Représentante voleuse?

Forum associé : Exercice professionnel

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

07/02/2016 à 14:04

améli, l'occupant intérieur. Il vous fout dans la merde et vous propose des solutions pour vous en sortir -)

http://h16free.com/2016/02/07/45130-loccupant-interieur-fait-de-plus-en-plus-de-degats

ameli écrivait:
---------------

> La semaine prochaine, je suis "invité" par un confrère pour tout vérifier. Il
> n'est pas content de lui, et a des doutes ; et me demande un coup de mains.
> J'irai. Je l'informerai, en espérant de pas avoir à le former.
> Ce n'est pas le première fois que je fais ce genre de boulot, je l'ai déjà fait
> une bonne centaine de fois. Il vaut mieux que ce soit moi, c'est moins
> désagréable qu'une inspection. Je ne le fais pas professionnellement, je le fais
> parce que c'est un ancien voisin de mon cabinet, et qu'il me connait par coeur.
> Mais je trouve illogique que ce soit moi. A-t-on besoin des compétences d'un
> autre quand on fait ce métier ? Notre métier est sans doute de réparer des
> trous, mais nous avons des trous dans notre fonctionnement.

Si vous lui dites merci je vous suggère d'aller consulter. En effet vous êtes atteints du syndrome de Stocholm. -))))

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

07/02/2016 à 14:24

ameli écrivait:
---------------

> Il y a quelques jours, j'ai relu les interventions-débats de willi pertot, de
> stéphane et de elias sur l'endo. Un vrai plaisir, dans lequel on prend
> conscience de la difficulté du travail, et des méthodes (et matériels) opposées
> pour un même travail. Avec un souci permanent de tous les intervenants : une
> rigueur absolue. C'est cette rigueur qui donne la qualité finale, la méthode
> devient secondaire.
> C'est pareil. Sans rigueur, on fait n'importe quoi, on est brouillon et on pond
> des brouillons. Sans rigueur, la sté parfaite en sortant de l'autoclave n'existe
> plus.

On prend surtout conscience de l'indigence du tarif des soins opposables en endo. A ton avis le donneur d'ordre, la sécu, qui plus est en situation de monopole ( circonstance aggravante) est il attaquable sur ce point ?
Ou bien nous conseilles tu de nous déconventionner comme les intervenants que tu cites pour leur rigueur ? -)

Jack-2_ogbxk8

Trepo

07/02/2016 à 14:42

chicot29 écrivait:
------------------
> améli, l'occupant intérieur. Il vous fout dans la merde et vous propose des
> solutions pour vous en sortir -)
>
> http://h16free.com/2016/02/07/45130-loccupant-interieur-fait-de-plus-en-plus-de-degats
>

Tout à fait dans le thème ... merci h16

Avatar_small

produ67

07/02/2016 à 16:27

euh...j en demandais pas tant!
vous savez...quand deja certains se brosent ne serait ce que les dents le matin avant d arriver je suis deja content!

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

07/02/2016 à 16:36

j'ai jamais eu un gros dégueu se pointer en me demandant : votre cabinet est aux normes ? je ne voudrais pas choper une merde chez vous ! -)

Avatar_small

produ67

07/02/2016 à 16:37

je vois surtout pas mal de reglements de comptes.
je ne sais pas qui est qui et le probleme n est pas la.effectivement...

le dentiste conseil, c est Ameli?si j ai bien compris...bon disons qu academiquement a raison.l hygiene, deviennent de plus en plus casse pieds, mais...je me verrais mal devoir passer en justice parce qu un patient s est choppe un truc a cause d une neligence ou de ma part ou du personnel.

mais vous savez, une consoeur m a raconte un truc edifiant:avait ete victime d une agence de placement privee qui lui a envoye un peu n importe qui...le summum etant atteint avec une assistante qui...apres la predesinf...essuyait et mettait les instruments sous sachet,et...qu elle avait ete prise en train de ranger religieusement,par ordre, bien classes....dans les tiroirs!le clou?non autoklaves!

et heureusement, une autre AD,qui elle etait embauchee etait repassee a temps derriere!

