Collaboration libérale : Rémunération et Épargne ?

Forum associé : Exercice professionnel

Avatar_small

G_R_Ohm

25/01/2015 à 18:53

Bonjour,

Je suis en train de fignoler ma compta 2014 (première année d'exercice en tant que collaborateur). Par curiosité j'ai calculé/simulé le montant de mes cotisations URSSAF et CARCDSF comme si je n'étais plus au forfait des 2 premières années; ainsi que le montant de mes impôts avec ma situation familiale actuelle.

Une fois déduit les cotisations déjà payées en 2014, SURPRISE, il me reste un "trop plein" d'épargne. Autour de 6000€. C'est une bonne nouvelle vous allez me dire, mais c'est surtout une rémunération dont je me suis privé en 2014.

Je me REpose alors la question de ce que je dois garder en épargne sur mes recettes ?

1) : Jusqu'à maintenant, je m'étais 50% en épargne de ce qu'il me restait après avoir payé ma rétrocession et mon prothésiste. C'est généralement ce que tous le monde ici conseille.

Exemple : si CA de 10000€, et 500€ de labo, dans une collab avec une rétrocession de 50% après payement du labo.
On obtient un "reste" à la fin du mois de (10000-500)/2 = 4750€
On met 50% en épargne (soit 2375€) et 50% en rémunération (soit 2375€). Ici il me reste 23,75% de mon CA.

2) : D'autres conseillent de mettre 25% du CA de côté. Avec les mêmes chiffres on aurait 2500€ en épargne et donc (4750-2500=) 2260€ de rémunération (soit 22,60% du CA). Ce qui est un non-sens pour moi, puisque l'on diminue la rémunération.

3) : D'autres encore diront de garder en rémunération 25% du CA, soit 2500€. Et de mettre le reste en épargne, soit 2260€. Cette situation me semble un peu plus logique que la précédente.

4) : Maintenant plus compliqué. On pourrait aussi mettre en épargne 40% du "reste" (du CA après rétrocession et prothésiste; équivalent de la part de l'URSSAF + CARDCDSF + IR sur un BNC classique). Soit 1900€ en épargne et par conséquent 2850€ en rémunération (ce qui représentant ici 28,50% du CA)

La situation 4) me semble la plus cohérente. Mais avant de m'y tenir cette année, j'aimerai avoir votre avis. Histoire de ne pas avoir une épargne insuffisante pour payer mes regulations l'année prochaine.

Avatar_small

marieb

25/01/2015 à 19:38

Garde car les taux changent, tes cotisations ds deux ans seront surement plus élevées

Avatar_small

marieb

25/01/2015 à 19:38

Garde car les taux changent, tes cotisations ds deux ans seront surement plus élevées

Fullsizerender_mvtcbs

BasArtDentaire

25/01/2015 à 23:03

G_R_Ohm écrivait:
-----------------
> SURPRISE, il me reste un
> "trop plein" d'épargne. Autour de 6000€. C'est une bonne nouvelle vous allez me
> dire, mais c'est surtout une rémunération dont je me suis privé en 2014.

Pour rejoindre marieb, tant que le correctif urssaf, carcd et autre n'est pas arrivé, il n'y a pas de bonne nouvelle.
Attention l'argent brule les doigts.

> Je me REpose alors la question de ce que je dois garder en épargne sur mes
> recettes ?

Pour quoi prendre la question par ce coté?
Il est déjà intéressant de savoir ce dont on a besoins pour vivre en premier. En connaissant ces loyers, frais, train de vie, extra… évidement il faut éviter de manger son bénéfice. ;)
Tout ce là pour dire qu'il est possible de prévoir
- un minimum d'épargne nécessaire pour assumer ses charges à venir
- un maximum ne devant pas non plus se faire au détriment de la rémunération, surtout du nécessaire pour vivre.
Dans le but de lisser les chiffres, obligatoirement irrégulier, et permettre plus d'épargne.

Ce n'est pas une méthode imparable, (et un peu confus le dimanche à 10h du soir) je cherche juste à pointer la possibilité de faire de l'épargne pour d'autre chose que payer ces impôts, charges.
Quand on est collaborateur on veut généralement voler de ses propres ailes, et les banques aiment les apports lors de demande de crédit. ;p

Avatar_small

Yvesudiste

26/01/2015 à 00:23

Sans vouloir te déprimer te réjouis pas trop vite: les économies fondent vite. Je notais tout sur 3 années (c'est + fiable).

Concernant les apports: en ce moment les banques gèlent les prêts. L'achat de la 1ère résidence se fait à 35 ans en moyenne (source notaire)

Chacun perd donc en moyenne 10 ANNEES DE LOYER avant de se mettre chez soi. Ca augmente de + en +: pas rassurant. Attention donc au lieu d'installation.

- si tu es dans une région sous dotée, tu seras avantagé par le bas coût de l'immo ton épargne sera facilitée.

- si tu t'es installé dans une région saturée au soleil où l'immo est cher, ce sera très très compliqué.

Au risque de répéter ce qui a déjà été dit s'entasser au soleil a donc un coût (compare 10 années de loyer perdus en PACA avec un loyer en Normandie ou ailleurs)

Avatar_small

Yvesudiste

26/01/2015 à 00:23

Sans vouloir te déprimer te réjouis pas trop vite: les économies fondent vite. Je notais tout sur 3 années (c'est + fiable).

Concernant les apports: en ce moment les banques gèlent les prêts. L'achat de la 1ère résidence se fait à 35 ans en moyenne (source notaire)

Chacun perd donc en moyenne 10 ANNEES DE LOYER avant de se mettre chez soi. Ca augmente de + en +: pas rassurant. Attention donc au lieu d'installation.

