Homéopathie

Forum associé : Eugénologie

North_by_northwest_rkeqbb

Carie Grant

12/06/2017 à 17:00

'omeo pa'ti .... pauv'e Juliette !

Avatar_small

boxdistal

12/06/2017 à 18:53

Carie Grant écrivait:
---------------------
> 'omeo pa'ti .... pauv'e Juliette !

Toi tu as trop mangé de carambars!

--
"araignée du gratin, machin"

Avatar_small

pharmacien75

12/06/2017 à 19:35

adhoc écrivait:
---------------
> pharmacien75, il est écrit plus haut que le pharmacien serait/devrait etre en
> partie corresponsable pour le cas de cet enfant.
> Mais sur les ordonnances, vous ne voyez pas forcément la phathologie du patient
> . Vous pouvez donc delivrer du calendula ou autre machin CH sans savoir que le
> mome souffre d'une otite aigue.
> Ne devrait on pas écrire sur nos ordonnances la ou les pathologies qu'on a
> observées?
> Par exemple amoxilline 1000 3 /j pdant 7 jours (péricoronarite 38)
> Cela éviterait ce genre de probleme comme: calendula 8CH (otite depuis 10
> jours). Le pharmacien peut alors bondir!

Dans la loi il est bien marqué que le pharmacien doit prendre toutes les informations nécessaires pour s'assurer qu'un traitement (prescrit ou sans ordonnance) est adapté, ainsi que les informations nécessaires pour donner les bons conseils. En pratique ce n'est pas facile effectivement. On appelle le médecin régulièrement mais on ne peut pas le faire à chaque fois. Dans les maisons de santé pluridisciplinaires et dans les établissements de santé, les pharmaciens ont accès à tout le dossier médical par un réseau informatique interne.
Et c'est pour ça qu'on aurait besoin que le dossier médical électronique se développe pour que toutes les autres pharmacies puissent aussi travailler dans de bonnes conditions. Malheureusement, certains médecins (et dentistes ?) trainent des pieds pour l'utilisation de ce dossier partagé, qui permet à tous les professionnels de santé d'un patient d'avoir accès aux informations médicales importantes.

Maintenant dans cette situation, pas besoin d'appeler le médecin ou de réclamer le dossier du patient pour simplement informer les parents qu'en cas de fièvre qui perdure, il faut reconsulter d'urgence un médecin.

N'oublions pas non plus que la moitié des médicaments homéopathiques sont délivrés sans ordonnance, donc il est encore plus important pour le pharmacien de prévenir le patient de la nécessité de consulter si les symptômes persistent (voir de consulter tout de suite !).

69_xtb5lc

barbabapat

12/06/2017 à 20:31

pharmacien75 écrivait:

Dans les
> maisons de santé pluridisciplinaires et dans les établissements de santé, les
> pharmaciens ont accès à tout le dossier médical par un réseau informatique
> interne.
> Et c'est pour ça qu'on aurait besoin que le dossier médical électronique se
> développe pour que toutes les autres pharmacies puissent aussi travailler dans
> de bonnes conditions. Malheureusement, certains médecins (et dentistes ?)
> trainent des pieds pour l'utilisation de ce dossier partagé, qui permet à tous
> les professionnels de santé d'un patient d'avoir accès aux informations
> médicales importantes.

Réponse très simple avec la décision de la cnil qui a rappelé que les données du dossier médical partagé sont sous la dépendance du patient qui choisit les données et les personnes qui peuvent y avoir accès.

Combien de fois malgré un interrogatoire médical réalisé, on apprend que le patient nous a pipoté sur sa santé et ses traitements car une ALD arrive lors de la création de la FSE.

Soit les données du dossier médical partagé sont justes et on peut se baser dessus, soit on est obligé de refaire l'intégralité du questionnaire médical avec pour problème supplémentaire de devoir gérer les divergences qui peuvent modifier les plans de traitement.