Plaquessiv2_vovj6l

ameli

07/02/2016 à 17:53

chicot29 écrivait:
------------------
> j'ai jamais eu un gros dégueu se pointer en me demandant : votre cabinet est aux
> normes ? je ne voudrais pas choper une merde chez vous ! -)

Evidemment, moi non plus... il n'y a pas que les arracheurs de dents qui sont des menteurs.
Seulement, est il étonnant que les "autorités" soient informées de certains dysfonctionnements ? Il y a des gens qui parlent ou qui écrivent. J'ai participé à de nombreuses discussions entre praticiens, on se cause, beaucoup, et on se connait tous. Un dentiste connait son voisin dentiste, il connait ses qualités et aussi ses défauts. Il ne cause jamais, ne donne jamais un avis ?
J'ai lu une lettre dans laquelle tous les détails de sté étaient notés. Inutile de dire que je suis allé vérifier, et que tout était vrai. Pire, l'écrivain avait oublié certaines fautes lourdes. Si je soupçonne une AD d'avoir écrit ce texte (non signé), je ne cherche pas son nom et m'en fiche. L'essentiel était, pour moi, de mettre fin à ces renoncements de sté : si le praticien disait qu'il stérilisait, la sté était d'une nullité absolue et potentiellement dangereuse.
Peut on tout admettre ? non.
On a un boulot à faire sérieusement, on le fait.
Si on ne le fait pas, il ne faut pas s'étonner d'avoir des ennuis. On est des pros.

Je l'ai déjà dit, et écrit : je suis déçu que l'Ordre ne fasse pas ces contrôles, et que ce soit les administrations sanitaires qui les fassent par obligation. Je pense que notre image en souffre.
Je me fiche de l'aspect "libéral" ou "salarié" de notre profession. Nous avons une profession qui a des contraintes, et il faut les respecter. Que ce soit un centre de santé ou un indépendant, c'est pareil : il y a des règles, et on les suit.

Plaquessiv2_vovj6l

ameli

07/02/2016 à 18:13

Je l'ai déjà dit, et écrit : je suis déçu que l'Ordre ne fasse pas ces contrôles.

Pour l'anecdote... un jour j'ai téléphoné au Président pour l'informer qu'un praticien était dans le collimateur de l'administration pour sa sté suspecte. J'ai donné son nom, et ai demandé s'il était connu par l'Ordre.
Réponse, oui, clairement oui ! ... et suivait 4 autres noms de "douteux".
Le dialogue était simple mais n'apportait guère de solutions.
En gros
- mais si tu sais qu'ils sont des coupables possibles, tu vas faire quoi pour modifier ces bazars ?
- tu en as de bonnes, je peux faire quoi ?
- bin, va en visite pour les gronder, les menacer si tes rumeurs sont justes !
- tu en as de bonnes, je sais, j'y suis allé, j'ai causé, ces types n'en ont rien à foutre, je suis l'Ordre, je suis pas un flic. Tu n'as qu'à le faire toi-même.
- ouais, donc tu veux que je fasse le flic.
- oui, moi je ne peux pas, et je ne veux pas, je suis élu, pas fonctionnaire
- je suis pas fonctionnaire non plus, mais tu veux que je fasse ton boulot parce que tu es fainéant.
- si tu veux, je m'en fous. Tu es là pour mettre la merde, pas moi, alors fais là bien. Et préviens moi si tu rends des visites. Je t'aiderai si je peux, mais il y a des fois où je ne t'aiderai pas. C'est normal, tu peux t'attaquer à des animaux qui ont du pouvoir, et dans ce cas, je t'enfonce, mais t'en fais pas, on reste copain. Je sais que t'as raison et t'es très bon quand tu fous la merde. Tu es un pote, mais c'est un boulot de merde que je ne veux pas faire...

