avec des raisonnement tombe sur des conclusions foireuses. quand la prémisse est fausse, tout le reste c'est du caca.
Bon, d'un autre côté toi aussi tu dis que nous sommes dans un monde libéral, et tu produis le même genre de propos et résultats.

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

08/02/2019 à 18:53

barbabapat écrivait:
---------
> >
> Les aléas climatiques sont avant tout naturels avant toute intervention humaine.
> Regarde la crue de 1901 de la seine. elle est tout à fait naturelle.L'homme s'en
> ait protégé mais cela emperchera pas le phénomène de se reproduire. De plus
> comme l'homme s'est crus à l'abris de ses protections, il a densifié les zones
> inondables.

Et les couillons croient que comme cela coûte plus cher c'est que c'est plus grave, que l'inondation est plus grosse, qu'il y en a plus souvent, que c'est la faute de l'homme si on est inondé.

> On a construit dans des zones inondables, au pied des volcans, en zone de risque
> incendie en évitant souvent de faire tomber les arbres autour des maisons pour
> vivre dans la nature.
> Enfin, les sécheresses et les famines n'ont pas attendus le réchauffement
> climatique pour tuer des hommes. On a même aujourd'hui moins de personnes qui en
> subissent les effets que par le passé avec comme pour l’Éthiopie dans les années
> 80 l'utilisation de la famine par le pouvoir en place pour exterminer ses
> opposants.

Rappelons quand même que le froid tue bien plus et bien plus certainement que le chaud, il n'y qu'à se rappeler "du petit âge glaciaire" européen et des famines généralisées durant cette période.

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

08/02/2019 à 19:11

amelion1 écrivait:
--------
> Ton propos frise l'irrationnel !
> Sans la moindre référence ?... Bof, si tu ne lis pas, tu ne trouveras pas de
> référence.
> Même l'administration américaine a sorti son truc. Mais, comme Trump ne sait
> lire que les photos, il dit qu'ils sont de mauvais scientifiques et qu'il ne les
> croit pas.
>

Pour notre sale et lâche menteur de service, encore un article qui rapelle que non, y a pas d'évolution des tornades aux USA depuis un siècle. L'administration américiane dirait le contraire??? Alors donne nous le lien où l'administraiton américaine le dit, on aimerait le voir.
Ce qui est dingue c'est qu'un mec comme Trump passe pour un homme sain et posé à côté d'un menteur comme toi.

https://sciencepost.fr/2018/12/etats-unis-le-nombre-de-violentes-tornades-a-un-niveau-historiquement-bas-en-2018/

Avatar_small

amelion1

09/02/2019 à 11:54

wakrap écrivait:
------

> quand la prémisse est fausse, tout le reste c'est du caca.

C'est l'intérêt du bouquin ! Les prémisses sont vraies, bien observées, bien relevées, ... et les conclusions qu'il en tire dérivent vers une croyance politique.
Donc, raisonnement sain et juste ! ... et conclusions idéologiques. C'est dommage !
Il est clair que tu dérives toi aussi vers des aprioris politiques : dès le départ, tu condamnes sans examiner ses observations et ses remarques très fines. Tu manques donc, comme lui, de la neutralité nécessaire pour regarder des faits.

Avatar_small

amelion1

12/02/2019 à 14:06

wakrap écrivait:

> > Ton propos frise l'irrationnel !
> > Sans la moindre référence ?...

