Assistante dentaire : métier à risques multiples

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 19:49

Je ne connaissais rien au secteur dentaire avant 2010.
J'ai effectué ma formation hors temps de travail c'est à dire en plus des 40 heures hebdo qu'on fait au cabinet. Je travaille avec une praticienne en campagne : rythme moyen 40 h/semaines, 130 patients/semaines soit entre 35 et 38 patients/j sur 3 jours et 2 « matinées » qui confinent plutôt à 5 heures de travail.
Secrétaire de formation (15 ans d'expérience), vu que nous étions sur une création de cabinet et que je ne connaissais pas le métier (j'ai trouvé ce poste par connaissance), j'ai pris à ma charge tout ce qui n'est pas travail au fauteuil (sauf prépa d'eugénate, de pâtes d'obturation, d'alginates et de silicones, réappro des tiroirs, tenue de quelques aspi contre langues rebelles), j'ai tenté de délester au maximum mon employeur (de façon à ce qu'elle n'ait qu'à travailler au fauteuil), prenant des initiatives, mettant en place des aménagements, les affichages légaux, etc : comme si c'était ma boite en fait.
J'ai donc pris à ma charge (dans une ambiance initialement bon enfant et souriante): l'accueil téléphonique et face à face, la gestion de l'agenda (parasitée par mon praticien qui se plante souvent et comble les créneaux d'urgence selon l'humeur du jour), la pré compta, les relances, encaissements, courriers divers, stocks, commandes, stérilisation, la gestion des prothèses, avec les labos, les caisses, les mutuelles, le nettoyage entre chaque patient (euh je n'ai pas le temps les patients suivants arrivent avant que j'ai terminé vu que mon prat' part les chercher avant même que j'ai atteint la salle de soin...), nettoyage de fin de journée parce qu'à 20h30 je n'ai rien de mieux à faire vu que je n'ai que 2 enfants de 5 et 12 ans. J'ai beaucoup de mal à partir à l'horaire indiqué sur mon contrat de travail (19h15) lorsque j'ai un conseil de classe par exemple alors que je préviens toujours très à l'avance évidemment (souvent une réflexion ou un produit à préparer qui ne servira jamais juste pour me signifier un mécontentement).
Je cours toute la journée, le matin en arrivant je n'ai pas le temps de poser ma veste que déjà les requêtes arrivent, je suis interrompue dans toutes mes tâches sans considération de ce que je suis déjà en train de faire car tous les désirs de son altesse doivent être réalisés dans l'instant (voire être anticipés ce qui serait tout de même la moindre des choses) : il faut tout planter : patient, téléphone, pour ramasser un truc par terre ou donner quelque chose vu que la salle de sté est environ à 3m du fauteuil c'est trop loin pour elle autant que je me tape 15m ; bien souvent elle aurait meilleur compte d'y aller elle même mais par principe bonbonne doit y aller. Je travaille avec un personnalité super speed (borderline, bipolaire je ne sais pas mais y'a un truc..) qui court, tape du pied, tape les portes, tape sur les fiches pour signifier qu'on peut faire l'encaissement, met la pression partout et pour tout, fait forcément pas mal de manquements mais n'en tolère aucun chez les autres (surtout pas chez moi bien sûr un bouchon à la poubelle ou un morceau d'alginate par terre et c'est le nez de travers ; le moindre retard pour un patient est c'est un report de RDV illico et pas sur un ton sympa). Les patients me jettent souvent un œil interloqué auquel je réponds par un sourire rassurant... Je dois connaître les patients (ouf j'ai une bonne mémoire – 2557 patients à ce jour après 3 ans et demi d'activité), me rappeler de leur tête, des soins réalisés vu que les fiches papiers ne sont pas à jour (alors que je ne rentre pas les actes, corsé le plan mais j'ai l’œil) de s'ils travaillent et où, et j'en passe.