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

07/02/2016 à 18:24

J'ai déjà vu une salle de sté dont le sol était en terre battue. -))

Tu veux mon avis ? Elle était parfaitement assortie au niveau du tarif des soins opposables. -)
Tu veux des prestations haut de gamme ? Commences par les payer ! Ensuite tu pourras la ramener. -)

Plaquessiv2_vovj6l

ameli

07/02/2016 à 19:00

chicot29 écrivait:
------------------
> On prend surtout conscience de l'indigence du tarif des soins opposables en
> endo. A ton avis le donneur d'ordre, la sécu, qui plus est en situation de
> monopole ( circonstance aggravante) est il attaquable sur ce point ?

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=10&ved=0ahUKEwiG_vmAiObKAhVFDQ8KHXuRCRwQFghbMAk&url=http%3A%2F%2Ffrenchdistrict.com%2Farticles%2Fsysteme-sante-americain-securite-sociale-assurances-medicales%2F&usg=AFQjCNENVd68l1ypuq18h527Zseq-l7AzA&sig2=qrFRjV0Lwxi0WNeV19iNvw&bvm=bv.113370389,d.bGg

Tu as raison, notre système n'est pas parfait.
Mais si tu penses que le système américain, beaucoup moins obligatoire, est parfait, je te souhaite de ne jamais en avoir besoin. Les assureurs choisissent ce qu'ils veulent, pas les patients.

Ce que j'ai vécu pour ma gamine le démontrerait sans discussion : il a fallu se battre et menacer pour que l'assurance ne l'exclut pas des Etats Unis parce qu'elle coutait cher !
Pour compléter trois compléments sur ces assurances-santé libres :
L'un est dédié à une gamine américaine non assurée (car assurance trop chère) et soignée pour une blessure. Elle est désormais guérie, mais sous le cadre "faillite personnelle à vie". Ses soins ont été payés par deux hypothèques sur la maison de ses parents, et par l'état (par la faillite). Elle est donc interdite d'emprunts bancaires à vie, et a arrêté ses études car il aurait fallu emprunter pour s'inscrire à l'université. Quel bonheur que cette liberté d'assurance.
Un autre, un jeune Français (22 ans) qui va là-bas pour un an. Impossible de s'assurer car il est malade (guéri) et a subi une intervention chirurgicale (opération à coeur ouvert) il y a 5 ou 6 ans en France. Aucune compagnie ne veut assurer ce risque, et la sécu française a dit que le risque est nul si une surveillance sanguine est faite. Inutile, assurance refusée. Donc, il y est, à ses risques.
Un autre, un jeune de 26, qui est américain et y travaille, est assuré. Il est tombé il y a deux ans, avec des douleurs résiduelles sur un genou (ménisque ou ligament ?). Le médecin demande une IRM. Refusé par l'assurance car prétendue inutile. Cout : 800$. A noter que son assurance ne rembourse rien tant que la somme dépensée dans l'année n'atteint pas 3000$. Donc, faut s'arranger pour que le patient n'y arrive pas, et tout refuser avant : les toubibs et médocs ne sont jamais remboursés : on cotise pour rien. Résultat : néant, il attend d'avoir suffisamment d'argent pour cette IRM, en ne pompant pas trop dans ses loisirs... et en marchant très lentement car ça fait mal.
Quel bonheur que cette liberté...
C'est la liberté des assureurs, pas celle des patients.

Avatar_small

produ67

07/02/2016 à 19:22

non ah moi non plus, juste un qui en revanche nous a dit de bien desinfecter apres,parce que le sida.

a part ca bon...surtout que ce n est en aucun cas incompatible avec des soins.

en revanche, les "touristes" qui ont fait avant moi 49 dentistes pour comparer ci et ca semble le nouveau sport national depuis ces 4-5 dernieres annees....

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

07/02/2016 à 20:43

L'assureur n'a qu'à s'occuper de ses fesses et rembourser ce qu'il estime devoir rembourser.

Le problème c'est de les mettre en concurrence avec des contrats de différents niveaux de garanties standardisés.
les professionnels de santé font leurs tarifs de leur coté.

