Après le lion Cécil tué par un ''CON''frère américain, MonsieurTRUMP autorise l'importation de trophées de chasse.SIGNONS LA PETITION

Forum associé : Eugénologie

Avatar_small

PtnbZ

20/11/2017 à 14:41

Complètement fou le type à tuer un sanglier à l'arme blanche, un coup à se faire rappeler à l'ordre par mère nature ))

69_xtb5lc

barbabapat

20/11/2017 à 14:44

zolimome écrivait:
--------
> lamentable

Une truie c'est globalement une portée de 12 porcelets et globalement 2 portées par ans. Si tu laissais vivre l'ensembles des animaux jusqu’à leur mort, pour toutes les générations, tu aurais un léger problème de consommation d'eau et de nourriture par l'agriculture.

Pour les brebis, cela dépens des races avec des portées de un à deux agneaux par portées voir plus selon les races.

On ne peux comme les écologistes dire que l'agriculture dépense trop de nourriture et d'eau et en même temps ne pas comprendre que l’arrêt de l'agriculture nécessitera d’importants génocides d’animaux pour limiter leur consommation.

Aiguille_cyboyt

fatboy

20/11/2017 à 14:50

tu as aussi ca: l'ours au javelot

Images_ja1k0l

seespan

20/11/2017 à 14:51

En quoi c'est plus dangereux que de faire de la varap ou de tuer un taureaux à l'épé ?

Pour la chasse classique c'est à dire celle ou la phase d'approche est primordial, une connaissance pointue du terrain et du comportement de l'animal est nécessaire. Pas étonnant que certain veuille rajouter une couche de difficultés.

Une théorie que j'aime beaucoup :

La chasse est responsable des capacités de raisonnement scientifique.

La raison est la suivante, quand tu regardes les conditions nécessaire pour être un bon chasseur avec des armes blanches, les capacité d'analyse sont primordiale.
Vue que tu dois t'approcher très près d'un animal qui est plus rapides que toi, il faut avoir des connaissance poussé sur le terrain et les shémas comportementaux de la proie ( et la je ne blague pas cerné le type de personnalité du gibier) , le tout pour prédire ou se trouver et a quelle moment pour être capable de tuer le bestiaux sans trop de risque et avoir quelque chose à grailler le soir.