- si tu es dans une région sous dotée, tu seras avantagé par le bas coût de l'immo ton épargne sera facilitée.

- si tu t'es installé dans une région saturée au soleil où l'immo est cher, ce sera très très compliqué.

Au risque de répéter ce qui a déjà été dit s'entasser au soleil a donc un coût (compare 10 années de loyer perdus en PACA avec un loyer en Normandie ou ailleurs)

Avatar_small

G_R_Ohm

26/01/2015 à 18:35

Pour être un peu plus claire, je ne vais pas toucher à cette épargne professionnelle, ça me rassure de l'avoir. Mais j'ai cette impression de m’être privé, ce qui m'irrite un peu.

BasArtDentaire écrivait:
------------------------
> Tout ce là pour dire qu'il est possible de prévoir
> - un minimum d'épargne nécessaire pour assumer ses charges à venir
> - un maximum ne devant pas non plus se faire au détriment de la rémunération,
> surtout du nécessaire pour vivre.
> Dans le but de lisser les chiffres, obligatoirement irrégulier, et permettre
> plus d'épargne.

Je suis parfaitement d'accord avec toi, et c'est pour cela que j'ai ouvert ce sujet. Clairement j'ai réalisé trop d'épargne. Mais comment prédire le "minimum d'épargne nécessaire" dont tu parles ?

Pour l'instant et dans la plupart des situation c'est très approximatif. On peut se baser sur les taux de cotisation de l'URSSAF et de la CARCDSF, mais ils sont "variables" comme vous l'avez souligné. C'est pourquoi j'ai proposé la situation 4) qui offre une épargne suffisante selon moi pour assurer les charges à venir avec une marge de manœuvre.

BasArtDentaire écrivait:
------------------------
> Quand on est collaborateur on veut généralement voler de ses propres ailes, et
> les banques aiment les apports lors de demande de crédit. ;p

Je te rassure, j'ai également une autre épargne pour ça. Et j'aurais bien aimé l'engraisser, plutôt que de me priver par peur des régules.

Yvesudiste écrivait:
--------------------
> Concernant les apports: en ce moment les banques gèlent les prêts. L'achat de la
> 1ère résidence se fait à 35 ans en moyenne (source notaire)

Je ne voulais pas venir sur ma vie privé, mais voila : 1 semaine après les résultats de ma T1 (été 2013), j'ai quitté ma région natale ("sur-dotée") et j'ai traversé la France pour une région "sous-dotée". Aujourd'hui j'en suis fier, et cela se passe bien.
Et détrompe toi, les banques ne gèlent pas les prêts, du moins pas ici. J'ai 25 ans, marié, bientôt Papa, et je suis en plein projet immobilier. Les taux sont bas, c'est le moment de se lancer. D'autant plus que l'Europe relance la machine à billet. Ce qui annonce le retour de l'inflation.

Mais pour REVENIR AU SUJET PRINCIPAL, parmi les 4 situations que j'ai citées plus haut, laquelle vous me conseillerez et pourquoi ?

Avatar_small

youn

26/01/2015 à 20:40

G_R_Ohm écrivait:
-----------------
Les taux sont
> bas, c'est le moment de se lancer. D'autant plus que l'Europe relance la machine
> à billet. Ce qui annonce le retour de l'inflation.

Lol! Oui c'est ça.

Bonta_mvdcrm

matt_clrvt

26/01/2015 à 22:53

Genre, comme si l'Alsace était sur-dotée ! :P
Plus sérieusement, je suis le seul à ne pas comprendre l'incidence de l'inflation sur l'épargne et tout ce bazar ? Quelqu'un aurait des références à conseiller parce que je suis totalement largué dans ce domaine.

--
- ping -t 127.0.0.brain
- ... sending packets ...
- délai d'attente de la demande dépassé
- délai d'attente de la demande dépassé

Avatar_small

Yvesudiste

27/01/2015 à 01:04

"Et détrompe toi, les banques ne gèlent pas les prêts, du moins pas ici. J'ai 25 ans, marié, bientôt Papa, et je suis en plein projet immobilier. Les taux sont bas, c'est le moment de se lancer. D'autant plus que l'Europe relance la machine à billet. Ce qui annonce le retour de l'inflation."

Je précise mon propos: quand tu investis dans l'immobilier, tu prévois toujours une porte de sortie (i.e récupérer facilement et bien plus). C'est la règle de base.

Et en ce moment je n'achèterai pour rien au monde.

Avatar_small

Eldrya

27/01/2015 à 10:17

Il vaut mieux mettre cet argent de coté pour le réinjecter quand l'URSSAF demandera sa part après les années au forfait.
Perso k'ai eu mon premeir gros rattrapage en fin d'année dernière de 4700€ en étant à peu près dans la situation décrite niveau CA.
Heureusement je ne prenais que 20% sur mes encaissements. Même comme ça en comptant mon premier impôt sur le revenu la dessus j'ai du vider tous les comptes pour payer.

Fullsizerender_mvtcbs

BasArtDentaire

27/01/2015 à 10:36

G_R_Ohm écrivait:
-----------------

> Je te rassure, j'ai également une autre épargne pour ça.

Ok, si il y a une épargne sur la partie rémunération en plus. ;)
En tant que libéral, le terme rémunération ne voulant rien dire de concret...

Quant au pourcentage minimum, il m'est difficile de répondre.
Je n'est que 2 années comptables de recul sur mon propre cabinet et la situation est un peut confuse. (d'où mes angoisses)