National Climate Assessment", Il suffit de chercher...
En climatologie, je suis incompétent. Je ne suis que dentiste.
Donc, je me fie aux spécialistes. Il y a quasiment unanimité chez ces spécialistes, avec quelques nuances minimes.
Bien entendu, concernant ta compétence, j'ai des doutes. Pas de doute sur ta compétence dentaire, mais en climatologie, je suis navré de t'apprendre que tu frises le zéro, comme moi. Mais moi, je ne crois pas ceux qui racontent les fadaises dans les journaux, et je fouille chez les savants ou les spécialistes. Trump se méfie des savants, il préfère la bêtise qu'il comprend mieux.
Et je te précise que, dans notre langue, il y a une différence entre climatologie et météorologie. Faut pas les confondre. J'ai la vague impression que tu les mélanges.

https://www.msn.com/fr-ca/meteo/articles.../y...climatique...tornade/ar-BBNCabI

Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

12/02/2019 à 14:43

wakrap écrivait:
------

il définit le libéralisme comme étant la situation
> actuelle du monde avec des Etats pesant 40 à 60% des PIB, et tu t'étonnes que
> tout ce qu'il raconte avec des raisonnement tombe sur des conclusions foireuses.

c'est une sorte de libéralisme aussi. Du moins ça en a le nom.
C'est ce qu'on a trouvé pour contrer les cocos et ça plutôt bien marché. C'est le libéralisme où on viens pleurer dans les jupes de l'état-maman au moindre bobo et où l'on tolère un capitalisme de connivence pour acheter de la stabilité.
Je sais toujours pas pourquoi on a appeler ça libéralisme.

69_xtb5lc

barbabapat

12/02/2019 à 15:03

amelion1 écrivait:
--------
>
> Et je te précise que, dans notre langue, il y a une différence entre
> climatologie et météorologie. Faut pas les confondre. J'ai la vague impression
> que tu les mélanges.

Le réchauffement climatiques est un événement futur qui n'est pas arrivé aujourd'hui et dans la mesure ou il arrivera (ce qui est une autre chose). Donc comment faire le lien avec un événement qui n'est pas arrivé avec des phénomènes que l'on observe aujourd'hui comme le fait Macron ou d'autre politiques français comme Canfin.


> https://www.msn.com/fr-ca/meteo/articles.../y...climatique...tornade/ar-BBNCabI

69_xtb5lc

barbabapat

12/02/2019 à 19:04

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

12/02/2019 à 19:43

lardonbis écrivait:
---------
> wakrap écrivait:
> ------

>
> c'est une sorte de libéralisme aussi. Du moins ça en a le nom.
> C'est ce qu'on a trouvé pour contrer les cocos et ça plutôt bien marché. C'est
> le libéralisme où on viens pleurer dans les jupes de l'état-maman au moindre
> bobo et où l'on tolère un capitalisme de connivence pour acheter de la
> stabilité.
> Je sais toujours pas pourquoi on a appeler ça libéralisme.

Tout simplement pour faire croire que le socialisme n'est pas la cause du mal. Cela s'appelle du socialisme de marché. Cela a plus ou moins marché sous Lenine avec la NEP, puis sous Hitler qui dirigeait toute l'économie comme Mussolini. Moins bien marché sous Franco ou Pinochet qui devant le carnage a appelé les économistes chiliens formés à Chicago pour redresser avec brio la cata que Allende et lui-même avaient foutu.

Pour tous ces gens, tout appartient à l'Etat, donc si une partie sort de son giron c'est du libéralisme qui est à l'oeuvre. Paradigme totalitaire partagé par ameli ou Michea.

Si tu crois en la liberté et aux droit de l'homme c'est un peu l'inverse de ce point de vue.

Avatar_small

amelion1

13/02/2019 à 23:25

wakrap écrivait:
------

Cela a plus ou moins marché sous Lenine
> avec la NEP, puis sous Hitler qui dirigeait toute l'économie comme Mussolini.
> Moins bien marché sous Franco ou Pinochet qui devant le carnage a appelé les
> économistes chiliens formés à Chicago pour redresser avec brio la cata que
> Allende et lui-même avaient foutu.

Sois plus prudent dans tes affirmations !
L'école de Chicago reposait sur le libéralisme économique de Friedman et s'opposait à l'école de Vienne, dont Hayek faisait partie (avant de rompre et de rejoindre Chicago par ricochet). Ces écoles étaient davantage des concurrents que de vrais opposants. Disons que celle de Vienne faisait plus de sociologie...