Les patients choisissent leurs professionnels de santé et leurs assureurs en connaissance de cause et en fonction du niveau de garantie qu'ils souhaitent avoir et de la qualité de soins qu'ils veulent avoir. Il faut arrêter de croire que tu as le top du top pour un tarif de merde, que ce soit en santé ou ailleurs.

Le système américain est comme le système français les assureurs se mêlent de ce qui ne les regardent pas en s'immisçant dans la relation patient praticien.
En cas de problème contre qui se retourne le patient ? Contre l'assureur ? Non, contre le professionnel de santé.

Que chacun fasse son job correctement, point barre.

En ce qui me concerne je suis pret à fournir les éléments nécessaires pour évaluer la qualité de mon travail. Tracé de A à Z photos et radios à l'appuis si il le faut. Mais pas pour un tarif de merde.

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

07/02/2016 à 21:16

Après son grand nawak de malade mental dirigiste dont tout le monde s'est chargé, on a droit à la soupe anti américaine

ameli écrivait:
---------------

> Tu as raison, notre système n'est pas parfait.
> Mais si tu penses que le système américain, beaucoup moins obligatoire, est
> parfait, je te souhaite de ne jamais en avoir besoin. Les assureurs choisissent
> ce qu'ils veulent, pas les patients.
>
> Ce que j'ai vécu pour ma gamine le démontrerait sans discussion : il a fallu se
> battre et menacer pour que l'assurance ne l'exclut pas des Etats Unis parce
> qu'elle coutait cher !
> Pour compléter trois compléments sur ces assurances-santé libres :
> L'un est dédié à une gamine américaine non assurée (car assurance trop chère) et
> soignée pour une blessure. Elle est désormais guérie, mais sous le cadre
> "faillite personnelle à vie". Ses soins ont été payés par deux hypothèques sur
> la maison de ses parents, et par l'état (par la faillite). Elle est donc
> interdite d'emprunts bancaires à vie, et a arrêté ses études car il aurait fallu
> emprunter pour s'inscrire à l'université. Quel bonheur que cette liberté
> d'assurance.

Ton exemple n'existe pas car si tu ne gagnes pas assez tu es pris en charge par medicaid et sinon, c'est que tu as fais le choix de ne pas t'assurer, il faut assumer ses choix. Je viens de regarder pour un couple c'est 2000$ par moi le plafond. Donc tout couple américain qui gagne moins de 2000$ a une assurance gratuite. Pour rappel le revenu moyen du couple français est de 2400 euros et la vie est moins chère aux USA.

> Un autre, un jeune Français (22 ans) qui va là-bas pour un an. Impossible de
> s'assurer car il est malade (guéri) et a subi une intervention chirurgicale
> (opération à coeur ouvert) il y a 5 ou 6 ans en France. Aucune compagnie ne veut
> assurer ce risque, et la sécu française a dit que le risque est nul si une
> surveillance sanguine est faite. Inutile, assurance refusée.

Donc notre sécu magnifique dit que le risque est nul et refuse de l'assurer. C'est la faute aux américains si notre magnifique sécu refuse de l'assurer si il part là bas?

> Un autre, un jeune de 26, qui est américain et y travaille, est assuré. Il est
> tombé il y a deux ans, avec des douleurs résiduelles sur un genou (ménisque ou
> ligament ?). Le médecin demande une IRM. Refusé par l'assurance car prétendue
> inutile. Cout : 800$. A noter que son assurance ne rembourse rien tant que la
> somme dépensée dans l'année n'atteint pas 3000$. Donc, faut s'arranger pour que
> le patient n'y arrive pas, et tout refuser avant : les toubibs et médocs ne sont
> jamais remboursés : on cotise pour rien. Résultat : néant, il attend d'avoir
> suffisamment d'argent pour cette IRM, en ne pompant pas trop dans ses loisirs...
> et en marchant très lentement car ça fait mal.
> Quel bonheur que cette liberté...
> C'est la liberté des assureurs, pas celle des patients.

