MECI Anthogyr

Forum associé : Implantologie

Avatar_small

Rebellious135

19/03/2017 à 10:10

posit écrivait:
---------------
> Bonjour,
>
> Pour ton premier cas, tu as pris les photos justes après la pose du bridge ?
> J’ai impression que tu lui as fait une anesthésie, la lèvre du supérieure a du
> mal à trouver se place et il me semble qu’il propulse pour trouver sa centrée.
>
> Le principe avec un PEI à ciel ouvert et la méthode que m’avait demandé de
> faire un praticien pour ma première fabrication de bridge en mise en charge
> différée. Il a failli m’arriver la même déconvenue qu’a ton prothésiste. J’ai
> cru que le bridge ne rentrerait pas et l’occlusion n’était pas correcte. Pour
> cette raison j’ai développé un protocole de mise en charge immédiate qui a
> l’avantage de fonctionner en extraction et mise en charge.
>
> Pour des patients encore actif passer par une PCA ne me semble pas une
> solution attractive et je pense que si le patient a le choix, une seule
> intervention et sortir du cabinet avec une prothèse esthétique et fonctionnelle
> correspond à son attente.
>
> Tu remarqueras, dans le premier cas présenté par drmarcus la problématique de la
> patiente (photo de profil) et le résultat obtenue en fin d’intervention. Je
> pense que la phase de cicatrisation débutant au premier coup de scalpel la pose
> du bridge dans la continuité de l’intervention donne des résultats esthétique
> plus favorable que dans le cas d’une mise en charge différée.

Bonjour,

Pour les dernières photos du 1e cas, oui c'est juste après la pose du bridge, je n'ai pas le souvenir d'avoir fait d'anesthésie. J'aurais du faire des photos avant l'intervention pour un comparatif. (Je n'avais pas l'intention de présenter un cas) Il avait initialement 1 stellite quasi complet inadapté ce monsieur. J'ai l'habitude de faire relacher et accompagner le menton lors des prises d'occlusion pour la relation centrée et sur l'articulateur je n'avais pas l'impression d'une propulsion. Ceci dit vos remarques sont pertinentes je pense aussi le menton parait encore proéminent par la prise de vue vers le haut et le grand angle de l'iphone qui déforme l'image de ce qui est pres de l'objectif.

Je n'ai pas bien compris le problématique du ciel ouvert. Nous faisons le ciel ouvert même pour des cas unitaires simples pour la fiabilité meilleure que le ciel fermé à priori. (Encore plus pour du plural, jamais de ciel fermé)

Quant à l'extraction et pose implants et MEI, je n'ai pas voulu courir avant de marcher. Je n'étais pas sur comment j'allais placer mes implants dans un os à peu près cicatrisé à main levé, je ne voulais pas me rajouter une difficulté supplémentaire. (Et il y a aussi l'argument de diminution de charge bacterienne d'un parodonte en mauvais état, d'autant plus que la patiente a eu des difficultés pour arrêter complètement le tabac) Sinon ce que j'ai connu pour ext/implantation immediate pour MEI, c'est de faire l'hemi arcade, poser les piliers et prise de l'occlusion avec l'OIM de l'autre hemi arcade encore denté puis continuer les ext, poser le restant des implants et reprise de l'occlusion en positionnant le silicone de la 1e prise. De cette manière la DV et la relation initiale sont conservées.

Pour mon deuxième cas les empreintes et l'occlusion se sont déroulées sans difficulté ou problèmes. J'avais l'intention d'augmenter légèrement la DV dans tous les cas pour contre balancer le problème de bruxisme, et c'était le souhait de la patiente aussi. Elle avait la volonté de garder le diasteme entre les 2 incisives centrales qui serait difficilement compatible avec un bridge complet. De toute façon avec sa PAC immédiate elle s'est habituée à ne plus en avoir comme avant.

En tout cas j'ai eu beaucoup de stress pour le 1e cas et quasiment rien pour le 2e, entretemps j'ai des amis qui m'ont rassuré. Je reste mefiant encore 3 mois. La parodontite de madame peut affecter les implants aussi. L'arcade mandibulaire risque de terminer aussi comme le maxillaire... ce n'est pas simple. Au moins elle est prévenue et semble comprendre.