Parfois, même les plus grands économistes font des erreurs. Certains autres très bons économistes ont très sérieusement démonté ses prétentions excessives (et donc, les tiennes).
Ainsi, suite à la crise économique de 29 et certains aléas des traités suite à la guerre de 14/18, le Reich a appliqué la méthode que tu conseilles (libéralisme pur)... et devine qui a été élu ? Hitler a été nommé-élu après cette liberté donnée par le Reich, et ses conséquences ; et pas avant, mais à cause des emmerdements sociaux que cette liberté a causé ! C'est l'inconvénient quand on suit une méthode sans en mesurer les conséquences.
Et c'est pareil pour la crise de 2007. Quels sont les pays (innocents de cette grosse pagaille) qui ont le plus souffert ? Espagne, Irlande (très bénéficiaires avant) ... et qui n'étaient pas du tout dans le socialisme politique, ni dans le socialisme économique, mais dans la libre entreprise pure. La liberté économique a un coût ... qu'on paye après, et très cher.

Le paradigme totalitaire n'existe pas, il est dans ta vision !
Et le miracle économique n'existe pas non plus. Parfois, des solutions paraissent bonnes dans la théorie mathématique, mais leurs applications ont des conséquences sociologiques et politiques qu'on oublie.
Franchement, vérifie avant de causer !
Il est exact que l'école de Chicago a aidé directement Pinochet. Je dis bien : directement. Pinochet a pris le pouvoir par la force, et a instauré sa dictature meurtrière, et a détruit tout. Après, il fallait refaire tout. On pourra toujours discuter de philosophie, mais ont ils aidé un dictateur ou son peuple ? A mon avis, il faut choisir... Je préfère le cirque d'Allende (à démontrer, je ne connais pas) au massacre de Pinochet.

Je te cite une phrase de Stiglitz, qui n'est pas connu comme socialiste (!): "la vision d'Hayek, qui stipule que le marché fonctionne parfaitement seul et s'autorégule, était fausse".

Quand on oublie les conséquences, on avale n'importe quoi.
L'autorégulation libertaire, c'est le cirque qui prend le pouvoir. C'est un idéal, et pas une réalité. On verra, dans quelques siècles, si l'humanité prendra ses rêves pour la réalité.

Heu... je crois avoir dit que Michéa n'était pas mon favori, et en est loin.
Ce n'est pas grave, mais tu dois souffrir de pertes de mémoire. ça m'est arrivé, c'est passé. Mais faudrait que tu ailles chez un psychologue clinicien. Sur le moment, c'est raide (au point que l'ai qualifié de catholique pratiquant du XIXè siècle et de jésuite), mais il m'a bien remis les choses en place. Avec le recul, c'est marrant. Fais de même, c'est un conseil.

Avatar_small

Arsénieux

14/02/2019 à 00:09

Ame🦁 à l'air de bien connaître le sujet sur la dictature.....

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

14/02/2019 à 05:00

amelion1 écrivait:
--------

> Ainsi, suite à la crise économique de 29 et certains aléas des traités suite à
> la guerre de 14/18, le Reich a appliqué la méthode que tu conseilles
> (libéralisme pur)... et devine qui a été élu ? Hitler a été nommé-élu après
> cette liberté donnée par le Reich, et ses conséquences ; et pas avant, mais à
> cause des emmerdements sociaux que cette liberté a causé ! C'est l'inconvénient
> quand on suit une méthode sans en mesurer les conséquences.

Ce qui est simple avec toi c'et que tu en sors de tellement grosses qu'il devient inutile d'argumenter.
Donc avant Hitler, c'est du libéralisme pur, donc payer des sommes délirantes de dédommagement en compensation de guerre c'est du libéralisme, le nationalisme délirant qui s'est développé en réponse à cette situation c'est du libéralisme. Tu es couillu finalement, à croire que plus c'est gros, plus ça passe.
Et pour après 2007, la crise de l'euro est en plein non dans le libéralisme mais dans le socialisme de marché. Le libéralisme n'a jamais été, et je ne cesse de la répéter, une théorie économique mais une théorie du Droit, et laisser une liberté économique, petite ou forte, dans un carcan juridique socialiste ou totalitaire n'est en rien du libéralisme mais du socialisme de marché, du capitalisme de connivence, et cela ne marche pas non plus.