Il a fait le choix d'une assurance avec franchise. Faut assumer. Quel est le problème?

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

07/02/2016 à 22:14

.

Hok-1b_hgd3rj

Hokusai

08/02/2016 à 11:24

ameli écrivait:
---------------

> - oui, moi je ne peux pas, et je ne veux pas, je suis élu, pas fonctionnaire
> - je suis pas fonctionnaire non plus, mais tu veux que je fasse ton boulot parce
> que tu es fainéant.

Et moi je suis conventionné par choix personnel.

Plaquessiv2_vovj6l

ameli

08/02/2016 à 12:22

wakrap écrivait:
----------------
> Ton exemple n'existe pas car si tu ne gagnes pas assez tu es pris en charge par
> medicaid

Vérifie tes sources et vérifie les âges des ayants-droits. Les medicaid (et modifications d'Obama) ne sont pas valables quand on n'entre pas dans les critères d'âge.
Dans ce cas précis, la gamine (brûlée gravement) n'entrait pas dans la bonne tranche d'âge au bon (!) moment, donc papa a du payer puisqu'elle ne pouvait pas.
C'est le royaume de la liberté, et le royaume des contraintes.
Non seulement mon exemple existe, mais je peux te communiquer le nom de cette malchanceuse. C'est une amie de ma gosse, qui a subi la même blessure en moins grave.
J'avais assuré ma jeune dans un truc privé, avec un sommet de 1 000 000$ pour un an si maladie ou blessure. Quand elle a atteint 80 000$ de dépenses pour soins, l'assureur a refusé tout traitement et a imposé (en le payant par gentillesse !) un retour vers la France. J'ai menacé (par un avocat) d'attaquer cette décision au tribunal et demandé le respect absolu des soins immédiats. Réponse muette, ils ont continué à payer (mais refusé toute greffe de peau).
Si ce système est libre, je préfère notre enfer et nos obligations. Si tu es un libéral et que tu aimes ça, tu manques sérieusement d'humanité ; ces assureurs sont des dictateurs, le patient n'a rien à dire.

> Donc notre sécu magnifique dit que le risque est nul et refuse de l'assurer.
> C'est la faute aux américains si notre magnifique sécu refuse de l'assurer si il
> part là bas?

http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/a-l-etranger/vous-partez-en-vacances-a-l-etranger/vous-partez-en-vacances-en-dehors-de-l-europe.php
Il est toujours assuré... pour les urgences ou nécessités, à notre tarif et non aux tarifs américains qui sont fantastiques.
La sécu assume toujours ce qu'elle peut, ce qu'elle doit, à nos tarifs. Les assureurs privés ne veulent pas (pour ce jeune, tu veux son nom ?) assurer, car il y a du sang à vérifier tous les 15 jours et des médocs à prendre, donc une dépense inévitable.
Exemple : tarif d'un examen routinier à l'hopital, la première heure est à 5000$ (j'ai vu la facture de ma jeune, avec aucun soin réalisé, juste une grosse dose de morphine donnée). une C d'un toubib en ville est de 200$ à 250$. Les interventions d'infirmiers ne sont pas prises en charge dans la quasi totalité des contrats (et jamais prescrits par les toubibs), c'est du luxe (vu et vérifié par moi, car ma jeune en a eu besoin, j'ai du payer) !
Tout soin est un luxe que nous ne connaissons pas. Donc une assurance "complémentaire" est une quasi-obligation pour les Français, et les assurances refusent ou acceptent. Si le patient est libre, l'assureur aussi.

> Il a fait le choix d'une assurance avec franchise. Faut assumer. Quel est le
> problème?

