lassitude.... burn out.... démotivation

Avatar_small

usageunique

25/07/2016 à 15:42

Je vais jeter ici sans pudeur, ce que j'essaye d'étouffer depuis qq mois, voir année....

Mon métier que je pratique depuis presque 20 année au sein du même cabinet était
"Ma vie".... je faisais avec passion et loyauté mon travail... alors oui c'etais parfois pas parfait dans ce huit clos dentiste -assistante mais j'avais la sensation d'avoir trouver en lui le "compagnon " de travail imparfait qq fois comme moi, aimant son travail comme moi et loyal....

Et puis malgré le tourbillon de la vie, des intérêts différents à un moment, mes grossesses toujours ce plaisir d'être au sein de CE cabinet....

Qq formations intéressantes ou non cette envie de se former ensemble .....

Sans comprendre, la lassitude ou ma vie qui prenais un autre chemin... l'envie à disparu ....pour se remotiver binhhas....et là plus que l'envie, au fur et à mesure de ce bourrage de crâne,des tensions ont fait surface.... de la maladresse sûrement de part et d'autre qui ont fait apparaître de la rancoeur...

Impossible de communiquer pour moi trop à fleur de peau.... des silences au lieu de mots sur "nos" maux...

Les vacances approchent et avec elle cette envie de ne plus revenir.... j'ai mal au ventre, je me sens sans envie et suis spectatrice à chicoland....moi qui aimait mon métier...être à chicoland je guette la fin du supplice de ses journées.

Et toi tu as déjà ressenti ça ? Comment as tu retrouvé l'envie ?

Avatar_small

Bebert.

25/07/2016 à 15:59

Je pense qu'il faudrait commencer à vous parler, organiser une rencontre un jour où vous ne travaillez pas et vider votre sac.
Il faut absolument mettre des mots sur les non dits.
Au bout de 20 ans de 'vie commune' les petits travers de l'un et de l'autre prennent trop d'importance: c'est comme dans la vraie vie en couple, au bout d'un certain temps, on ne voit plus que les défauts de l'autre même si il ou elle est bourré(e) de qualités.

J'ai eu aussi une impasse de ce type il y a quelques années avec mon assistante qui, elle aussi avait 20 ans 'de boite': on ne voyait plus que les défauts de l'autre. Heureusement, j'avais embauché une nouvelle secrétaire pour remplacer celle qui partait pour suivre son mari dans une autre région, et cet apport d'air frais de l'extérieur a permis de crever l'abcès et d'avoir un vrai dialogue. On est reparti ensuite sur des bonnes bases en essayant chacun de gommer ce qui n'allait pas dans le relationnel... et nous avons retrouvé le plaisir de travailler ensemble jusqu'à sa retraite et nous sommes restés amis depuis.

En tout cas, mon conseil est de ne pas s'enfermer dans les non dits: il faut impérativement se parler et identifier précisément les choses qui ne vont plus (apparemment depuis Bihnas ...): ne partez pas en vacance sans avoir eu un entretien constructif soit au cabinet soit en dehors.

Avatar_small

chloé

25/07/2016 à 16:13

Mon dieu !!!! C'est exactement ce que je suis en train de traverser.
Je cherche un moyen de partir ; j'ai trop remis à plus tard cette décision et je suis fasse au mur, consciente malheureusement que rien ne changera jamais dans ce cabinet. Mais je ne veux pas partir sans avoir trouvé un autre emploi pour des raisons financières certes mais honte à moi je l'avoue pour trouver un moyen de raccourcir la période du préavis.
Jamais je n'aurai cru en arriver là, moi qui me suis plus qu'investie dans ce cabinet...

Avatar_small

usageunique

25/07/2016 à 17:03

C'est compliquée bebert..... parce que y a tellement de ressenti voir de colère qu je ne sais pas s'il est possible de communiquer à nouveau avec bienveillance....et cela me fait peur...

J'ai la sensation d'étouffer, d'être prise aux piège et de subir cette situation.

Il me reste deux semaines pour tenter de faire mûrir le courage d'affronter une discussion. C'est usant de ne plus échanger.

Ce qui est paradoxal c'est que cela ne pas affecter notre travail , l'ambiance selon nos patients est la même... la période d'été avec son lot de ctl/dét que tu vois qu'à cette saison son heureux de retrouver notre binôme.

Merci de tes conseils

Avatar_small

chipoundine

25/07/2016 à 21:38

Les causes sont plus simples que tu ne le pense.