RépondreCiter
Score : -1
Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

20/03/2017 à 17:21

Bonjour, ce que je voulais dire pour le premier cas c’est que si le bridge n’était pas passif c’est que l’empreinte n’était pas correcte à moins que ce défaut pouvait être constaté sir le modèle de travail.
Pour la méthode utilisée je trouve qu’il oblige à « courir » avec une empreinte et une occlusion en post opératoire succédant une pose à main levée. Une planification précise avec une étude de la densité osseuse le tout retranscrit avec un guide chirurgical, positionneur implantaire me semble plus serein pour aborder ce type de chirurgie. Aussi je poste les photos en pré-opératoire du cas clinique de drmarcus, il suffira de revoir sur son post pour me dire si le résultat qu’il a obtenue et pertinent ou non pour l’utilisation du protocole Positdental. Je précise qu’une seule intervention a été nécessaire pour ce cas d’extraction implantation mise en charge immédiate

Dsc03989_l7lk1hDsc03987_wqm57p
Avatar_small

Rebellious135

20/03/2017 à 18:05

Effectivement si le 1e bridge n'était pas adapté c'est qu'il y a eu souci soit lors de la prise d'empreintes soit lors de la coulée. Et je suspecte le manque de rigidité du porte empreinte car j'avais demandé 1 PEI à ciel ouvert à mon prothésiste habituel: il m'avait fait un PEI pour une PAC en meulant au dessus de la crête sans creer un logement de retention pour les transferts. Et dans l'urgence j'avais du utilisé 1 PE du commerce en meulant moi même avant l'intervention pour le rendre ciel ouvert, qui était forcement moins rigide.

Quant à la sérénité de l'acte, j'avais tendance à m'intéresser aux guides. J'avais vu au sapo des guides qui sont fixés initialement pour faire ensuite les forages" les yeux fermés" que ce soit le positionnement, l'axe ou la profondeur.

Ceci dit mon prof de DU me l'avait déconseillé en tant que débutant, car en cas d'aléas = décalage de positionnement du guide, tout est décalé et dans ce cas il faut être capable de rattraper les poses à main levée qui devient encore plus complexe.

Enfin la densité de l'os sur CBCT donne une idée si on force beaucoup ou s'il faut sous forer, mais en cas d'ext/implantation immédiate ça n'a plus d'importance vu que le foret suivra dans tous les cas le trou dans l'alveole! Il faut en etre conscient et maîtriser la position du contre angle à ce moment = difficulté supplémentaire pour MEI. C'est dans les cas d'ext/pose immediat qu'on a besoin d'ailleur des implants plus longs pour avoir une meilleur stabilité au delà de la racine extraite, et il n'y a pas toujours d'os. Ca se fait souvent et bien ces cas, mais je pense que c'est un niveau supérieur.

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

20/03/2017 à 18:47

Rebellious135 écrivait:
-----------------------

>
> Quant à la sérénité de l'acte, j'avais tendance à m'intéresser aux guides.
> J'avais vu au sapo des guides qui sont fixés initialement pour faire ensuite les
> forages" les yeux fermés" que ce soit le positionnement, l'axe ou la profondeur.

Il est certain qu'un guide t'obligeant a travailler les yeux fermés n'est pas l'idéal. Dans la cas de drmarcus il présente le guide Positdental qui a l'avantage d’être ouvert pour contrôler tout au long de l'intervention le forage comme à main levée tout en étant guidé.

>
> Ceci dit mon prof de DU me l'avait déconseillé en tant que débutant, car en cas
> d'aléas = décalage de positionnement du guide, tout est décalé et dans ce cas il
> faut être capable de rattraper les poses à main levée qui devient encore plus
> complexe.

Encore une foi ce n'est pas lorsque tu retire le guide que tu dois t’apercevoir de la position des implants comme avec la technique flapless d'où l’intérêt de guide Positdental à appuis osseux. Ce prof de DU ne connait pas tout les systèmes de chirurgie guidée.