Le problème est ce choix qui reste une obligation ! un jeune qui débute dans un métier peut il se payer une assurance qui rembourse fort ? Non, il n'a pas le choix, il prend une franchise.
Les assurances avec franchise sont archi-majoritaires, car les assurances sans franchise ont un cout astronomique.
Cette franchise est un énorme handicap, car les soins bénins (maladies ou accidents) ne sont jamais effectués : ils coutent une fortune (non remboursée). Ce qui a des conséquences sur le moyen terme ! Les assureurs se servent de ces franchises pour bloquer les "petits" soins et ne jamais payer.
Les indigestions(?), angines(?), entorses(?), etc, ne sont jamais soignées.
Ce n'est pas un problème ? Il n'y a pas de conséquences en santé publique ? de créations d'handicaps ou de chronicités ? Tu as lu les stats des chroniques aux EU ?
Si tu n'es pas capable de voir ça, je m'interroge sur ta propre santé. Moi, je l'ai vu et noté, et lu les rapports de l'OMS sur la haute qualité et efficacité des soins bénins aux EU !
Les Français sont considérés comme des communistes par certains politiques. Peut être !), mais nous on soigne et eux, ils soignent quand les assureurs y ont un intérêt financier. Ils rechignent à l'égalité et à la fraternité.
La liberté n'y existe pas. Le commerce existe.
Les accès aux soins ne sont pas un commerce, c'est une nécessité vitale.

Hok-1b_hgd3rj

Hokusai

08/02/2016 à 12:50

ameli écrivait:
---------------

> Tout soin est un luxe que nous ne connaissons pas.

A 120€/h de charge de cabinet, un soin 2 faces réalisé en 20min me coûte 12€. En effet c'est un luxe... pour le praticien.

> Le problème est ce choix qui reste une obligation !

A bon ?? Comme celui d'être conventionné peut être, non ??

Plaquessiv2_vovj6l

ameli

08/02/2016 à 16:54

Hokusai écrivait:
-----------------
> > Le problème est ce choix qui reste une obligation !
>
> A bon ?? Comme celui d'être conventionné peut être, non ??

Oui, tu te déconventionnes quand tu veux. La convention n'est pas une obligation, et si tu choisis le déconventionnement, tu pratiques les tarifs que tu veux. C'est ta liberté.
Le patient aussi a droit à sa liberté de choisir son praticien, c'est la moindre des choses d'accepter que lui aussi puisse choisir.
Un praticien, conventionné ou non, est soumis au code de déontologie. Sont particulièrement surveillés, les articles R.4127-202, R.4127-211, R.4127-234 et 240 ...
Que tu le veuilles ou non, tu ne fais pas de vente, tu soignes (et tu expliques les tarifs des soins que tu pratiques si on te le demande) : ce n'est pas seulement une obligation, c'est aussi une éthique et de la politesse ! on n'est pas des bestioles.

Si tu protestes contre cette convention à laquelle tu adhères volontairement(?), je te suggère de le signaler aux signataires syndiqués. Tu oublies (facilement) que la profession a validé cette convention.
Si elle a signé, on peut supposer qu'elle y voit un avantage, ou alors c'est qu'une non-signature aurait de nombreux inconvénients (?).
Ton choix (dont je ne suis pas certain) de retrait de la convention serait-il avantageux pour toi ?
Si ta réponse est oui, pourquoi restes-tu conventionné ?
Si ta réponse est non, pourquoi protestes-tu contre cette convention ? serais-tu un râleur professionnel, ou un mécontent permanent, ou un malheureux pessimiste pathologique ? Une suggestion : tu devrais t'inscrire à un syndicat, ils pleurent très bien, ça soulage le moral car c'est toujours la faute des autres et de l'état. L'état est méchant, c'est connu, même les paysans le disent quand ils rouspètent parce qu'il n'y a pas assez de contraintes.

C'est mon avis aussi. Il faut davantage de réglements pour que notre profession se libère.
D'ailleurs, ces réglements sont écrits par des confrères. C'est bien la preuve de l'anti-étatisme de la profession.

Hok-1b_hgd3rj

Hokusai

08/02/2016 à 21:08

> ameli écrivait:
> ---------------
>
> > Tout soin est un luxe que nous ne connaissons pas.
>
A 120€/h de charge de cabinet, un soin 2 faces réalisé en 20min me coûte 12€. En effet c'est un luxe... pour le praticien.