Tout est dû au formatage , et au fait que tu te sens otage d'une telle situation , tu as besoin de te sentir libre , et binhas est la dernière chose que je ferai à ce stade .

Pour faire simple :

Tu dois faire des CCM pour compenser ce que tu perd sur les endos , et tu dois faire des endos pour faire des CCM .... c'est un cercle vicieux . Au bout de 15 ans tu t'aperçois que pas mal de tes CCM ont foutu le camp , et qu'il faut passer aux bridges ou aux implants ... Au fond de toi il y a certains cas ou tu te sens coupable , car c'est dur d'accepter ses échecs , mais tu n'a pas le choix , il faut payer les crédits , la maison .....

Bref tu te demande si tu est toujours un soignant ... et tu n'as plus la flamme .

Une formation en dentisterie adhésive m'a ouvert les yeux , la claque fait très mal. J'ai insisté ,j'ai accepté de baisser mon CA de 100000 euros , et du coup diminué mes impôts par 3 .

Je ne fais quasiment plus d'endo , que des reprises , plus de CCM , que des onlays des facettes . Les merdes sont beaucoup plus simples à gérer , car tu travailles selon le gradient thérapeutique , et que tu prend beaucoup moins de risques .

Au final tu retrouve la fierté d'être un soignant , tes patients te le font ressentir , et le fait de payer moins d'impôts te permet de prendre plus de temps pour toi . Tu n'as plus à chercher des bonnes mutuelles , a faire les IC plus chers que tes CCM , car une très grosse partie de ton activité est quasiment "déconventionnée" , mais tes patients te suivent quand même , car ils ne veulent plus de la dentisterie des années 80 .

Pour fêter ça je me suis offert un petit tour du monde de 2 mois l'année dernière , et je remet ça l'année prochaine.

Tu dois sortir de ce cercle vicieux !

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

26/07/2016 à 06:59

chipoundine écrivait:
---------------------

> Une formation en dentisterie adhésive m'a ouvert les yeux , la claque fait très
> mal. J'ai insisté ,j'ai accepté de baisser mon CA de 100000 euros , et du coup
> diminué mes impôts par 3 .

Nom de dieu mais c'est redoutable ton truc pour dé fiscaliser ! -)
J'ai fait la meme chose mais en plus je me suis foutu 80 000 euros de dettes sur le dos en achetant un cerec. Bizarrement ca ne m'a pas remonté le moral. -)
Ceci dit il faudrait tester ta méthode sur un cabinet qui n'a pas les moyens de perdre 100 000 euros de CA. -)

> Au final tu retrouve la fierté d'être un soignant , tes patients te le font
> ressentir , et le fait de payer moins d'impôts te permet de prendre plus de
> temps pour toi . Tu n'as plus à chercher des bonnes mutuelles , a faire les IC
> plus chers que tes CCM , car une très grosse partie de ton activité est
> quasiment "déconventionnée" , mais tes patients te suivent quand même , car ils
> ne veulent plus de la dentisterie des années 80 .

Ah ! Tu appliques l'article R4127-209 du code de déontologie :

"Le chirurgien-dentiste ne peut aliéner son indépendance professionnelle de quelque façon et sous quelque forme que ce soit."

En ce sens je te tire mon chapeau c'est franchement pas évident dans un système de santé communiste ou les prix sont controlés pour une bonne partie de l'activité et les patients saignés à blanc par des cotisations sécu et mutuelles très importantes. Dé-conventionnée n'est pas le mot juste, peu remboursée par la sécu et les mutuelles c'est plus juste. C'est con quand on pense que c'est la dentisterie conforme aux données acquises de la science, hein ?
C'est tout l'intérêt du sens de cet article du code de déontologie éviter que le praticien se fasse influencer dans ses plans de tt.

> Pour fêter ça je me suis offert un petit tour du monde de 2 mois l'année
> dernière , et je remet ça l'année prochaine.

Ben dis donc tu as encore de la marge, il faudrait songer à passer à la dentisterie adhésive opposable en composites directs si jamais un jour tu trouves que tu paies encore trop d'impots. -)))

Avatar_small

chipoundine

26/07/2016 à 07:47

Le passage de l'un à l'autre n'est pas si brutal que ça car ceux sont les "autres" qui fidélisent pour toi .... ET oui tu comprend rapidement que 75 % des urgences sont des pb sous endos-IC-CCM , qu'il fa falloir refaire , ou implanter !!!