--
หมอจัดฟัน

Images_ja1k0l

seespan

20/11/2017 à 14:57
Images_ja1k0l

seespan

20/11/2017 à 14:59

2.3 Tracking: art or science?
How powerful are these analogies between the cognitive processes involved in tracking, on the one hand, and those which underlie science, on the other? First of all we should note one very significant disanalogy between the two. This is that the primary goal of tracking is not an understanding of some general set of processes or mechanisms in nature, but rather the killing and eating of a particular animal. And although knowledge and understanding may be sought in pursuit of this goal, it is knowledge of the past and future movements of a particular prey animal, and an understanding of the causal mechanisms which produced a particular set of natural signs which is sought, in the first instance. (Of course the hunters may also hope to obtain knowledge which will be of relevance to future hunts.)
This disanalogy is sufficient, in my view, to undermine any claim to the effect that tracking is a science. Since it doesn’t share the same universal and epistemic aims of science, it shouldn’t be classed as one. But although it isn’t a science, it is perfectly possible that the cognitive processes which are involved in tracking and in science are broadly speaking the same. So we can still claim that the basic cognitive processes involved in each are roughly identical, albeit deployed in the service of different kinds of end. Indeed, it is just such a claim which is supported by the anthropological data.
First of all, it is plain that tracking, like science, frequently involves inferences from the observed to the unobserved, and often from the observed to the unobservable as well. Thus a tracker may draw inferences concerning the effects which a certain sort of movement by a particular kind of animal would have on a certain kind of terrain (which may never actually have been observed previously, and may be practically unobservable to hunter–gatherers if the animal in question is nocturnal). Or a tracker may draw inferences concerning the movements of a particular animal (namely the one he had previously shot and is now tracking) which are now unobservable even in principle, since those movements are in the past. Compare the way in which a scientist may draw inferences concerning the nature of a previously unobserved and practically unobservable entity (e.g. the structure of DNA molecules before the invention of the electron microscope), or concerning the nature of particles which are too small to be observable, by means of an inference to the best explanation from a set of broadly-observational data.
Second, it is plausible that the patterns of inference engaged in within the two domains of tracking and science are isomorphic with one another. In each case inferences to the best explanation of the observed data will be made, where the investigators are looking for explanations which will be simple, consistent, explanatory of the observational data, coherent with background beliefs, maximal in explanatory scope (relevant to the aims of the enquiry, at least), as well as fruitful in guiding future patterns of investigation. And in each case, too, imaginative–creative thinking has a significant – nay, crucial – role to play in the generation of novel hypotheses.
Let me say something more about the role of creative thinking in tracking and in science. It is now widely accepted that inductivist methodologies have only a limited part to play in science. Noticing and generalising from observed patterns cannot carry you very far in the understanding of nature. Rather, scientists need to propose hypotheses (whether involving theories or models) concerning the underlying processes which produce those patterns. And generating such hypotheses cannot be routinised. Rather, it will involve the imaginative postulation of a possible mechanism – guided and constrained by background knowledge, perhaps, but not determined by it. Similarly, a hunter may face a range of novel observational data which need interpreting. He has to propose a hypothesis concerning the likely causes of that data – where again, the hypothesis will be guided and constrained by knowledge of the circumstances, the season, the behaviour of different species of animal and so on, but is not by any means determined by such knowledge. Rather, generating such hypotheses requires creative imagination, just as in science.
These various continuities between tracking and science seem to me sufficient to warrant the following claim: that anyone having a capacity for sophisticated tracking will also have the basic cognitive wherewithal to engage in science. The differences will be merely these - differences in overall aim (to understand the world in general, as opposed to the movements of a given animal in particular); differences of belief (including methodological beliefs about appropriate experimental methods, say); as well as some relatively trivial differences in inferential practices (such as some of the dispositions involved in doing long-division sums, or in solving differential equations). In which case some version of the continuity hypothesis can be regarded as established. We can assert that the cognitive processes of hunter–gatherers and modern scientists are broadly continuous with one another, and that what was required for the initiation of the scientific revolution were mostly extrinsic changes, or changes relating to peripheral (non-basic) aspects of cognition, such as mere changes of belief.
It remains to enquire, though, roughly when and how the capacity for scientific reasoning emerges in the course of human development, and how it relates to other aspects of our cognition. In the next section I shall consider and criticise theorising-theory accounts of development, according to which scientific abilities are innate and put to work very shortly after birth. Then in section 4 I shall sketch a view which also allows that scientific abilities are innately channelled, but which sees their development as dependent upon language – perhaps only emerging in later childhood or early adolescence (I shall remain open as to the exact timing).

--
หมอจัดฟัน

Avatar_small

zolimome

20/11/2017 à 15:00

alors permettez donc que je parle un peu de moi pour éviter les fantasmes et anathèmes, et épargnez moi d'avoir à y revenir, car parler de soit est déplacé même si cela semble la mode chez vous.

arrivée à mon âge, voire à son terme, j'ai suffisamment vécu pour n'être impressionnée ni par vos pauvres leçons ni par cette vidéo

des horreurs j'en ai vues, généralement c'est le fait exclusivement des hommes
, la campagne j'y ai grandi , à la ferme et en un temps ou tout cela n'était que le quotidien

, et enfin l'Afrique je connais bien mais de l'intérieur et pas de l'hotel club du coin.

ceci étant dit : le choquant de l'histoire n'est pas ce que fait le garde chasse, mais un peu le besoin malsain de filmer et de partager, et surtout, les attitudes limites malsaines des commentateurs et relayeurs.

quant a barbapapat,, quand tu penses devoir m'expliquer la gestion des cheptels tu entres exactement dans la catégorie de ceux que je citais : tu crois que sans nous les animaux disparaitraient !

pardon du raccourci provocateur, mais non, nous ne sommes pas Dieu

quant à seespan, je ne veux pas être cruelle, est ce la peine de répondre...