Et sur ça Amélie, aucune diatribe dithyrambique ???

Comme d'habitude tu éludes les problèmes... (que viennent faire les USA dans cette histoire ???)

La convention oriente la dentisterie vers une mutilation inutile des dents. C'est l’intérêt du patient que je défends, mon destin personnel est déjà joué.

Images_ja1k0l

seespan

09/02/2016 à 03:07

Amélie c'est l'illustration parfaite de certaine théorie de Chomsky.

Il n'y a aucun examen pour vérifier que les personnes arrivant à ce post adhére à un certain modéle de penser, mais si vous n'y adhérer pas vous ne pouvez pas arriver à un post de responsabilité.

Le lire me fait honte pour notre système de santé.

Aucune analyse chiffré ou appuyé sur des études sérieuse, aucune vision impartial de système.

Ce que nous avons c'est une personne sans formation particulière mais choisie sur le mode " Mon amis vous me sembler une personne de bout gout qui si vous ne partager pas tout nos point de vue adhérer cependant au même système de penser et vous me sembler parfait pour ce travail " .

On le met en face de dysfonctionnement grave aboutissant à un système ayant des résultats médiocre pour des dépense élevé et le gugusse ( désolé du terme Amélie mais je ne vois pas d'autre terme ) utilise des artifices rhétorique digne d'un Jésuite pour essayé de justifier le bastringue.

Dans mon cas le contraste est frappant, j'ai deux spécialiste en santé publique dans mon hopital ( qui y travaille pour financé leur recherche et action dans les ONG ) et leur discourt n'a rien a voire avec les diatribe de bonhimenteur phosilosophique faisant une fictation sur les US d'Amélie.
Quand ils parlent de santé publique pour analysé un système de santé,ça n'est qu'étude scientifique, calcule bénéfice risque et autre. Je n'ose même pas imaginé la rencontre entre les trois. Je devrais donnée une consigne du type

Si c'est pour un apéro ou une diner vous verrer il est très bien, mais please évité de parler boulot trop en profondeur car il n'a d'expert en santé publique ni les compétence ni la fonction. Son rôle principale c'est de faire de la communication pour assuré que tout vas bien et aller sur le terrains pour essayé de masqué les dysfonctionnement trop grave.
He is part of the problem not of the solution.
--
หมอจัดฟัน

Avatar_small

doc.yoyo

09/02/2016 à 09:14

Améli ecrivait :
"Oui, tu te déconventionnes quand tu veux. La convention n'est pas une obligation, et si tu choisis le déconventionnement, tu pratiques les tarifs que tu veux. C'est ta liberté.
Le patient aussi a droit à sa liberté de choisir son praticien, c'est la moindre des choses d'accepter que lui aussi puisse choisir.
Un praticien, conventionné ou non, est soumis au code de déontologie. Sont particulièrement surveillés, les articles R.4127-202, R.4127-211, R.4127-234 et 240 ...
Que tu le veuilles ou non, tu ne fais pas de vente, tu soignes (et tu expliques les tarifs des soins que tu pratiques si on te le demande) : ce n'est pas seulement une obligation, c'est aussi une éthique et de la politesse ! on n'est pas des bestioles.

Si tu protestes contre cette convention à laquelle tu adhères volontairement(?), je te suggère de le signaler aux signataires syndiqués. Tu oublies (facilement) que la profession a validé cette convention.
Si elle a signé, on peut supposer qu'elle y voit un avantage, ou alors c'est qu'une non-signature aurait de nombreux inconvénients (?).
Ton choix (dont je ne suis pas certain) de retrait de la convention serait-il avantageux pour toi ? "

Ceci est archi faux, on a le choix du conventionnement uniquement dans les textes pas en pratique car la majorité des Français renonceraient en partie aux soins. La convention n'est pas bonne nous la subissons. Quand les syndicats vont la négocier, ils ont en face d'eux gouvernement et sécu qui sont juges et parties avec toujours le même refrain " votre demande est juste mais on n'a pas les moyens de faire mieux" cela fait 30 ans que j'entends ce discours.