Vu que ce n'est pas des traitements que tu as fait il devient facile , avec les nouveaux codes , de se faire rémunérer un démontage de CCM , une désobturation , une reconstitution pré endos .....; bref une pêche sous une CCM c'est une reprise d'endo à 300 boules + un IC +CCM à suivre ...en expliquant bien sûr au patient que la prochaine fois c'est l'implant . Du coup le patient comprend trèèèès vite qu'il a tout intérêt à garder ses dents vivantes et à faire des inlays , car au final la ré-intervention lui coûtera bien moins cher !!!

Tu baisses ton CA , mais tu est rentable sur les soins ! Tout ce qu'on demande depuis 30 ans !!!

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

26/07/2016 à 08:13

chipoundine écrivait:
---------------------
> Le passage de l'un à l'autre n'est pas si brutal que ça car ceux sont les
> "autres" qui fidélisent pour toi .... ET oui tu comprend rapidement que 75 % des
> urgences sont des pb sous endos-IC-CCM , qu'il fa falloir refaire , ou implanter
> !!!
>
> Vu que ce n'est pas des traitements que tu as fait il devient facile , avec les
> nouveaux codes , de se faire rémunérer un démontage de CCM , une désobturation ,
> une reconstitution pré endos .....; bref une pêche sous une CCM c'est une
> reprise d'endo à 300 boules + un IC +CCM à suivre ...en expliquant bien sûr au
> patient que la prochaine fois c'est l'implant . Du coup le patient comprend
> trèèèès vite qu'il a tout intérêt à garder ses dents vivantes et à faire des
> inlays , car au final la ré-intervention lui coûtera bien moins cher !!!
>
> Tu baisses ton CA , mais tu est rentable sur les soins ! Tout ce qu'on demande
> depuis 30 ans !!!

Ah ? parce qu'il comprend mieux un onlay à 400 boules de sa poche qu'une endo ic ccm totalement remboursée et bientôt gratuite grace au tiers payant généralisé ?
Rentable sur les soins ? mais de quels soins tu parles ? Les onlays c'est des soins prothétiques tout comme les ic et les couronnes !
Franchement c'est l'endo qu'il faudrait rendre non opposable et je te fiche mon billet que dans un sytème aussi vérolé que le notre les tarifs ne s'envoleront pas car elle est solvabilisée par l'ic coiffe remboursé qui va dessus. C'est simple on pourrait meme la faire gratuitement ! -))

Avatar_small

aimpi

26/07/2016 à 08:41

20 ans, c'est le moment de faire une vraie coupure.
Vendre le cabinet, prendre de longues vacances, voyager ou faire de la poterie…
Bref, faire le point de sa vie professionnelle, à tête reposée, et repartir, à neuf, comme un jeune, mais avec l'expérience en plus.
Il faut le faire maintenant parce que dans 10 ans l'horizon retraite sera trop prégnant pour permettre une quelconque (r)évolution

Avatar_small

chipoundine

26/07/2016 à 08:48

Je parle des RTE à 300 boules . libre à chacun aujourd'hui de faire des RTE à 81,84 ou à 300 ...

Oui un inlay est une prothèse , mais qui peut être refaite autant de fois que l'on veut , et le patient pourra mourir avec . Un IC-CCM donne le coup de grâce , c'est l'antichambre de l'implant (à 2000 boules) .

Je dois avoir à peu près 1 pulpite par mois , 95% de mes endos sont des RTE .

Bref j'essaye de donner une "raison" à ce qui arrive à notre confrère ... il y a sans doute d'autres raisons à sa démotivation .

Passer 70 % de son temps à travailler à perte , avec tout le stress que cela engendre , ne peut que conduire à un profond dégout de ce que l'on fait .

Il faut trouver par n'importe quel méthode, un moyen de se sentir utile et rémunéré à sa juste valeur , pour ces 70% là !

En tout cela cela m'a permis de retourner au boulot sans la boule au ventre , j'apporte juste mon témoignage .

Jack-2_ogbxk8

Trepo

26/07/2016 à 08:48

Arrêtez moi si je me trompe mais usageunique est assistante et pas praticienne, ou je n'ai rien compris.
Donc les histoires de collage, je ne suis pas persuadé que ce soit sa priorité, encore moins de vendre le cab de son praticien ... encore que ça pourrait peut être résoudre certains problèmes :)

Avatar_small

aimpi

26/07/2016 à 08:58

C'est bien possible, mais 20 ans dans la même boite,basta, c'est applicable à n'importe quel job.