Images_ja1k0l

seespan

20/11/2017 à 15:04

Désoler de vous apprendre ça Zolimome vue votre grand age canonique mais la chasse contrairement au travail à la ferme c'est du sport, c'est aussi un savoir à transmettre .

--
หมอจัดฟัน

69_xtb5lc

barbabapat

20/11/2017 à 15:11

zolimome écrivait:
--------

>
> quant a barbapapat,, quand tu penses devoir m'expliquer la gestion des cheptels
> tu entres exactement dans la catégorie de ceux que je citais : tu crois que sans
> nous les animaux disparaitraient !
>

Je ne parle pas de disparition, puisque je parles au contraire des problèmes posés par l'accroissement du nombres d'animaux en cas d’arrêt de leur consommation et des effets néfaste que cela aurait au final sur la nature.

Si on arrêtait de consommer les animaux de ferme et qu'on les libérait, on serait rapidement obligé de les tuer de toute façon du fait de l'accroissement de leur population et de la concurrence alors exacerbées sur les ressources naturelles qui serait alors induites.

L'équilibre naturel est un phénomène de long terme qui accepte très bien des phases de déséquilibres qui nécessitent parfois la mains ed l’homme pour les corriger.

Avatar_small

zolimome

20/11/2017 à 15:11

seespan tu n'as pas dû grandir en France alors car dans nos village tous chassaient

je ne pense pas que tu aies grand chose à m'apprendre si ce n'est la limite ou l'on qu'on peut encore repousser l'ennui l'admiration de soi et la vanité.

Avatar_small

zolimome

20/11/2017 à 15:13

barbabapat écrivait:
à
> zolimome qui a compris ce qu'elle savait déjà et n'y peut rien

Images_ja1k0l

seespan

20/11/2017 à 15:20

zolimome écrivait:
--------
> seespan tu n'as pas dû grandir en France alors car dans nos village tous
> chassaient
>
> je ne pense pas que tu aies grand chose à m'apprendre si ce n'est la limite ou

J'avais taper un très bonne réponse puis j'ai réalisé. Zolimome ne veut pas dialogué ou faire évoluer son point de vue ( j'avais déjà oublié depuis nos dernier échange ) . Donc je reformule ma réponse en terme plus succin .

Don't feed the troll

--
หมอจัดฟัน

Images_ja1k0l

seespan

20/11/2017 à 15:33

https://cybertrackerblog.org/2014/06/11/tracking-science-the-origin-of-scientific-thinking-in-our-paleolithic-ancestors/

Un article bien détailler expliquant le parralléle entre esprit scientifique et la chasse. Beaucoup plus facile d'accés que le premier texte et aussi plus marrant à lire.

--
หมอจัดฟัน

Avatar_small

zolimome

20/11/2017 à 15:52

une correction avant de partir seespan, c'est avec toi que je me lasse de dialoguer, même si tu as la suffisance de te croire capable de faire évoluer quoi ou qui que ce soit.

Bart22_odlbpb

ʎqqoq

20/11/2017 à 16:09

seespan écrivait:

> La raison est la suivante, quand tu regardes les conditions nécessaire pour être
> un bon chasseur avec des armes blanches, les capacité d'analyse sont
> primordiale.
> Vue que tu dois t'approcher très près d'un animal qui est plus rapides que toi,
> il faut avoir des connaissance poussé sur le terrain et les shémas
> comportementaux de la proie ( et la je ne blague pas cerné le type de
> personnalité du gibier) , le tout pour prédire ou se trouver et a quelle moment
> pour être capable de tuer le bestiaux

C'est la théorie de Léon, l'arme blanche, c'est le truc ultime ^^

Lino_bsxmgw

vulpi

20/11/2017 à 16:12

perso cela me fait surtout penser qu'il y a pas longtemps nous célébrions le 11 novembre, la baïonnette...

69_xtb5lc

barbabapat

20/11/2017 à 16:12

ʎqqoq écrivait:
-----
>
>
>
> C'est la théorie de Léon, l'arme blanche, c'est le truc ultime ^^

Le truc ultime non, mais qui correspond au système le plus naturel pour les écologistes. Après, tu peux très bien chasser avec des fusil et une bonne lunette, mais ca devient alors du tir aux pigeons pour les écolos qui trouvent que l'animal n'as plus aucune chance. Et puis il reste le piégeage enfin.