>
> Enfin la densité de l'os sur CBCT donne une idée si on force beaucoup ou s'il
> faut sous forer, mais en cas d'ext/implantation immédiate ça n'a plus
> d'importance vu que le foret suivra dans tous les cas le trou dans l'alveole! Il
> faut en etre conscient et maîtriser la position du contre angle à ce moment =

Bien souvent il ne faut pas suivre l'alvéole d'extraction au maxillaire. Dans ce cas pour le faire à main levée il faut une bonne expérience ce qui avec un guide présentant de bonne qualité de conception devient plus aisé à faire. Le CBCT donne une image par micrographie d'un volume osseux, le scanner donne le volume osseux par tomodensitométrie.

> difficulté supplémentaire pour MEI. C'est dans les cas d'ext/pose immediat qu'on
> a besoin d'ailleur des implants plus longs pour avoir une meilleur stabilité au
> delà de la racine extraite, et il n'y a pas toujours d'os. Ca se fait souvent et
> bien ces cas, mais je pense que c'est un niveau supérieur.

Le torque de serrage d'un implant lors de la pose ne veut pas dire qu'il est contant dans le temps, quelque minute après enfouissement selon la plasticité osseuse du site un implant ayant bloqué à 50 pourra tourné si une force de 20 Newton lui est appliquée.En mise en charge immédiate la longueur de l'implant et surtout utilisée pour obtenir un appuis bi-cortical pour passer la phase de remodelage osseux.

Sur le deuxième cas pour quelle raison avoir choisi des implants courts sur la partie antérieure?

2b557adf5861db1fcf0767b6c21e0366_modifi_-1_xyt93g

pxav

20/03/2017 à 18:58

Rebellious135 écrivait:
-----------------------
.
en cas d'ext/implantation immédiate ça n'a plus
d'importance vu que le foret suivra dans tous les cas le trou dans l'alveole!

attention,il ne faut pas suivre l'axe de la dent, mais celui du futur implant...
--
xbk
"Si tous ceux qui croient avoir raison n'avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin" Dac Pierre

Avatar_small

Rebellious135

20/03/2017 à 22:46

pxav écrivait:
--------------
> Rebellious135 écrivait:
> -----------------------
> .
> en cas d'ext/implantation immédiate ça n'a plus
> d'importance vu que le foret suivra dans tous les cas le trou dans l'alveole!
>
>
> attention,il ne faut pas suivre l'axe de la dent, mais celui du futur implant...
> --
Justement c'est ce que je voulais dire. Prevoir sur cbct la densité osseuse dans le cas d'une ext/implantation immediate me paraît relativement superflu vu que c'est la dextérité du chirurgien qui prime à se positionner où il veut en maitrisant son contre angle. (souvent anguler pour avoir 1 attaque +perpendiculaire puis redresser l'axe souhaité par exemple)

J'ai choisi des implants 10mm de long pour le secteur antérieur et pas d'implants plus longs car malgré mon angulation d'environ 20 degrés, je risquais de sortir les apex des implants en vestibulaire avec des plus longs .

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

21/03/2017 à 08:02

Ce que je vois d’intéressant dans la procédure de ce cas est l’utilisation d’une armature en métal rigide dans le bridge. Certains estiment qu’une mise en charge précoce peut se réaliser avec un fil de renfort ou un bridge en résine classique ou PMA.
Ceux qui pratiquent depuis longtemps la MCP, les adeptes de la basale n’envisagent pas de la faire sans armature.

Pour les autres choix techniques, il me semble plus liés à un manque de maîtrise des outils actuels.

La mise en charge immédiate donc en 1 seule intervention me semble correspondre aux attentes des patients qui ne souhaitent pas porter une prothèse amovible ou rester sans dents pendant la phase d’ostéointégration. La mise en fonction rapide me semble moins performante au niveau cicatriciel des tissus mous et l’extraction implantation mise en charge immédiate représente une réelle avancée dans la proposition thérapeutique pour les patients.

Avatar_small

Rebellious135

21/03/2017 à 08:34

Je croyais que ce n'était pas possible de faire une MEI sans armature rigide qui serait garant de la solidarité des implants.