Ce que tu ne peux intégrer c'est que les crises, les difficultés, sont naturelles. Leurs causes par contre peuvent ne pas être naturelles et favorisées par les interventions arbitraires et juridiques. Quand la régulation bancaire tient dans des centaines de milliers de pages, je dis bien des centaines de milliers de pages, toute crise est obligatoirement liée à ces régulations, leurs imperfections et nuisances.

Tu raisonnes dans ton paradigme, tu crois que le libéralisme promet du bonheur, pas de crise, la richesse. Il n'en n'est rien. Cette prétention ridicule est celle des socialistes qui veulent faire le bonheur du monde et les libéraux ne cessent de relever les nuisances et la misère causée par cette prétention.

Il est au fond aussi imbécile de dire que la vie est la source des problèmes car la mort existe que de dire que le libéralisme est la source des problème car la misère existe. La vie est, le libéralisme est, tu peux les combattre, les anéantir, mais ils sont, n'ont pas été construits, ne sont pas le résultat d'une volonté, et n'ont aucun objectif.

Pour finir, je suis choqué par tes propos révisionistes sur Allende. Cette ordure, et on s'est déjà accroché dessus, était une merde qui violait la constitution, était en train de faire sombre le pays dans une dictature communiste, et c'est le parlement Chilien qui a demandé l'intervention de l'armée pour virer cette saleté humaine. La suite est celle d'un dictateur qui a fait son boulot de merde de dictateur, qui aurait dû partir bien avant, et qui a laissé un pays sain, avec des institutions saines qui tiennent toujours, avec la meilleure économie et niveau de vie de toute l'amérique latine.

Ah, oui, j'oubliais, Stiglitz, faut être gonflé pour nous le présenter comme non socialiste. https://www.challenges.fr/economie/joseph-stiglitz-et-paul-krugman-prix-nobel-d-economie-contestataires_246662

Ah oui, aussi cette phrase de stiglitz est un mensonge comme tu sais si bien toi aussi le faire. Personne de libéral et encore moins Hayek, ne prétendra que les marchés fonctionnent parfaitement. Il n'y a que le délirium pathologique socialiste pour croire et chercher la perfection. Les marchés sont, et ils s'autorégulent par les faillites et crises. Et plus tu les laisse faire, plus ces faillites et crises seront fréquentes et légères, plus tu veux les réguler, plus la pression monte et quand la crise survient elle emporte tout.

Avatar_small

amelion1

14/02/2019 à 12:25

barbabapat écrivait:
----------

> Le réchauffement climatiques est un événement futur qui n'est pas arrivé
> aujourd'hui

https://fr.wikipedia.org/wiki/Positionnement_de_la_communaut%C3%A9_scientifique_envers_le_r%C3%A9chauffement_climatique

On n'est pas dans le futur !
Bof, ce ne sont que des savants, donc ils n'y connaissent rien ?

"Depuis 2007, aucun corps scientifique de calibre national ou international n'a contesté cette affirmation, quoique quelques organisations n'aient pas pris position."
wakrap et Trump ont pris position contre, mais ne font pas partie d'un corps scientifique. Ce sont des croyants, pas des scientifiques.

Avatar_small

amelion1

14/02/2019 à 13:20

wakrap écrivait:
------
> amelion1 écrivait:
> --------

> > Ainsi, suite à la crise économique de 29 et certains aléas des traités suite à
> > la guerre de 14/18, le Reich a appliqué la méthode que tu conseilles
> > (libéralisme pur)... et devine qui a été élu ? !
C'est
> l'inconvénient
> > quand on suit une méthode sans en mesurer les conséquences.