Bref à ce rythme en mars 2013 j'ai craqué : burn out... Elle m'avait accusé d'avoir jeté une CCM et était devenue toute rouge : il fallait retrouver cette dent, chercher dans les DASRI, bref elle ne paierait pas pour « mes erreurs » (ce n'était JAMAIS arrivé...). J'ai vidé la poubelle DASRI, pas retrouvé de dent, j'ai proposé de payer la CCM ça lui a semblé correct mais tout de même pas encore assez... Je me suis mise à trembler, à pleurer, j'étouffais (ce qui n'est pas du tout mon genre). J'ai mis du temps à m'en remettre. La matinée est passé dans un brouillard épais et lorsque le patient est arrivé elle m'a appelé pour constater que la dent avait été remise en provisoire... De là je n'ai plus fermé l’œil de la nuit, je ruminais sans cesse. J'avais pris ce travail avec trop de cœur, scrupuleusement fait mes commandes au moins cher, au plus juste, géré et organisé mon travail pour pouvoir tout faire dans les temps, j'avais accepté que mes heures supplémentaires soient prises en vacances, j'étais allée travailler même malade comme un chien, j'avais usé mes nerfs à supporter des choses insupportables (faire les courses personnelles, supporter les humeurs bizarres), j'avais même demandé à ce que ma grand mère soit enterrée un mercredi après midi vu que je ne travaille pas cette après midi là et voilà comment j'étais considérée. Ça m'a sciée, littéralement ! J'ai d'abord refusé l'arrêt de travail que mon médecin traitant m'imposait (je ne voulais pas la laisser seule), accepté un antidépresseur, mon médecin a demandé une visite à la médecine du travail, j'ai refusé l'arrêt préconisé par le médecin qui n'a pas toujours pour l'instant posé d'aptitude ferme. Une semaine après suite à une réflexion supplémentaire (devant un patient parce que j'attendais qu'elle termine sa phrase pour encaisser elle m'a dit « qu'est ce que tu fais ? Tu vas t'endormir? », j'ai ravalé ma cuti encore une fois sauf que le week end a été terrible (insomnies, crises de pleurs...) je suis retournée chez mon médecin et j'ai accepté les 15 jours d'arrêt. A mon retour une jolie liste des tâches à faire m'attendait (problèmes informatiques sur des dossiers entre autre vu que mon prat' n'aime pas l'informatique et ne l'utilise jamais) les filtres débordaient, les stocks étaient au plus mal et j'en passe. Avec l'aide de la PAROXETINE j'ai tenu jusqu'à aujourd'hui mais voilà qu'un psychiatre (vu dernièrement suite à des troubles nerveux insupportables pour moi et pour mon entourage: un rien m'énerve très clairement, je ne peux m'asseoir sans avoir la jambe qui s'agite, je me ronge les ongles très sérieusement) me diagnostique bipolaire !!! Je n'ai jamais fait de dépression avant cela, je n'ai jamais eu de troubles de l'humeur. Je sais que c'est cette ambiance de travail qui m'a rendue malade : je suis transformée !!!!
J'aime ce travail, j'ai un bon salaire (2 fois le minimum conventionnel), j'ai 9 semaines de vacances par an, tout pourrait aller pour le mieux, je m'y accroche mais je sens qu'un jour je vais craquer. Voilà, ce long message comme témoignage pour dire aux « collègues » que dans les cabinets dentaires il se passe des choses que l'on n'a rarement vu ailleurs (en tout cas moi jamais) et que la proximité praticien/assistante et l'exclusivité des relations créent des situations inextricables auxquelles il faut prendre garde. Je pense qu'il faut savoir garder en tête que notre salaire même s'il est plutôt intéressant (parfois parce que je sais que pour d'autres c'est la misère en plus) ne vaudra jamais celui d'un praticien (loin de là croyez moi !).
En bref, il ne faut pas supporter l'insupportable car on finit toujours par le payer de sa santé. A bon entendeur !