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

26/07/2016 à 09:08

chipoundine écrivait:
---------------------

> Il faut trouver par n'importe quel méthode, un moyen de se sentir utile et
> rémunéré à sa juste valeur , pour ces 70% là !

Ben la solution c'est endo 70 % du temps et ic ceram 30 % du temps.
Patient solvabilisé tout baigne. -)
Tu ne vas pas paire 100 % de ces 70 % en onlays quand meme ? -)))

Tant que tu auras un système de controle des prix sur une partie de notre activité et des remboursements obsolètes sur l'autre ca sera la merde d'autant plus que les patients n'ont pas le choix de leur assurance santé qu'elle soit obligatoire ou maintenant complémentaire. Indirectement les assurances imposent le choix du plan de tt à l'encontre de toute pertinence thérapeutique. Leur modèle économique est figé et reste en terrain connu : la dentisterie des années 80. Ils ne veulent pas prendre de risques financiers en changeant leurs modes de remboursements et ce sont leurs assurés qui payent les pots cassés. .

La liberté de choix du patient est limitée à l'implanto car c'est lui qui en finance seul la majorité du cout, si il veut de la fixe c'est la seule solution.

Avatar_small

usageunique

26/07/2016 à 09:42

Oui je suis une Ad.

C'est flippant si vous prat préconiser de fuir, de changer, de partir....

En débutant à 20 ans, je n'avais pas songer que je me sentirait aussi démunie..

J'aime mon métier avec "lui"... je ne vois pas recommencer et réapprendre avec un autre praticien.... alors peu être que j'arrive au bout de ma carrière d'AD et qu'une reconversion dois être envisager...

J'ai pas la sensation d'être sous payer.... d ailleurs vu que je fais le minimum sans investissent j'ai même honte quand je vois une prime....

Vais tacher d'appliquer le conseil de bebel et trouver un temps pour renouer le dialogue avec mon prat.

Je suis usée de ne plus prendre de plaisir dans ce temps que je consacre à chicoland. Je fait sans investissement personnel et ça me mine...depuis binhhas mon jolie monde à chicoland à voler en éclat sans que je puisse comprendre pourquoi et comment.

Je ne peux même pas incriminer mon prat en listant tous un tas d'actes ignoble envers moi. En vrai, je suis incapable d'exposer des querelles... juste y a ses silences qui deviennent angoissant.

Excellente journée à tous

Logo_positdental_rond_p2b2sz

posit

26/07/2016 à 14:40

20 * 20 = 40, c'est un passage de la vie normal. Fait une croix sur tes rêves non réalisés en créant de nouveaux pour retrouver un nouveau souffle.

Avatar_small

elje

28/07/2016 à 10:19

bonjour,
la lassitude nous touche tous, praticien, je me demande comment je vais trouver la motivation pour faire les 13 ans qui me restent à faire.
je suis dans une zone où hélas je ne peux m’orienter vers des actes à haut potentiel et l’évolution de mon travail au quotidien évolue comme celui de mon associé et de mes proches confrères vers de la bobologie , couplée avec un mauvais esprit et des demandes de plus en plus irréalisables. A cela s’ajoute une chute vertigineuse des capacités financière de ma patientèle. Tout cela provoque inévitablement des tensions au sein du duo que nous formons avec mon assistante . Nous arrivons heureusement encore à nous parler, à échanger et à nous écouter. Ca nous remet sur les rails, la lassitude reste mais le boulot se fait .
Pour vous conseiller, c’est impossible car chaque histoire de couple assistante praticien est différente. Vous partagez votre mal être mais vous ne nous parlez pas des causes de celui-ci, le cabinet a des difficultés, le praticien a eu des changements dans sa vie, des changements dans la votre, qu’est ce qui faisait que ça allait, qu’est ce qui fait que ça ne va plus et que pense votre praticien de la situation.
Il est clair que si vous êtes tendu et pas enclin, l’un et l’autres à entendre des choses pas agréables, ce n’est pas le moment de parler. Partez en vacances et au retour essayez de trouver une journée sans patient pour mettre les choses sur la table, les partager et essayer de trouver les solutions , quitte à ce que vous décidiez de vous séparer si vous n’y arrivez pas.
bon courage

Avatar_small

chekliste

04/10/2016 à 19:06

25 ans d'expérience, dont 12 dans le même cabinet.
DIF pour une formation dans une autre profession. Abandon des études, démission de mon ancien poste.
Après CDI inintéressant et 18 mois de remplacements, un CDI!
Bon salaire, des congés payés à gogo, bonne ambiance en apparence.