> Ce qui est simple avec toi c'et que tu en sors de tellement grosses qu'il
> devient inutile d'argumenter.
> Donc avant Hitler, c'est du libéralisme pur, donc payer des sommes délirantes de
> dédommagement en compensation de guerre c'est du libéralisme,

Ce n'est pas moi qui le dit ! ce sont des économistes "libéraux" qui critiquent les conséquences du libéralisme échevelé sans contraintes !!! Vérifie ! Le Reich a guéri de cette guerre plus vite que la France, et créé de multiples conflits sociaux pour faire du pognon et enrichir son armée.
Quant aux sommes délirantes, vérifie aussi dans les bouquins d'histoire : ces sommes délirantes n'ont jamais été payées.

le nationalisme
> délirant qui s'est développé en réponse à cette situation c'est du libéralisme.

Non, mais c'est, selon ces économistes, une conséquence des abus de ce libéralisme : le peuple appauvri choisit le populisme-nazisme comme solution. Même les libertariens critiquent cette indifférence de la sociologie.
Quant aux partisans de Keynes, je n'en parle même pas, car tu vas encore t'énerver.

> Tu es couillu finalement, à croire que plus c'est gros, plus ça passe.
> Et pour après 2007, la crise de l'euro est en plein non dans le libéralisme mais
> dans le socialisme de marché.

Très drôle. 2007 est la conséquence de crises bancaires américaines (socialiste ?) qui s'est élargie au monde entier grace au marché monétaire (socialiste ?).
Les dettes, quand on les paye en monnaie de singe, ce n'est pas brillant. C'est du socialisme ?

Le libéralisme n'a jamais été, et je ne cesse de
> la répéter, une théorie économique mais une théorie du Droit, et laisser une
> liberté économique, petite ou forte, dans un carcan juridique socialiste

Le socialisme semble être une obsession. Ce n'est pas le cas des libertariens, qui finissent par tenir compte de la sociologie des pays qui bascule vers la politique. Quand on crée de la précarité, on a des conséquences politiques.

Ce que tu ne peux intégrer c'est que les crises, les difficultés, sont
> naturelles. Leurs causes par contre peuvent ne pas être naturelles et favorisées
> par les interventions arbitraires et juridiques.

Les difficultés ne sont pas naturelles, elles sont humaines. Dans la crise de 2007, c'est l'enrichissement des banques jusqu'à la triche carabinée : le pognon gagné facilement.
Alors que fait on ?
On laisse faire, ou on pond des lois pour les sanctionner ou pour éviter ces manoeuvres ? Oui, le juridique (socialiste ?) est indispensable, pour que le commerce fonctionne naturellement. Je souhaite cette nature, mais hélas, l'humain regarde d'abord son porte-feuilles, et parfois, il n'en a rien à faire du respect des autres.

Quand la régulation bancaire
> tient dans des centaines de milliers de pages, je dis bien des centaines de
> milliers de pages, toute crise est obligatoirement liée à ces régulations, leurs
> imperfections et nuisances.

Oui, et ça n'a pas empêché les banques de magouiller. Donc, faut en rajouter ou contrôler davantage.

> Tu raisonnes dans ton paradigme, tu crois que le libéralisme promet du bonheur,
> pas de crise, la richesse. Il n'en n'est rien. Cette prétention ridicule est
> celle des socialistes qui veulent faire le bonheur du monde

Je ne crois rien. Ni dans le socialisme, ni dans le libéralisme.
Ce libéralisme me tenterait bien, mais les imperfections humaines rendues libres sont destructives. Les belles aspirations philosophiques ne servent à rien si on ne met pas de contraintes juridiques.
Les bandits commerciaux-industriels ont toujours existé.

> Ah, oui, j'oubliais, Stiglitz, faut être gonflé pour nous le présenter comme non
> socialiste.
> https://www.challenges.fr/economie/joseph-stiglitz-et-paul-krugman-prix-nobel-d-economie-contestataires_246662

Disons que tu as une vision du socialiste ou du socialisme que je ne connaissais pas. ça doit être une allergie.

Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

14/02/2019 à 16:26

amelion1 écrivait:
--------

> Les difficultés ne sont pas naturelles, elles sont humaines. Dans la crise de
> 2007, c'est l'enrichissement des banques jusqu'à la triche carabinée : le pognon
> gagné facilement.
> Alors que fait on ?
> On laisse faire, ou on pond des lois pour les sanctionner ou pour éviter ces
> manoeuvres ? Oui, le juridique (socialiste ?) est indispensable, pour que le
> commerce fonctionne naturellement. Je souhaite cette nature, mais hélas,
> l'humain regarde d'abord son porte-feuilles, et parfois, il n'en a rien à faire
> du respect des autres.

deux possibilités:
-on régule dur, par exemple de façon normative, pas d’innovation mais peu de risque.
-on laisse faire complétement. l’état assurant simplement un anti-trust basique.

la première: difficile de savoir ce que ca donnerais au niveau mondial. en tout cas je n'arrive pas a imaginer le truc.
les avantages de la deuxième solution sont par contre évident:
- beaucoup de petite casse ( un bank-run tout les 6 mois :D) qui rend les acteurs résistants au risque ( tu met pas tout ton pognon a la même banque).
-facile à gérer pour l’état
- pas de "to big to fail", ça fail avant de devenir big. et si c'est gros l’état coupe ( pas très libéral mais nécessaire )

actuellement c'est des états qui ne savent pas faire, qui mettent leur nez dans ce qui ne les regarde pas et qui se font plumer au nom de ce qu'ils croient être de la régulation.

rendez nous nos crises les socialo !!

Avatar_small

amelion1

07/03/2019 à 17:22

lardonbis écrivait:
---------
> amelion1 écrivait:
> --------
>
> > Les difficultés ne sont pas naturelles, elles sont humaines. Dans la crise de
> > 2007, c'est l'enrichissement des banques jusqu'à la triche carabinée : le
> pognon
> > gagné facilement.

> deux possibilités:
> -on régule dur, par exemple de façon normative, pas d’innovation mais peu de
> risque.
> -on laisse faire complétement. l’état assurant simplement un anti-trust basique.
>
> la première: difficile de savoir ce que ca donnerais au niveau mondial. en tout
> cas je n'arrive pas a imaginer le truc.

Ce n'est pas compliqué, mais très difficile à mettre en place. Il y a les monnaies, et les états, et donc des intérêts divergents.
Sur la zone "euro", des mesures ont été prises. C'est toujours en cours, et loin d'être fini. Mais on note que les contrôles précédents (surtout sur les prêts à risque) étaient trop légers, donc, l'Europe a gonflé les contrôles... et les investissements repartent maintenant à la hausse. Certains états étaient très peu regardants sur ces "prêts à risque" et ont entrainé les autres (investissements en baisse, dette publique en hausse pour regonfler l'économie, chômage...), donc un accord européen a été trouvé : surveillance des banques, réduction des emprunts bidons. Des facteurs de fragilité subsistent, mais c'est nettement mieux.
Ce n'est donc pas fini, mais la stabilité de cette monnaie est revenue... au point que c'est la deuxième monnaie mondiale !

Avatar_small

amelion1

07/03/2019 à 17:58

Sur le même sujet, en allant un peu plus loin pour ceux qui s'intéressent à l'Europe... et aux prochaines élections européennes.

Comme je me promène, je vais souvent à Schengen pour chercher de l'essence au rabais, et je vais boire un coup ou bouffer au bistrot attenant au musée qui donne (gratuitement) des bouquins spécialisés sur l'Europe. Je pense qu'ils sont disponibles sur le site http://europa.eu

Les formats sont bizarres : c'est du A4 !

L'Union Europeenne : sa fonction et ses activités. (59 pages). C'est un résumé de la totalité du boulot : 1 page par fonction et par activité. Tout y passe.