--
Keep cooooooooooool

Avatar_small

jaune

28/11/2013 à 21:33

terrible témoignage, ça donne froid dans le dos.
Il y a des cons partout, aucune profession n'est épargnée.
je vous souhaite de trouver un autre cabinet, qui respecte et apprécie le travail.
Un ami qui donne des cours au centre de formation, déplore que chaque année, il voit des assistantes en formation, souvent de très bon niveau, totalement anéanties, et pire encore, l'année d'après ça recommence, même cabinet, même scénario, après en avoir usé une, une autre vie le même cauchemar.
Vous êtes mal "tombée" mais dites vous que ça se passe très bien ailleurs, une assistante ou une secrétaire motivée, c'est du bonheur.

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 21:41

Merci de votre compréhension "Jaune". J'attends certaines critiques défavorables de la part de certaines (tjs les mêmes sur ce forum) ; enfin ça fait du bien de voir que malgré la solitude que l'on peut ressentir dans ce genre de situation on peut espérer un certain soutien. En ce qui concerne un autre cabinet franchement je ne sais pas, c'est assez décevant... Je suis une vraie bosseuse, je n'aime pas me tourner les pouces, je fonce et j'aime ça mais je demande un peu de respect et un minimum de reconnaissance

--
Keep cooooooooooool

Nouveau_image_bitmap_fz77zh

Sethef

28/11/2013 à 21:42

J'avoue avoir abandonné avant la fin du pavé.

Il semblerait que tes conditions de travail soient plus difficiles que la moyenne. Tu es également mieux payée que la moyenne.
Manifestement, tu es en souffrance dans cette situation: les points négatifs surpassent les points positifs.

1°: tu mets par écrit, de manière factuelle, tes doléances et propositions, et tu les transmets à ta prat.
2°a: elle accepte, c'est cool, joie dans les coeurs, tout le monde est heureux.
2°b: elle n'accepte pas, tu cherches un autre job et tu poses ton préavis.

J'aime bien les arbres décisionnels, c'est simple.

Nouveau_image_bitmap_fz77zh

Sethef

28/11/2013 à 21:45

Par ailleurs, un certain nombre de dentistes sont effectivement frappadingues. Pour faire bonne mesure, un certain nombre d'assistantes sont absolument lamentables.

Si tu n'estimes pas faire partie de ces assistantes, ne va pas bosser avec ces dentistes. Sérieux, faut pas.

024_nevwou

fistule69

28/11/2013 à 21:50

L'argent ne fait pas le ...
Si le travail ne te plait plus, il est tant de partir, avec classe et panache !

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 21:56

Oui on peut voir ça comme ça, sauf que : je suis bien gentille, fort dévouée mais je ne suis pas débile non plus : en clair si je suis effectivement en burn out avec complications dépressives cela entre dans le cadre d'un accident du travail, cela ne nécessite pas de préavis puisque sera prononcée une inaptitude professionnelle. Ce n'est pas la même donne du tout. Le psychiatre que je vois saura déterminer mon problème. Je tiens à préciser que mon but n'est pas de quitter cet emploi si je peux tenir, je reste !
Faire des doléances... pourquoi pas sauf que quand votre salariée vous dit qu'elle est en burn out et que les tensions professionnelles sont trop importantes, que la réponse apportée est "c'est mon caractère et c'est le travail de l'assistante dentaire", qu'aucune remise en question n'est ne serait ce qu'évoquée et que le seul appel durant les 15 jours est pour demander où est tel produit parce qu'on ne le trouve pas (sans demander de nouvelle) on se dit qu'on ne va peut être pas s'user jusqu'à la corde... Partir donc pourquoi pas... mais pas avec perte et fracas !

---
Keep cooooooooooool

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 21:59

Le lamentable j'avoue que je n'aime pas trop ; par contre le partir avec classe et panache : j'adhère !!!! ;)

--
Keep cooooooooooool

Avatar_small

Piccalilly

28/11/2013 à 22:02

Cosmite,
tu dis bien 38 patients par jour!!!

A ce rythme là n'importe qui devient dingo.

