comment gerez vous votre stress?

Nouveau_image_bitmap_fz77zh

Sethef

12/01/2014 à 12:54

Quand je suis stressé en perso, le boulot me calme... Chacun ses problèmes j'imagine.

Sinon, comme ça a déjà été dit, sport +++.
Et savoir déléguer ce qu'on ne veut/ sait pas faire, pour se concentrer sur ce qu'on aime; mais ce n'est pas possible pour toutes les spécialités.

Avatar_small

Rose28

12/01/2014 à 17:04

Bonjour,

J'exerce depuis 4,5 ans maintenant et je suis également très stressée par mon métier mais je suis une anxieuse à la base.
Le fait de voir qu'il y en a qui sont stressés (beaucoup je veux dire) encore après 15 ans d'exercice ne me rassure pas.
Je suis également perfectionniste peut être trop, toujours à être insatisfaite de ce que j'ai fait,
me dire que mon endo pourrait être mieux, que le patient va avoir un granulome à cause de moi....bref c'est sans fin. j'ai beaucoup de mal à prendre du recul comme il l'est dit dans les réponse précédentes alors quelqu'un a t-il des solutions concrêtes?
Merci

Avatar_small

Rose28

12/01/2014 à 17:05

réponseS pardon

Avatar_small

doagui

12/01/2014 à 17:30

Je suis du genre perfectionniste aussi, mais depuis que j'ai vu ce que faisaient certains autres praticiens ça m'a énormément fait prendre de recul. Lors de mes recherches de collaboration j'ai visité tellement de cabinets de toutes sortes que ça oblige à relativiser...

J'ai vu des cabinets dans un état de bordel abominable, des cabinets dans lesquels les normes de stérilisations étaient... disons... reléguées au second plan... J'ai bossé au tout début avec une praticienne qui prenait jusqu'à 3 rdv par quart d'heure (bah oui, un rdv classique de 15 min plus une urgence avant et une autre après, simple quoi !), qui ne comprenait pas que je fasse mes composites autrement qu'en les foulant au pouce (monocouche cela va sans dire) et qui ne détartrait que de 33 à 43 et encore, si le patient se laissait faire ! Les endos c'était en manuel bien entendu (bah oui vous comprenez les limes motorisées des fois ça se casse, alors qu'en manuel on n'insiste pas et au premier blocage hop on s'arrête, apex atteint ou non). La prothèse adjointe partielle ou totale se faisait avec une simple empreinte à l'alginate, évidemment.

J'ai également visité le cab d'un expert en CMU, qui était tout fier de me montrer la quantité industrielle de bridges complets mono teinte qu'il posait. Attention là le cabinet était hyper beau, ça brillait et tout et tout, mais alors le niveau des traitements c'était un autre registre...

Quand j'ai réalisé que j'étais ni un sagouin ni un voleur, ça m'a déjà TRES TRES TRES nettement détendu. J'ai vu aussi ces deux praticiens parler de leur activité, et me dire droit dans les yeux (et en étant totalement convaincus) que leur travail était tout à fait normal et qu'ils etaient fiers de ce qu'ils accomplissaient. Depuis j'ai également appris à prendre du recul par rapport aux confrères qui s'auto proclament les rois de la turbine !

Et moi dans tout ça ? Et bien je fais de mon mieux, je prends le temps que je juge nécessaire et je n'hésite pas à admettre mes limites et à adresser chez un spécialiste si besoin est. Mes endos ne sont pas toujours parfaites c'est sûr, mais je fais mon possible, sous digue, et si vraiment je ne suis pas sûr et bien j'avertis le patient et je temporise pour voir comment ça évolue. On ne risque pas la vie des gens, il n'y a rien qui ne soit rattrapable, et tant qu'on fait son possible avec sérieux et bien en général ça se passe pas mal et au pire si problème il y a les patients sont compréhensifs et on trouve toujours une solution.

Avatar_small

mat2t

12/01/2014 à 20:21

.