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

09/02/2016 à 09:31

ameli écrivait:
---------------
> Hokusai écrivait:
> -----------------
> > > Le problème est ce choix qui reste une obligation !
> >
> > A bon ?? Comme celui d'être conventionné peut être, non ??
>
> Oui, tu te déconventionnes quand tu veux. La convention n'est pas une
> obligation, et si tu choisis le déconventionnement, tu pratiques les tarifs que
> tu veux. C'est ta liberté.
> Le patient aussi a droit à sa liberté de choisir son praticien, c'est la moindre
> des choses d'accepter que lui aussi puisse choisir.
> Un praticien, conventionné ou non, est soumis au code de déontologie. Sont
> particulièrement surveillés, les articles R.4127-202, R.4127-211, R.4127-234 et
> 240 ...

Parler de liberté est inique .
Oui le patient a le choix de son praticien, oui le praticien a le choix de se déconventionner.

Par contre les 2 n'ont pas le choix de leur assurance maladie car la sécu est un monopole. En plus le praticien qui se déconventionne paye plus cher d'assurance maladie et le patient est moins remboursé d'un facteur 10 si il va se faire soigner par un praticien non conventionné.

Et ca c'est comme une rupture de la chaine de stérilisation : un élément qui merde et c'est foutu : a refaire.
Ici une privation de liberté dans un élément du système de santé et il n'y a plus de liberté dans l'ensemble du système de santé.
Quand tu demandes des sommes astronomiques aux patients en terme de cotisations et que tu pratiques un remboursement différencié d'un coefficient 10 il n'y a plus de liberté.
Si la sécu est si avantageuse, pourquoi a elle peur de la concurrence ?

Avatar_small

guest100

09/02/2016 à 09:58

ameli écrivait:
---------------

> C'est mon avis aussi. Il faut davantage de réglements pour que notre profession
> se libère.
Dis donc Ameli, ça ressemble au"Meilleur des mondes"(A.Huxley), ou "1984"(G.Orwell) , et je ne suis pas sûr de vouloir être "libéré" de cette façon.

> D'ailleurs, ces réglements sont écrits par des confrères. C'est bien la preuve
> de l'anti-étatisme de la profession.
Ca, c'est un sophisme : ces réglements sont écrits pas quels confrères, et dans quel cadre et quel contexte? C'est comme si tu disais, au hasard " Ca..c est un médecin, il fraude le fisc, donc tous les médecins fraudent le fisc"...
Et en quoi est-ce la preuve de l'"anti-étatisme" (???) de la profession...

Des règlements sont certes des cadres nécessaires, mais ils doivent être intelligents, et ne pas perdre de vue leur but.
Or, en France (mais pas que) une accumulation de réglements souvent abscons comme la lune, nous sature, nous rebute.
Les mesures débiles se voient tout de suite, au détriment des mesures utiles....le fameux "mille-feuille réglementaire français"...

Dommage que des gens intelligents, par dogmatisme ou political correctness, défendent mordicus l'indéfendable...

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

09/02/2016 à 10:05

guest100 écrivait:
------------------

> Dommage que des gens intelligents, par dogmatisme ou political correctness,
> défendent mordicus l'indéfendable...

Intelligents ? non, des "idiots utiles" comme dirait Staline. -)

Avatar_small

guest100

09/02/2016 à 10:23

chicot29 écrivait:
------------------
> guest100 écrivait:
> ------------------
>
> > Dommage que des gens intelligents, par dogmatisme ou political correctness,
> > défendent mordicus l'indéfendable...
>
> Intelligents ? non, des "idiots utiles" comme dirait Staline. -)

Heuuuu c'est le camarade Lenine qui est censé avoir inventé cette expression, camarade Chicot29
:-)