C'est la fac de clermont qui aurait développé ça avec euroteknika:
http://www.etk.dental/fr/wp-content/uploads/2016/03/Brochure_Allinbar_FR.pdf

Leur prothsiste (celui qui a fait mes bridges) fait des soudures au laser des ailettes. Quelque soit sa technique il le fait avant 17h le jour de l'intervention. Moi je mets 72h le temps d'envoyer le colis, qu'il receptionne le lendemain. Il peut me l'envoyer le jour même mais comme je n'étais pas sur des délais de transport au lieu de 48h j'ai mis 72h pour être sur de la réception du bridge au rdv du patient.

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

21/03/2017 à 09:42
Avatar_small

Rebellious135

21/03/2017 à 13:53

Ca a l'air très bien celui de dentsply pour l'armature du bridge si la soudure est fiable. Il faut encore acheter la machine. Donc le volume de MEI dans l'année doit être conséquent. Quant à simplant, je ne suis pas une bille en informatique mais ça m'a paru très chronophage sans parler du coût d'achat du logiciel aussi.

Pour l'implant unitaire que ce soit antérieure ou post j'ai le même tarif relativement bas (et encore j'envisage me mettre aux greffes conj systématique pour l'anterieur) donc je me vois mal d'augmenter le coût de revient de l'acte ou baisser encore la marge.

Au vu des politiques actuelles à mon sens on devrait s'intéresser aux protocoles les plus simples reproductibles et les moins onéreuses.

Pour la marque des systèmes j'aime bien anthogyr, etk et idi car ils donnent de bons résultats, ont un tarif correct et ils sont français. Je ne vois pas trop l'intérêt de faire travailler les suisses ou américaines pour un résultat comparable.

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

27/03/2017 à 19:01

Rebellious135 écrivait:
-----------------------
> Ca a l'air très bien celui de dentsply pour l'armature du bridge si la soudure
> est fiable. Il faut encore acheter la machine. Donc le volume de MEI dans
> l'année doit être conséquent.

La machine envoie un courent à haute densité pour faire rentrer en fusion les métaux en contact. le fil relient les piliers d'implants doit donc être en contact sur tous les pilers simultanément. je pense que sur un modèle en plâtre ajuster un fils de la sorte et sans tentions est très difficile alors en bouche cela me parait encore plus compliqué.

>Quant à simplant, je ne suis pas une bille en informatique mais ça m'a paru très chronophage sans parler du coût d'achat du logiciel aussi.

J'ai fait la même analyse dans les système proposé sur le marché aussi j'ai préféré proposer un autre service pour la chirurgie guidée.

Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

27/03/2017 à 19:15

en chauffant tu vas libéré certaines contrainte du fil.
D'autre apparaitrons au refroidissement mais plus faible.

Quand tu fait du mécano-soudé un peu léger en section tu peux voir ta structure se gondoler quelques mois après si tu as fait le cochon.

La c'est du point par point donc les tension résiduelle vont pas être énorme et sur le plâtre tu les libère avec un long ( long) chauffage.

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

27/03/2017 à 19:42

lardonbis écrivait:
-------------------
> en chauffant tu vas libéré certaines contrainte du fil.
> D'autre apparaitrons au refroidissement mais plus faible.
>
> Quand tu fait du mécano-soudé un peu léger en section tu peux voir ta structure
> se gondoler quelques mois après si tu as fait le cochon.
>
> La c'est du point par point donc les tension résiduelle vont pas être énorme et
> sur le plâtre tu les libère avec un long ( long) chauffage.

Le but est d'obtenir une armature passive donc que penses-tu du résultat probable de cette méthode ?

Si il y a un utilisateur de ce produit sur le forum, il peut nous expliquer?

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

28/03/2017 à 17:49

Rebellious135 écrivait:
-----------------------

> Au vu des politiques actuelles à mon sens on devrait s'intéresser aux protocoles
> les plus simples reproductibles et les moins onéreuses.
>