Document de réflexion sur l'avenir des finances de l'EU. (38 pages). Pareil, c'est très complet, et ça remet sérieusement en cause certains commentaires de la Le Pen qui ne doit pas savoir lire. Des imbécillités pareilles, faut oser les sortir. Juste pour info (et je ne suis pas un menteur pathologique), le budget de l'Europe représente 0,98% du revenu national brut de chaque état. On dit que ça coute cher ? ... Et combien cette dépense rapporte ?
En fin de bouquin, il y a les conséquences des 4 scénarios possibles pour les années qui viennent (Angleterre en moins, et députés populistes réfractaires). Le scénario 2 fait peur : Politique agricole réduite au minimum, soutien minimaliste à la cohésion économique (bref, rien), aucun financement pour la sécurité, les migrations, la défense, les douanes...)

Document de réflexion sur l'Approfondissement de l'union économique et monétaire. (40 pages)
Bien entendu, comme toujours, c'est complet. Je dois bien admettre que c'est bien torché, bien expliqué... y compris sur les difficultés, les désagréments, les divergences politiques entre les états, et la mauvaise volonté de certains (hélas pas souvent nommés, Hongrie, Pologne, etc). Ils ont parfaitement conscience que la parole ne suffit pas, et que parfois, faut hausser le ton pour que ça suive.

L'état de l'Union en 2018. C'est (en théorie) de Juncker. C'est aussi un pavé de 173 pages ! Faut se le taper !
C'est incontournable si on veut comprendre. Quand j'entends certains politiciens pseudo-candidats, j'en rigole.
Les commentaires sur l'article très européen de Macron me font aussi sourire. On arriverait à nous faire croire que c'est un génie, que son propos est extraordinaire ou que c'est un nul. On lit ça, et on lit Macron. C'est pareil, ils ont du bosser ensemble.
Dans les faits, les idées, les constats actuels et les défauts actuels à corriger vite, sont bien notés, expliqués.
Sur les migrations, cheval de bataille des populistes, c'est catégorique et chiffré. On se fout d'eux, tous les chiffres sont bidonnés. Ces pseudo-migrations ont archi-diminué en 2 ans (95% dans la zone est de l'Europe, et 70% dans la zone sud).... grace aux financements en Libye, dans le Sahel, et en Turquie.

Pour les volontaires, c'est très intéressant. Mais ce n'est pas une lecture facile, c'est plutôt très technique !

Avatar_small

Arsénieux

07/03/2019 à 18:46

Payer son essence au rabais, quand on paie (payé) I S.F, alors là, chapeau bas l'oursin !!
Donne nous encore des cours sur l'Europe 😂😂

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

07/03/2019 à 19:55

amelion1 écrivait:
--------

> Je ne crois rien. Ni dans le socialisme, ni dans le libéralisme.
> Ce libéralisme me tenterait bien, mais les imperfections humaines rendues libres
> sont destructives. Les belles aspirations philosophiques ne servent à rien si on
> ne met pas de contraintes juridiques.
> Les bandits commerciaux-industriels ont toujours existé.
>
Il n'existe pas de bandits commerciaux industriels sauf à me citer un individu précis qui tombe sous le coup de lois de bases valable pour tout homme dans un pays libéral quelconque..
Il n'existe que du capitalisme de connivence utilisant les contraintes juridiques à leur avantage dans les pays non libéraux.
IL ne faut pas de contraintes juridiques mais le "rule of law" tout simplement.
Les contraintes juridiques ce sont les 4000 pages du code du travail français, le rule of law c'est en gros les 60 pages du code du travail Suisse pour de meilleurs salaires, une économie prospère, bien moins de misère et de chômage et de bien meilleurs rapports dit sociaux.

Bref, l'Europe actuelle c'est directement à la poubelle.