Edit surtout avec les derniers fusils quand un sniper arrive aujourd'hui à avoir sa cible à plus de 2 km. Les écolos trouvent que l'animal n'a plus sa chance et que ca n'est plus équilibré.

Images_ja1k0l

seespan

20/11/2017 à 16:23

barbabapat écrivait:
----------
> ʎqqoq écrivait:
> -----
> >
> >
> >
> > C'est la théorie de Léon, l'arme blanche, c'est le truc ultime ^^
>
> Le truc ultime non, mais qui correspond au système le plus naturel pour les
> écologistes. Après, tu peux très bien chasser avec des fusil et une bonne
> lunette, mais ca devient alors du tir aux pigeons pour les écolos qui trouvent
> que l'animal n'as plus aucune chance. Et puis il reste le piégeage enfin.

Non pas tout à fait. Un écologiste n'a aucune raison de se soucier de la maniére dont tu zigouille un animale et n'a en faite aucune raison de s'opposer à la chasse telle qu'elle est pratiquer dans les pays civilisé vue que l'activité est réguler pour controler les populations de certaine espéce sauvage.

Non tu as des personnes qui sont anti chasses pour des raisons purement émotionnelle et qui n'ont rien mais alors rien d'écologique.
Leur opposition à la chasse se basant sur l'émotion, elles sont à la recherche d'argument. L'arme à feux ne laisse aucune chance à l'animal est un bon exemple.
Le but de la chasse, la vrais raison pour laquelle c'est autorisé c'est pour zigouiller des animaux qui ont besoin de l'être de toute façons. Si en plus sa rapporte des sous à l'état au lieux de lui en couter ( ben oui faut payer les garde de chasse ) c'est tout bénéf.

Tu ne peut pas avoir de discussion avec les anti chasse, c'est comme essayer de discuter avec des anti avortement. De leur point de vue l'activité en question c'est le mal absolue et ce point n'est pas discutable.

--
หมอจัดฟัน

Lino_bsxmgw

vulpi

20/11/2017 à 16:32

barbabapat écrivait:
----------
> ʎqqoq écrivait:
> -----
> >
> >
> >
> > C'est la théorie de Léon, l'arme blanche, c'est le truc ultime ^^
>
> Le truc ultime non, mais qui correspond au système le plus naturel pour les
> écologistes. Après, tu peux très bien chasser avec des fusil et une bonne
> lunette, mais ca devient alors du tir aux pigeons pour les écolos qui trouvent
> que l'animal n'as plus aucune chance. Et puis il reste le piégeage enfin.
>
> Edit surtout avec les derniers fusils quand un sniper arrive aujourd'hui à avoir
> sa cible à plus de 2 km. Les écolos trouvent que l'animal n'a plus sa chance et
> que ca n'est plus équilibré.

Mettre dedans sur un sanglier qui sort de nul part pleine bourre, même avec une lunette à point rouge ce n'est pas si simple, en plus dans le respect des consignes de tir, laie non suitée, bête rousse, etc et sans tuer un collègue, cela n'a rien de simple.

Je ne chasse plus, plus l'envie, mais je prends un grand pied à approcher le grand gibier, sanglier à moins de 3 mètres ou nez à nez au sortir d'un roncier, brame du cerf, chamois, il faut un peu de connaissance effectivement.

Il me revient que j'ai eu une chienne extraordinaire, elle ramenait le petit gibier tout vivant, elle levait, coinçait apportait, pas de bruit, pas de fusil nécessaire.

Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

20/11/2017 à 16:39

je reviens sur le fil et je tombe sur le cordon d'aspirateur putain :D

pour vulpi je suis du sud mais de l'autre sud et chez nous c'est daube ! :p

la chasse à l'épieu... pas mal pour les mec comme moi qui ne savent pas tirer. Faut courir ? heu... j'irais au restau :D

Avatar_small

burnax

20/11/2017 à 16:44

pour détendre l 'atmosphère..

vu et revu ,mais ça me fait toujours rire.