les 2 cas présentés sont réalisés sur des maxillaires ayant un volume osseux conséquent. Les patients ont accepté l'extraction des dents et la temporisation avec une PCA. Ces conditions ne se retrouvent pas dans tous les cas où une MCI est envisageable et le passage par une prothèse amovible peut être un frein à l'acceptation du plan de traitement.
Si la conjoncture est difficile il est d'autant plus important de pouvoir répondre de façon efficace aux doléances du patient et ne pas être limité par la technique.Le protocole le plus simple est celui qui répond le plus surement à l'objectif fixé, réhabiliter la fonction et l'esthétique du patient. Si en plus la réponse apportée est immédiate et limitée en nombre d'intervention elle correspond au critère économique. En effet la préparation informatique est chronophage en temps elle est bien plus longue que l'acte en lui-même pour au final si aucun outil n'est utilisé pour transposer cette planification reposer uniquement sur la dextérité de la capacité de la vision spatiale du chirurgien. D'un autre côté, pour une réhabilitation globale compter uniquement à son sens clinique au moment de la chirurgie peut s'avérer aléatoire.Le temps de réflexion du projet implantaire une fois l'objectif du projet prothétique établi reste un passage obligé.
les outils pour la planification sont plus ou moins onéreux, les planches de coupe restent le moins coûteux. Les logiciels multi-planer du marché ont rendu bien plus précise et pratique cette planification mais ont un coût élevé en achat, maintenance et temps. Pour avoir travaillé à partir d'études faites sur certains logiciels je leur trouve un autre défaut, c'est leur principe de fonctionnement à partir du multi-planeur pour le positionnement et leur rendu 3D qui me semble limité. Par une autre méthode des études nous ont permis de trouver d'autres solutions et en plus élargir la faisabilité des cas.Pour illustrer mes propos je détaillerais le premier cas réalisé par drmarcus qui correspond, il me semble aux points que je viens d'aborder. Un autre avantage de la planification 3D dont je parle est qu'elle ne nécessite aucun investissement financier ou informatique.

Planifiation_implantaire_3d_positdental_003_qsndtsPlanifiation_implantaire_3d_positdental_002_mwnzgsPlanifiation_implantaire_3d_positdental001_w2139q
Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

28/03/2017 à 18:16

posit écrivait:
---------------

> Le but est d'obtenir une armature passive donc que penses tu du résultat
> probable de cette méthode?
>
>
> Si il y a un utilisateur de ce produit sur le forum, il peut nous expliquer?

pour tout te dire je ne vois pas trop d'avantages à ce système par rapport aux piliers équipés d’ailettes préparés à l'avance qui eux garantissent une passivité même si l'armature n'est pas continue.
Mécaniquement c'est kifkif je pense , un fil tout fin ou des ailettes qui se croisent dans les deux cas c'est suffisant sans être optimal.

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

28/03/2017 à 18:43

lardonbis écrivait:
-------------------
> posit écrivait:
> ---------------
>
> > Le but est d'obtenir une armature passive donc que penses tu du résultat
> > probable de cette méthode?
> >
> >
> > Si il y a un utilisateur de ce produit sur le forum, il peut nous expliquer?
>
>
> pour tout te dire je ne vois pas trop d'avantages à ce système par rapport aux
> piliers équipés d’ailettes préparés à l'avance qui eux garantissent une
> passivité même si l'armature n'est pas continue.
> Mécaniquement c'est kifkif je pense , un fil tout fin ou des ailettes qui se
> croisent dans les deux cas c'est suffisant sans être optimal.

Et bien que ce soit avec le fil soudé sur des piliers ou des ailettes je ne pense pas que le cas de drmarcus n'aurait pas été réalisé dans les mêmes conditions et de plus le bridge ne peut être fait qu'en différé. Comme tu peux le voir sur les images qui suivent, le bridge n'est pas transvisé. Je te laisse imaginer la précision nécessaire pour que bridge s'insère sur les piliers de prothèse fixes posés en définitif.

Planifiation_implantaire_3d_positdental_004_kktelnPlanifiation_implantaire_3d_positdental_005_mirezeImage1_zcc2uxImage2_xmre0e
Avatar_small

Rebellious135

28/03/2017 à 20:06

posit écrivait:
---------------
> Et bien que ce soit avec le fil soudé sur des piliers ou des ailettes je ne
> pense pas que le cas de drmarcus n'aurait pas été réalisé dans les même
> conditions et de plus le bridge ne peut être fait quand différé.