Avatar_small

pharmacien75

12/06/2017 à 22:57

barbabapat écrivait:
--------------------
> Réponse très simple avec la décision de la cnil qui a rappelé que les données du
> dossier médical partagé sont sous la dépendance du patient qui choisit les
> données et les personnes qui peuvent y avoir accès.
>
> Combien de fois malgré un interrogatoire médical réalisé, on apprend que le
> patient nous a pipoté sur sa santé et ses traitements car une ALD arrive lors de
> la création de la FSE.
>
> Soit les données du dossier médical partagé sont justes et on peut se baser
> dessus, soit on est obligé de refaire l'intégralité du questionnaire médical
> avec pour problème supplémentaire de devoir gérer les divergences qui peuvent
> modifier les plans de traitement.

Le patient décide avec qui il partage ses données, cela doit rester son droit élémentaire dans le dossier partagé. Après s'il me cache qu'il a une allergie à la pénicilline ou qu'il est insuffisant rénal au moment de la délivrance d'un médicament, je ne suis pas responsable en cas de problème.

Nous a le dossier pharmaceutique partagé entre pharmacies, le patient peut refuser de mettre un médicament dedans, mais s'il arrive un pépin le pharmacien n'est pas responsable. Donc là ce n'est plus mon problème.

Fullsizerender_mvtcbs

BasArtDentaire

12/06/2017 à 23:12

adhoc écrivait:
---------------
> Prend le relais la mémoire de l'eau, dont
> le concept a été proné dans les années 80, pour défendre l'homéopathie.
> Oui, je sais,une molécule d'eau, ca concerne une bonne partie de l'histoire de
> l'Univers fini.

C'est le type de concept que je méditerai entre le moment où je tirerai la chasse d'eau et celui où je me servirai un verre d'eau demain matin.

69_xtb5lc

barbabapat

13/06/2017 à 06:36

pharmacien75 écrivait:
----------------------

>
> Le patient décide avec qui il partage ses données, cela doit rester son droit
> élémentaire dans le dossier partagé. Après s'il me cache qu'il a une allergie à
> la pénicilline ou qu'il est insuffisant rénal au moment de la délivrance d'un
> médicament, je ne suis pas responsable en cas de problème.
>
>
Désolé mais il existe une jurisprudence qui exonère de responsabilité un patient qui ment sur son état de santé réel, pour les conséquences que cela peut entraîner au motif qu'étant professionnels de santé, ça serait à nous de le diagnostiquer correctement malgré le mensonge et parce qu'il n'est pas conscient des conséquences de son mensonge.

Ton patients étant réputé inconscients des risques médicaux entraîné par son mensonge, en cas de problème c'est ta responsabilité qui est engagée pour ne pas l'avoir décelé.

On a des dentistes qui ont été condamnés malgré des questionnaires cliniques signés par les patients sur lesquels ils avaient mentis car le patient ne comprenant pas les conséquences, il est irresponsable.

Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

13/06/2017 à 08:22

Pour le paiement je vois avec la curatelle alors ? 😀

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

13/06/2017 à 08:29

barbabapat écrivait:
--------------------

>
> On a des dentistes qui ont été condamnés malgré des questionnaires cliniques
> signés par les patients sur lesquels ils avaient mentis car le patient ne
> comprenant pas les conséquences, il est irresponsable.

C'est pareil pour les consentements éclairés : le patient n'a pas compris ce qu'il a signé.

--
En cas d'échec des négociations conventionnelles, seriez-vous prêt à suivre la promotion d'un déconventionnement massif de la profession par les syndicats représentatifs ? OUI - NON
Participez, anonymement, sur https://goo.gl/forms/nAO0htnsVmxotjYm1

69_xtb5lc

barbabapat

13/06/2017 à 09:13

lardonbis écrivait:
-------------------
> Pour le paiement je vois avec la curatelle alors ? 😀

C'est déjà le cas entre le tiers payant sécu et les réseaux de soins qui mettent le patient sous tutelles de la sécu et des mutuelles.