69_xtb5lc

barbabapat

20/11/2017 à 16:45

vulpi écrivait:
-----

>
> Mettre dedans sur un sanglier qui sort de nul part pleine bourre, même avec une
> lunette à point rouge ce n'est pas si simple, en plus dans le respect des
> consignes de tir, laie non suitée, bête rousse, etc et sans tuer un collègue,
> cela n'a rien de simple.
>
Surtout tu n'utilise pas la même arme. Potentiellement un fusil superposé avec des cartouches pour le gros gibiers sont plus approprié voir le fusil à pompe qui avait été fait pour ce genre de situation.

Par contre si tu connais le coin, que tu te met à l’afflux sur un point d'eau, une carabine et une bonne lunette sont plus efficaces.

> Je ne chasse plus, plus l'envie, mais je prends un grand pied à approcher le
> grand gibier, sanglier à moins de 3 mètres ou nez à nez au sortir d'un roncier,
> brame du cerf, chamois, il faut un peu de connaissance effectivement.
>
> Il me revient que j'ai eu une chienne extraordinaire, elle ramenait le petit
> gibier tout vivant, elle levait, coinçait apportait, pas de bruit, pas de fusil
> nécessaire.
>

Images_uqnzgv

Pervers Pépère

20/11/2017 à 17:02

Il part en c.. ce post et puis on s'éloigne des Trump d'éléphant, oui je sais, déjà faite mais trop bon.

Lino_bsxmgw

vulpi

20/11/2017 à 17:43

barbabapat écrivait:
----------
> vulpi écrivait:
> -----
>
> >
> > Mettre dedans sur un sanglier qui sort de nul part pleine bourre, même avec
> une
> > lunette à point rouge ce n'est pas si simple, en plus dans le respect des
> > consignes de tir, laie non suitée, bête rousse, etc et sans tuer un collègue,
> > cela n'a rien de simple.
> >
> Surtout tu n'utilise pas la même arme. Potentiellement un fusil superposé avec
> des cartouches pour le gros gibiers sont plus approprié voir le fusil à pompe
> qui avait été fait pour ce genre de situation.
>
> Par contre si tu connais le coin, que tu te met à l’afflux sur un point d'eau,
> une carabine et une bonne lunette sont plus efficaces.

> >
Oui cela dépend du département surtout, il y en a où la chevrotine est encore autorisée, c'est très bien pour les paysages de maquis; d'autres où tu fais l'approche silencieuse, la chasse au pirsch avec carabine, la battue carabine pour l’affût, je m'endormais, c'étais dangereux et fusil pour les rabatteurs, j'aimais bien être rabatteur, plus dans ma philosophie au contact et sous les balles des collègues (les chasseurs de noël cf "la billebaude").
Il y a une arme hybride, une cartouche dans un canon et une balle dans l'autre, mais je ne me souviens plus du nom.
Je pense qu'avec la disparition des anciens la chasse suivra, sauf quelques régions très spécifiques, chasse à la hutte littoral nord, pirsch, chiens courrants, palombe...

Dans la famille on chassait, pêchait et braconnait pour manger, cela a bien changé, mon grand-père ne comprendrait pas que l'on relâche le poisson.
La première fois où l'on m'a mis une arme à feu entre les mains je ne devais pas avoir 9 ans, c'était culturel, pour autant personne de ma famille n'a tué en dehors des guerres.

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

20/11/2017 à 17:50

Cool le réveil ce matin. Evidemment on ne peut dialoguer car ce que garance et zolimone présentent , ce sont des valeurs morales et non éthiques. Des gens vont vivre moins bien en interdisant la chasse, tant pis, la chasse est immorale. J'aurais la même référence morale, qui est parfaitement respectable, je partagerais leur position. Pour ma part j'en ai une autre, c'est celle du respect de la nature humaine dans toute son imperfection, cette nature humaine qui fait que nous domestiquons la nature à notre profit depuis toujours, enfin surtout depuis que l'ancêtre de zolimone a voulu une peau d'ours pour aller voir l'ancêtre de fatboy dans la grotte voisine.