Je n'ai pas bien compris "..avec ailettes (..) le bridge ne peut être fait quand différé"

Les cas de bimax avec ailettes se font empreinte vers 12h et pose du bridge bimax vers 17h le même jour.

Merci encore pour vos avis. Cependant je pense qu'on aimerait voir les étapes (et temps) pour la réalisation du cas de dr marcus afin qu'on ait un avis si c'est transposable à notre pratique.

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

29/03/2017 à 08:02

Rebellious135 écrivait:
-----------------------

> Je n'ai pas bien compris "..avec ailettes (..) le bridge ne peut être fait quand
> différé"

Pour que les piliers soit noyés dans la prothèse il faut prendre une empreinte, faire le bridge, le temps de la mise en charge est différé de la pose des implants.

>
> Les cas de bimax avec ailettes se font empreinte vers 12h et pose du bridge
> bimax vers 17h le même jour.

Celui qui fabrique le pilier n'est pas celui qui fabrique la prothèse il me semble. Personnellement recevoir des empreintes à 12h et livrer 2 bridges à 17h, je n'engagerai pas ma responsabilité à tenir ce délais. Si le fabricant de pilier veux le faire, engager sa responsabilité sur le travail d'un autre libre à lui.

>
> Merci encore pour vos avis. Cependant je pense qu'on aimerait voir les étapes
> (et temps) pour la réalisation du cas de dr marcus afin qu'on ait un avis si
> c'est transposable à notre pratique.

La mise en charge immédiate nécessite des outils, un protocole, une maîtrise de la technique. Pour réaliser une mise en charge en réhabilitation totale d'un maxillaire le bridge doit être réalisé avant la pose des implants autrement le temps de fabrication du bridge implique d'indiquer le délais entre la pose des implants et celle de la prothèse. l'investissement dans les outils et la technique pour faire une mise en charge immédiate n'est pas similaire à une mise en charge différée, il serait incorrect de les assimiler. Une couronne de la teinte des dents peu être en résine ou en céramique par exemple, placer une couronne en résine et la nommer céramique est une tromperie.
Pour réaliser une MCI comme drmarcus, pluton ou Béotien il faut être en mesure de placer les implants, piliers définitifs et le provisoire à armature métal dans la même séance. Comme je ne pense pas qu'il soit possible d'obtenir un positionnement suffisamment prédictible à main-levée pour le faire je ne vois pas ce qui peut être transposable sans utilisation du matériel adéquat. Je peux montrer les photos du déroulé d'une chirurgie de drmarcus mais pas celles qu'il a présenté car je ne les ai pas.

Cas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_001_ythjpxCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_002_mwprujCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_003_ddlizeCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_004_hsvpbnCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_005_hhoj7iCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_006_eplepiCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_007_fxesxrCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_008_aobgtaCas_clinique_du_docteur_marc_regrain_-_mise_en_charge_imm%c3%a9diate_mci_009_fyml37
Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

29/03/2017 à 08:49

oui les autre systèmes c'est pas immédiat c'est dans la journée au mieux..

Sinon j'aime bien tes forets :)
mais questions bêtes:
-Pourquoi ne pas forer directement au diamètre terminal ( avec des forets de longueur croissante pour que la bague soit toujours bien en appuis)
-pour l'ostéotomie au ptérygoïde tu as une irrigation interne ?

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

29/03/2017 à 09:21

lardonbis écrivait:
-------------------

> -Pourquoi ne pas forer directement au diamètre terminal ( avec des forets de
> longueur croissante pour que la bague soit toujours bien en appuis)

Le principe que j'ai mis au point est un aplanissement de la crête, un centrage, un approfondissement progressif avec un foret qui tranche aussi sur le pourtour et un élargissement progressif. Cet ensemble permet de toujours avoir 2 points de centrage 1 dans l'os l'autre par le haut du 3/4 tube. le rôle de la bague est de coulisser le long du 3/4 tube et si il y a une déviation la bague coince pour sortir, il suffit de repasser le foret jusqu'à obtenir un retrait sans contrainte. La bague n'est pas un canon de forage devant être placé dans le 3/4 tube.

> -pour l'ostéotomie au ptérygoïde tu as une irrigation interne ?