Au bout de 6 mois/un an l'envers du décor. Toujours bon salaire et même augmentation, les congés mais ambiance pourrie.
Aucune politique de management donc des conflits entre les employées (2 assistantes, une secrétaire).le patron fait semblant de ne pas voir, politique de l'autruche
des locaux trop grands et inadaptés (mauvaise répartition des espaces dédiés).
un patron qui se fiche de son entreprise, du moment qu'il n'a rien à gérer tout va bien.

On pourrait croire que ne n'avoir personne qui contrôle votre travail, c'est sympa, mais pas du tout! Car on se retrouve à gérer des trucs dont tout le monde se fout et que personne ne voit puisque comme vous arrangez tout ce qui ne va pas , personne ne se rend compte de ce vous faites.
Je suis pourtant une personne dynamique et investie, autonome, mais quand on tient plus au fonctionnement que l'entreprise que son propre patron.... La lassitude s'installe avec elle la rancoeur.
Puis il y a les devis à rallonge, pas toujours justifiés, fourguer ses implants à tout prix, quand on aurait pu tenter de sauver la dent, ne pas voir les caries alors que sur la pano d'il y a 2 ans elle y était déjà.Ah ben oui là c'est la pulpite avec au mieux la dévitalisation et la couronne et au pire l'extaction et l'implant. l'implant dans un contexte de paro lamentable, sur des gros fumeurs, l'échec, la réimplantation...
Pas très éthique tout ça...
J'ai bien essayé de lui parler, mais sa seule réponse a été la proposition d'une augmentation.Heu, c'est bien mais ça ne résout pas les problèmes que je rencontre.
c'était il y a un an. Entre temps j'enchaine les problèmes de santé sans aucun doute liés à mon malaise au travail (névralgie cervico-bracchiale).
les vacances, on se fait une raison, on repart motivée.
1 mois de reprise et je n'arrive plus à me lever le matin.
là je suis arrêtée une semaine.
j'ai plus envie d'y retourner. Je déraisonne.
je ne sais pas si je suis dégoutée de ce poste ou de la profession.Un peu les 2 je dirais. ça a beaucoup évolué depuis mes débuts à 20 ans .Et pas forcement en bien. Les salaires c'est encore pire qu'avant. Si je reste c'est parce que je ne veux pas non plus brader mes compétences et mon expérience pour 1300 euros net surtout quand on sait combien nos chers patrons gagnent. ok ils ont des charges , mais ils ont surtout fait 7 ans d'études qu'ils comptent bien se faire rémunérer.
Certes l'assistante ne fait pas 7 d'études mais sans nous ça se passerait comment? Une bonne assistante expérimentée, responsable, organisée, rigoureuse, autonome, ben oui, ça se paye et 2000 € nets pour 25 ans d'expérience ne me parait pas être un gros mot.
Bref, je n'arrive même plus à tenir pour le salaire et les congés.
je m'ennuie tellement dans des tâches inintéressantes, 10h par jour, que je rentre épuisée. je passe le plus clair de mon temps de repos à dormir, je ne suis pas disponible pour mon conjoint ni mes enfants. Du coup ça génère aussi des conflits personnels.
je n'arrive plus à profiter de mon temps libre ni de l'argent que je gagne pour faire des trucs que j'aime.
le comble c'est que mon patron apprécie mes compétences!J'ai fait évoluer pas mal de choses dans le cabinet (asepsie, protocoles...)
Mais là je craque, donc je comprends très bien ton malaise.
y at-il eu du mieux depuis ton témoignage?

024_nevwou

fistule 69

04/10/2016 à 21:40

Deux solutions :
- la démission
- le suicide
Mais arrêtes les arrêts maladie, ça nous coûte une blinde avec mes collègues !
😷👹

Message du modo.....
Cédric, même sur le ton de la rigolade (ce que j'espère), ton post est carrément honteux !!!