Avatar_small

amelion1

07/03/2019 à 23:01

Arsénieux écrivait:
---------
> Payer son essence au rabais, quand on paie (payé) I S.F, alors là, chapeau bas
> l'oursin !!
> Donne nous encore des cours sur l'Europe 😂😂

Isf, elle n'existe plus, mais hélas, je suis non imposable à ce niveau.
Quant aux cours, je veux bien t'en donner, mais ce serait pénible pour toi. Faut apprendre à devenir intelligent, ce n'est pas facile. Quand tu vas faire un achat, que les vendeurs vendent la même chose, tu préfères acheter chez celui qui vend cher ou celui qui vend au rabais ? J'ai fait un choix difficile. L'intelligence impose d'aller chez le moins cher. La dépense pour y aller est largement compensée par l'achat (30 cts/l). Et par les trucs à TVA moins chère. Sans nous, acheteurs, le Lux aurait des dettes, faut aider les pauvres.

Avatar_small

amelion1

08/03/2019 à 11:21

wakrap écrivait:
------

> Il n'existe pas de bandits commerciaux industriels
> IL ne faut pas de contraintes juridiques mais le "rule of law" tout simplement.
> Bref, l'Europe actuelle c'est directement à la poubelle.

Ta mauvaise foi est impayable !
La crise financière de 2008 était due surtout aux "avances et prêts bruts non performants". Bref, aux cadeaux des banques à certains, qui ne remboursaient pas. Mais cet argent donné par la banque appartenait aux clients de la banque : c'est de l'escroquerie ! La banque est en faillite... avec l'argent de ses clients.
L'Europe (pour l'euro) a mis en place des surveillances, des contrôles. Tu appelles ça comme tu veux, pourquoi pas des contraintes !
Résultat :
Ratio de fonds propres des banques européennes, hors zone euro et dans la zone euro : 14% en 2009, et 19% en 2017. ... le contrôle a solidifié les banques (avec un filet de sécurité commun, une "assurance").
ratio des "avances et prêts non performants dans la L'Europe complète, y compris la zone euro : 7% en 2014 (!), 3,5% en 2018. Beaucoup de magouilles en moins, mais il en reste.
Donc, stabilité de la monnaie, stabilité des prix, marchés transparents, réduction des "intérêts" bancaires, chômage en baisse. Toute magouille couteuse a des conséquences !
Je ne pense pas que tout est réglé... il faudra du temps !

Tu es un rêveur. Tu crois que tout le monde est gentil, respectueux, que tout se passe bien dans le meilleur des mondes. Non, des tricheurs, voleurs, escrocs, magouilleurs, existent partout. Si on laisse faire, on entretient le vol.
Dans l'industrie, le commerce, c'est pareil. La victime potentielle est le consommateur qui achète, car il ne peut contrôler ce qu'il achète. On lui vend une merde en lui promettant une perfection, et il ne le saura que quand il aura payé. Pour qu'un commerce soit libre, il doit être concurrentiel. Pour qu'il soit concurrentiel, il doit respecter une règle commune.

Avatar_small

Guady

02/04/2019 à 19:50

Ca fait deux articles en deux jours qui nous alertent sur le retour du communisme et déclinaisons en Occident, avec tous les dangers des discours de séduction mensongers (propagande)
"La démocratie se suicide si elle se laisse envahir par le mensonge" nous disait déja Jean François Revel. "Le mensonge politique vise à tromper avant tout les opinions publiques... On entend souvent des citoyens de pays démocratiques louer un homme politique pour sa ruse, son art d'embobiner l'opinion et de duper ses rivaux. C'est un peu comme si les clients d'une banque en plébiscitaient le directeur pour ses talents de pickpocket."
Je cite également :
"Cependant, le nouveau pacte vert (Green Deal) représente une approche marxiste à part entière du contrôle du gouvernement. Il s’agit essentiellement du communisme de niveau soviétique, reconditionné en socialisme environnemental."

Il semblerait que la faillite de l'esprit critique soit à nouveau responsable de ce regain d'idéologie marxiste qui a pourtant fait des centaines de millions de morts le siècle passé.
https://bit.ly/2CRVMVp