Avatar_small

pharmacien75

14/06/2017 à 03:23

barbabapat écrivait:
--------------------
> Désolé mais il existe une jurisprudence qui exonère de responsabilité un patient
> qui ment sur son état de santé réel, pour les conséquences que cela peut
> entraîner au motif qu'étant professionnels de santé, ça serait à nous de le
> diagnostiquer correctement malgré le mensonge et parce qu'il n'est pas conscient
> des conséquences de son mensonge.
>
> Ton patients étant réputé inconscients des risques médicaux entraîné par son
> mensonge, en cas de problème c'est ta responsabilité qui est engagée pour ne
> pas l'avoir décelé.
>
> On a des dentistes qui ont été condamnés malgré des questionnaires cliniques
> signés par les patients sur lesquels ils avaient mentis car le patient ne
> comprenant pas les conséquences, il est irresponsable.

J'imagine que c'était pour des situations particulières. Si un patient ment sur une allergie (à la pénicilline par exemple), le dentiste et/ou le pharmacien ne peuvent pas être tenus pour responsable.

69_xtb5lc

barbabapat

14/06/2017 à 07:29

pharmacien75 écrivait:
----------------------
>
>
> J'imagine que c'était pour des situations particulières. Si un patient ment sur
> une allergie (à la pénicilline par exemple), le dentiste et/ou le pharmacien ne
> peuvent pas être tenus pour responsable.

Tu as pleins de patients qui parlent d'allergie aux antibiotiques et qui sont incapables de connaître la molécule en cause.
J'avais un patient allergique à la pénicilline mais qui allait très bien avec de l'augmentin.

Les patients ont une connaissance de leur santé assez amusante et contrairement à toi ne sont pas professionnels de santé pour comprendre les conséquences de leurs réponses.

Tu peux être responsable malgré le fait que ton patient t'ai donné des informations erronées.

Ton cas sur l'insuffisance hépatique. Personne ne mettra alcoolique chronique dans le dossier médical et cela serait censuré par le patient. Pour peu qu'il cache un traitement qu'il prend par ailleurs, c'est de toute façon une loterie de faire une prescription dans ces conditions.

Avatar_small

Bebert.

22/07/2017 à 10:41
Avatar_small

pharmacien75

23/07/2017 à 03:00

Bebert. écrivait:
-----------------
> http://www.jim.fr/medecin/jimplus/posts/e-docs/les_pharmaciens_doivent_ils_continuer_a_vendre_de_lhomeopathie__166642/document_jim_plus.phtml

Il a raison quand il dit que la blouse blanche donne du crédit : un truc dans une pharmacie délivrée par un mec avec un badge "docteur en pharmacie", ça donne envie aux patients, et ça les labos l'ont bien compris.

Après c'est quand même un pharmacien réac, qui ne supporte pas ses propres confrères et les médecins : il nous trouve trop riches.

Avatar_small

Guady

23/07/2017 à 15:00

Pour ceux que ça intéresse, l'Institut Mind and life, fondé en 1990 aux États-Unis compte parmi ses membres des scientifiques émérites, et des pratiquants bouddhistes, dont le plus connu est le 14e dalaï-lama. Ils publient des travaux passionnants sur l'effet placebo, entre autre nombreux sujets en rapport avec le cerveau, les neurosciences, l'épigénétique etc.
"Mais nous pouvons modifier directement notre attitude et adopter une disposition d'esprit positive : l'effet sur le corps sera le même et nous n'aurons pas eu besoin d'avaler une petite pilule bleue ou jaune qui ne contenait rien.
Certaines qualités mentales (entraînement à l'empathie, l'altruisme etc) peuvent également prévenir le syndrome d'épuisement professionnel(burn-out).
Et de préciser que l'interaction empathique entre médecin et patient exerce un effet très puissant que nous avons peut-être perdu de vue dans certaines de nos approches médicales modernes.
Cela ne signifie pas la fin des pharmaciens, soyez rassurés =) Au passage, le jeûne médiatique de temps en temps, c'est pas mal aussi pour le mental.

*Qu'est-ce que la métaphysique ? C'est ce que la science n'a pas encore été capable d'étudier.
Grande question de ces Sages : comment pouvons nous être si puissants (technologie) et nous traiter de manière si horrible entre humains alors que le progrès devrait aller dans le sens de l'amélioration au bénéfice de l'humanité. A suivre.

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

05/05/2019 à 22:58

.

Hom%c3%a9opathie_tzqzbu