RépondreCiter
Score : -3
Avatar_small

chekliste

04/10/2016 à 22:28

le suicide, franchement, je suis tellement mal que j'y pense.
Mais j'ai des enfants que j'ai beaucoup négligés à cause de ma profession et que je néglige encore car pas disponible moralement, épuisée émotionnellement par ce que je vis au travail. je ne vais pas leur infliger la perte de leur Maman pour des choses dont ils ne sont pas responsables.
Démissionner pour perdre mes droits et trouver des postes à 1300€ net ? sûrement pas.j'ai assez galérer pour faire reconnaître mes compétences et qu'elles soient valorisées, reconnues (et je ne suis pas la seule).

Ma jeune collègue se tape les 2 cabinets. ça ne coûte rien de plus à notre employeur.

Blue_eye_thumb_l2dgub

bill

05/10/2016 à 00:23

chekliste écrivait:
-------------------
>
>>>>>

Rien ne justifie de ficher sa vie en l'air, sûrement pas son boulot.
Prends du recul, si tu fais ton job correctement tu n'es pas responsable des dysfonctionnements de ce cabinet, en plus ce n'est pas toi qui a les leviers de commande.
Tu as un job, un salaire correct apparemment ce qui veut quand même dire que ta compétence est reconnue, tu as toutes les conditions pour faire ton taf sans te poser plus de questions que ça.
Imagine la même vie avec, en plus, les soucis du non salariat...
Et si tu es si mal que tu le décris, fais toi aider, demande à ton médecin de t'orienter plutôt que de donner des arrêts à répétition, rien ne sert de se mettre en maladie pour ressasser et revenir 15 jours après dans le même état, ça coûte cher à la société et surtout ça ne résoudra pas tes problèmes.
Bon courage.

Avatar_small

dent2669

05/10/2016 à 07:27

chekliste écrivait:
-------------------
> le suicide, franchement, je suis tellement mal que j'y pense.
> Mais j'ai des enfants que j'ai beaucoup négligés à cause de ma profession et que
> je néglige encore car pas disponible moralement, épuisée émotionnellement par ce
> que je vis au travail. je ne vais pas leur infliger la perte de leur Maman pour
> des choses dont ils ne sont pas responsables.
> Démissionner pour perdre mes droits et trouver des postes à 1300€ net ? sûrement
> pas.j'ai assez galérer pour faire reconnaître mes compétences et qu'elles soient
> valorisées, reconnues (et je ne suis pas la seule).
>
> Ma jeune collègue se tape les 2 cabinets. ça ne coûte rien de plus à notre
> employeur.
>

Si tu es aussi mal que tu le dis, je ne vois vraiment pas pourquoi s'accrocher à son salaire... que représentent quelques dizaines d'euros comparés au bien être et à la joie de vivre ??

Axlmoto1_fhnj2p

rockblues

18/10/2016 à 22:05

Il ne s'agit pas de quelques dizaines d'euros ici.... plutôt quelques centaines...
Et quand tombent les factures, la différence est énorme.

--
"On a deux vies, la seconde commence quand on comprend qu'on en a qu'une"

North_by_northwest_rkeqbb

Carie Grant

19/10/2016 à 08:37

rockblues écrivait:
-------------------

> "On a deux vies, la seconde commence quand on comprend qu'on en a qu'une"

Oui, c'est comme en prothèse : deux vies uniques ....

024_nevwou

fistule 69

19/10/2016 à 08:54

Tu sais, AD ou CD, quand tu commences à bosser que pour l'argent ... c'est mort !
Tu es salariée, profites !
Rupture conventionnelle et 2 ans de tranquillité.
Si c'est pas toi qui décides, c'est la SS qui le fera.
Courage.
😷😶

Avatar_small

chekliste

22/10/2016 à 16:25

tout job, quand tu commences à le faire que pour des raisons alimentaire, c'est mort.

Je leur ai parlé de rupture conventionnelle.
La réponse: on pourrait parler de ce qui ne va pas on est pas fermé etc...
Sauf que j'ai déjà parlé de ce qui ne vas pas et si, ils sont fermés!

Le pire c'est qu'ils m'ont redit combien ils sont contents de mon travail!

Bah moi et ma collègue nous ne sommes pas contentes de leur mentalité vis à vis des patients (juste des portes monnaie sur pattes), et encore moins de leur management et des conflits avec la secrétaire qui est "spéciale" et qui peut se permettre de l'être en l'absence de management.

je n'ai finalement pas pris mon arrêt, j'ai été absente 2 jours et y suit retournée, boostée par
ma collègue.

La secrétaire à pris une semaine de congé, déjà, on respirait mieux...

Merci de votre soutien