La pression de l'eau dans les foret à irrigation interne ne me semble pas suffisante pour être efficace aussi je n'ai pas envisagé faire d'irrigation interne dans mes forets.Pour l'ostéotomie au ptérygoïdien la douceur et la prise temps permet aux calories d’être évacuées par le système vasculaire comme pour le forage si celui-ci est effectué à basse vitesse.Tout le monde n'utilise pas systématiquement l'irrigation externe durant le forage.

Generique-fraisage_r2rxmm

lardonbis

29/03/2017 à 09:51

posit écrivait:
---------------
Tout le monde n'utilise pas
> systématiquement l'irrigation externe durant le forage.

je suis convaincu que ce n'est utile que dans certain cas.

Il est bien ton système posit. Tu t'es vraiment cassé le bol pour que ça marche, et ça marche :)

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

29/03/2017 à 09:55

merci

Avatar_small

Rebellious135

29/03/2017 à 10:54

Posit, excusez-moi j'ai une question bête, vous êtes chir-dentiste ou prothesiste ou travaillez chez un fabricant d'implants?

Avec ce système à partir du cbct vous fabriquez le bridge à l'avance?
Il faut aussi empreintes+le mordu en meme temps que le cbct?
On peut utiliser n'importe quel marque d'implants ou seulement ceux adaptés à vos forets spéciaux ?
Le bridge n'est pas transvissé (ou vissé) mais je crois que vous ne mettez pas de ciment non plus, ca tient que par friction? Comment on le dépose pour le nettoyage ou revissage d'un pilier dévissé éventuellement ? Par l'arrache couronne?
On sait tous que sur une préparation de dents naturelles pour un bridge un deplacement des racines de quelques microns en une semaine compromet l'insertion d'un bridge (sans provi notamment). Alors votre bridge realisé avant la pose des implants prévoit la pose exacte de tous les implants au microns près. Ou alors entre les piliers et l'armature il y a un jeu de tolérance suffisant (important) sinon il y a des fortes chances que le bridge ne s'insère pas complètement. (?)
De plus quid de l'occlusio vu que tout est fait avant la chirurgie (en temps normal, meme avec des empreintes très fiables type avec silicone par addition ou impregum + RIM on peut être amené à corriger de légers surocclusions) donc les dents sur votre bridge réalisé à l'avance est toujours en résine (ce qui n'est pas une mauvaise chose, au contraire) mais risque de demander des ajustements importants de l'occlusion après la pose, non?
Enfin en chirurgie tout ne se passe pas toujours comme prévu (éclatement de la corticale, absence de stabilité etc..) du coup nous sommes obligés de laisser les implants là où ils étaient prévus alors qu'une réalisation post-chirurgie laisse la liberté de poser l'implant dans une zone plus favorable (juste à côté par exemple)

Ce n'est pas critiquer pour critiquer mais juste des points d'interrogation qui me viennent à l'esprit car je n'ai certainement pas bien saisi le déroulement complet de votre système, ça se trouve votre concept marche à tous les coups et à main levée est plus aléatoire.

Pour la technique de pose à main levée j'ai eu 2 conseils qui m'aident beaucoup:
1) ne pas changer de foret avant de forer pour tous les implants. Vous faites la même geste dans la foulée pour l'ensemble des implants à poser et vous risquez moins de perdre l'axe souhaité.
2) mettre la tige pour donner l'axe de référence sur le premier forage et ne plus deplacer cette tige au fur et à mesure des forages. Sinon au bout du 8e forage vous vous rendrez compte qu'il ne correspond plus du tout au premier.
3) enfin rester un minimum concentré.

Ensuite soit on met les piliers definitifs et on prend les empreintes (pour un système type multiunit) soit on prend les empreintes des implants avec des transferts classiques pour faire un bridge en direct implant. (Piliers collés à l'armature+ puits pour du transvissé)

Avatar_small

Protée

29/03/2017 à 12:48

Le système posit convient à tous les systèmes ! No stress tu gardes ton protocole. D'après Ma source il peut être à coté de toi; toi tu gères la chir et tu sutures pendant qu'il "ajuste" les détails. Que du bonheur d'après Drmarcus !

