PERQUISITIONS au CLESI !!!!

Forum associé : Exercice professionnel

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

23/11/2017 à 09:56
Avatar_small

teeth61

23/11/2017 à 10:30

bravo

Icon_hase505so_n7k1wb

airylis

23/11/2017 à 10:54

Félicitations !

Avatar_small

elje

23/11/2017 à 13:15

excellente nouvelle mais je n'a pas compris dans l'article quelle avait été la participation et le rôle exact du directeur de l'école de Béziers.
Si il a transmis des documents à la FSDL de manière spontanée, ça tranche très nettement avec sa position concernant les détracteurs de Pessoa lors de l'ouverture de l'école.

Avatar_small

zolimome

23/11/2017 à 13:16

un mot du CO ?

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

23/11/2017 à 13:23

le Directeur de l'école à Béziers avait peut être un petit contentieux avec le Directeur de Toulon , car il nous a bien aidé dans cette affaire.

--
http://www.fsdl.fr/

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

23/11/2017 à 13:25

le CO ? Ils n'étaient même pas au courant, car c'est une action préparée depuis 6 mois par la FSDL seule, dans le secret le plus total.

--
http://www.fsdl.fr/

Avatar_small

moritooth

23/11/2017 à 14:32

Malheureusement, dans plusieurs départements les CDO ont déjà enregistré sans broncher les premiers diplômes revenus du Portugal, malgré deux années dans leur cursus entachées d'iilégalité !

Avatar_small

elje

23/11/2017 à 14:38

Patatrasse écrivait:
----------
>
> le Directeur de l'école à Béziers avait peut être un petit contentieux avec le
> Directeur de Toulon , car il nous a bien aidé dans cette affaire.
>
Je pense qu’il a surtout senti le vent tourner, mais peu importe, tant mieux si le résultat accélère la fin de ce centre inepte. Pour connaitre certains étudiants en Kiné du centre de Béziers, le CLESI local les a largement averti que si ils continuaient leur cursus au centre, la reconnaissance de leur diplôme pouvait poser des problèmes . Je ne savais pas q’urls y avaient encore des étudiants en dentaire
> --
> http://www.fsdl.fr/

Avatar_small

zolimome

23/11/2017 à 14:40

la sécurité juridique apportée par le CO concernant la pratique dentaire en France est réconfortante ...

X-ray-03_ngdbtr

cyber_quenottes

23/11/2017 à 18:25

pièces qui donc,
présentées à un juge,
auraient validé le choix d'un CDO du Var de refuser des inscriptions

si ce même CDO, au lieu de les valider,
avait choisi de les refuser,
quitte à s'exposer à un recours en justice

et de 1 : les soit disants "docteurs" n'auraient pu exercer

et de 2 : au bout du compte le CDO aurait montré " à un niveau " que la vigilance existe encore dans notre profession

et la "résistance"

mais non, ils valident => résultat ces "docteurs" exerceront jusqu'à ce que la justice fasse son travail = compter 5 ans si la loi ne change pas avant

--
==================
la csnd a voulu le "fromage" de la CCAM
la SECU a ajouté une tapette autour

Avatar_small

colza2

23/11/2017 à 18:56

bravo

Avatar_small

moritooth

23/11/2017 à 20:35

cyber_quenottes écrivait:
---------------
> pièces qui donc,
> présentées à un juge,
> auraient validé le choix d'un CDO du Var de refuser des inscriptions
>
> si ce même CDO, au lieu de les valider,
> avait choisi de les refuser,

Il n'y a pas que le CDO du Var, dans d'autres départements il parait qu'on a aussi validé, ils se font juste discrets...

69_xtb5lc

barbabapat

28/11/2017 à 20:50

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2017/11/28/linstitut-de-formation-prive-du-clesi-contraint-par-la-justice-de-fermer-sa-filiere-kine_852863

"........

Le tribunal de grande instance (TGI) de Toulon a condamné le 23 novembre le Centre libre d'enseignement supérieur international (Clesi, ex-Pessoa) à « cesser de dispenser des formations en kinésithérapie dans l'ensemble de ses établissements situés en France », saluent l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes (CNOMK), la fédération des étudiants (FNEK) et un syndicat national (SNMKR) dans un texte commun.

Il s'agit d'une « victoire judiciaire » pour la profession. « Les étudiants ont totalement été abusés, explique leur fédération nationale (FNEK). Ils ne se rendent pas compte que le Clesi n'est pas une école légitime ». Cette décision de fermeture concernerait « plusieurs centaines d'étudiants ». Les structures syndicales ont réclamé une rencontre avec leur tutelle pour envisager l'avenir de ces jeunes actuellement scolarisés.

Procédures

Ouvert en 2012 sur les campus de Toulon puis de Béziers, le Clesi a fait couler beaucoup d'encre et fait l'objet de plusieurs procédures judiciaires. Cette école privée a ouvert la voie des formations santé parallèles à la très sélective PACES (première année commune aux études de santé). Elle est accusée de contourner le numerus clausus, en offrant une nouvelle chance aux recalés de la PACES moyennant finance.

« Le Clesi cible les étudiants malheureux de la PACES ou ne désirant pas passer par ce concours universitaire en leur proposant une voie alternative, expliquent les représentants des kinés dans un communiqué commun. À l’issue d'une formation de quatre ans, les étudiants devaient obtenir un diplôme délivré par les universités partenaires roumaines et portugaises ».

Pour les ordinaux et syndicats, qui avaient assigné le Clesi en justice, l'établissement n'est pas dans les clous faute d'agrément du ministère de la Santé et de l'Enseignement supérieur. « Le TGI de Toulon a retenu que faute d'avoir obtenu l'agrément, l'association Clesi dispense une formation de manière illicite et qu'elle porte ainsi directement atteinte à l'image de la profession », notent-ils.

L'école perquisitionnée fin novembre

Fin 2016 déjà, l'établissement s'était vu contraint par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence de fermer sa filière dentaire. La Fédération des syndicats dentaires libéraux (FSDL), lancée dans une bataille judiciaire depuis 2014, a toutefois été alertée il y a quelques mois par le directeur du site de Béziers de la poursuite des cours d'odontologie. « La décision de la fermeture a été rendue en septembre 2016, l'établissement avait deux mois pour s'y conformer. Nous avons appris que les cours se poursuivaient en 2017. Ils n'étaient plus intitulés "odontologie" mais "sciences humaines" », explique Patrick Solera, président de la FSDL.

Face à ce nouveau rebondissement, le juge du TGI de Toulon a autorisé la saisie de preuves sur les deux sites du Clesi. « Une perquisition avec un huissier a été réalisée le 23 novembre dans leurs locaux à Béziers et à Toulon », assure Patrick Solera.

« Une centaine d'étudiants en dentaire sont actuellement sur les sites », ajoute le président de FSDL. Les étudiants en dentaire du Clesi effectuaient deux années en France avant d'être envoyés au Portugal ou à Dublin pour finir leurs études. « Tous les frais sont à leur charge, parfois l'année coûte 10 000 euros. C'est une inscription au fric et ils sont envoyés de pays en pays », tacle Patrick Solera.

En septembre, une énième polémique avait éclaté. Dans le Var, trois jeunes diplômés du Clesi se sont inscrits à l'Ordre des dentistes, au grand dam des syndicats.

........."