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

29/03/2017 à 13:19

Rebellious135 écrivait:
-----------------------
> Posit, excusez-moi j'ai une question bête, vous êtes chir-dentiste ou
> prothesiste ou travaillez chez un fabricant d'implants?
>

J'ai une formation de prothésiste dentaire. Je suis fabricant de dispositif médicaux sur mesure pour chirurgie guidée en implantologie et chirurgie maxillo-faciale.J'ai acquis des compétences dans d'autres domaine que ma formation initiale pour développer ces produits.les dispositif sont conçu pour être utiliser avec tous les implants axiaux. Je ne travaille pas pour un fabricant d'implant.

> Avec ce système à partir du cbct vous fabriquez le bridge à l'avance?

Mon protocole pour réalisé les dispositifs comprends une acquisition des données d'imagerie médicale issue d'un dentascanner non substituable par un cone beam

> Il faut aussi empreintes+le mordu en meme temps que le cbct?

Dans ce protocole il faut une empreinte des maxillaire et la DVO à partir des quel je confectionne un PositScan à porté par le patient lors du dentascaner.

> On peut utiliser n'importe quel marque d'implants ou seulement ceux adaptés à
> vos forets spéciaux ?

les forets sont adaptés pour aménager les loges pour toute les marques d'implants, forage étagé inclus.

> Le bridge n'est pas transvissé (ou vissé) mais je crois que vous ne mettez pas
> de ciment non plus, ca tient que par friction? Comment on le dépose pour le
> nettoyage ou revissage d'un pilier dévissé éventuellement ? Par l'arrache
> couronne?
> On sait tous que sur une préparation de dents naturelles pour un bridge un
> deplacement des racines de quelques microns en une semaine compromet l'insertion
> d'un bridge (sans provi notamment). Alors votre bridge realisé avant la pose des
> implants prévoit la pose exacte de tous les implants au microns près. Ou alors
> entre les piliers et l'armature il y a un jeu de tolérance suffisant (important)
> sinon il y a des fortes chances que le bridge ne s'insère pas complètement. (?)
> De plus quid de l'occlusio vu que tout est fait avant la chirurgie (en temps
> normal, meme avec des empreintes très fiables type avec silicone par addition ou
> impregum + RIM on peut être amené à corriger de légers surocclusions) donc les
> dents sur votre bridge réalisé à l'avance est toujours en résine (ce qui n'est
> pas une mauvaise chose, au contraire) mais risque de demander des ajustements
> importants de l'occlusion après la pose, non?
> Enfin en chirurgie tout ne se passe pas toujours comme prévu (éclatement de la
> corticale, absence de stabilité etc..) du coup nous sommes obligés de laisser
> les implants là où ils étaient prévus alors qu'une réalisation post-chirurgie
> laisse la liberté de poser l'implant dans une zone plus favorable (juste à côté
> par exemple)
>
> Ce n'est pas critiquer pour critiquer mais juste des points d'interrogation qui
> me viennent à l'esprit car je n'ai certainement pas bien saisi le déroulement
> complet de votre système, ça se trouve votre concept marche à tous les coups et
> à main levée est plus aléatoire.

Le protocole est adapté pour les bridges visés ou prothèses fixes

>
> Pour la technique de pose à main levée j'ai eu 2 conseils qui m'aident beaucoup:
> 1) ne pas changer de foret avant de forer pour tous les implants. Vous faites la
> même geste dans la foulée pour l'ensemble des implants à poser et vous risquez
> moins de perdre l'axe souhaité.
> 2) mettre la tige pour donner l'axe de référence sur le premier forage et ne
> plus deplacer cette tige au fur et à mesure des forages. Sinon au bout du 8e
> forage vous vous rendrez compte qu'il ne correspond plus du tout au premier.
> 3) enfin rester un minimum concentré.
>
> Ensuite soit on met les piliers definitifs et on prend les empreintes (pour un
> système type multiunit) soit on prend les empreintes des implants avec des
> transferts classiques pour faire un bridge en direct implant. (Piliers collés à
> l'armature+ puits pour du transvissé)

Le travail de forage avec un guide est différant qu'en main levé puisque les axes et profondeur sont pré-établis, le choix du fixe ou transvissé voir un mixte est fait en amont lors du projet prothétique.