Si elle veut sombrer, c'est son problème, mais il faut te mettre à l'abri, et rapidement.

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 22:07

Ah ben oui mais je ne savais pas moi. C'est ma première expérience dans ce métier, j'ai eu mes 10 modules "the finger in the noise", on me propose 2300 euros net par mois à la campagne, 9 semaines de vacances et 3 journées et 2 matinées de travail par semaine, à 8 kilomètres de chez moi. De prime abord, sympa (on se tutoie, on se demande des nouvelles de papy Maurice et du fiston, on se fait des petites bouffes en famille, des cadeaux pour Noël) et puis chemin faisant on se rend compte qu'on n'a aucune considération ne serait ce qu'humaine, qu'on est bien trop con et forcément bien déçu. Il est clair que si j'avais su j'aurais pas v'nu lol

--
Keep cooooooooooool

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 22:08

Oui c'est bien ce que je dis, c'est du délire. Elle va les chercher en courant, mais en courant vraiment ! Si un arrive en retard ou ne vient pas elle tourne en rond comme un lion en cage, se demande ce qu'elle va faire. Elle met une pression d'enfer... c'est éreintant...

--
Keep cooooooooooool

Index_phnysm

pgc

28/11/2013 à 22:20

Ta santé et ton équilibre mental sont compromis par ton travail dans ces conditions. Ta patronne est insupportable. Elle a sûrement ses raisons, mais tu ne peux pas travailler avec elle dans ces conditions. Si tu gagnais 4 fois plus je te conseillerai de partir idem. Elle va te bousiller et ta santé n'a pas de prix. Méchanceté, remarques déplaisantes, absence de reconnaissance pour le travail fourni, absence de communication, d'empathie et de la plus simple courtoisie. Rythme infernal (38 patients/jours? et autant de plateaux, de paperasse, d'accueil, etc? et tu es seule??!). Comportement étrange. Que faut-il de plus? Personne n'est tenu à l'impossible. Tire-toi. Elle ne te mérite pas.

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 22:25

Merci Pcg ta compréhension "tripale" fait chaud au coeur

---
Keep cooooooooooool

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 22:25

Oups pgc dsl

--
Keep cooooooooooool

237_zxccsc

cosmite

28/11/2013 à 22:29

C'est "marrant" ce que tu dis parce qu'une assistante dentaire visait mon poste et n'arrêtait pas de relancer par des CV (ce qui est louable). Lors de mon arrêt maladie elle a été appelée pour venir en urgence me remplacer une matinée. Lors de son retour chez son praticien, sa collègue que je connais bien lui a demandé "alors ? comment c'était ce remplacement", cette personne lui a répondu "ouh là bien trop speed, je ne pourrai jamais bosser avec elle". Cette assistante a 25 ans d'expérience, elle doit savoir de quoi elle parle...
---
Keep cooooooooooool

Photo7168_ziyb4h

Star92220i

28/11/2013 à 22:45

C est clair que supporter de telles conditions de travail, ce n est juste pas possible, meme moyennant finance...parce qu au final, tes 2300€ par mois et tes neufs semaines de vacances...as tu vraiment l impression d en voir la couleur?

Dis nous tout: tes soirees , quand tu rentres ereintee, de quoi as tu envie? Tes jours de conge: ne te servent t ils pas purement et simplement a recuperer la fatigue accumulee encore et encore?a stresser sur ce qui t attendras demain avec ta prat?

En clair:as tu encore ne serait ce que l impression de vivre normalement?

Avec une personnalite comme celle de ta prat, tu n auras pas meme un merci.
Franchement, je rejoins les autres: pense a aller voir d autres horizons, mais en negociant ton depart a TON avantage.
Pas en te retrouvant en incapacite de travailler....
--
......pArFoIS pOuR eVoLuEr dANs sA vIe, fAuT sAvOiR lAcHeR dU lEsT

Index_phnysm

pgc

28/11/2013 à 22:50

Ta patronne n'est pas "speed". C'est un pandémonium à elle toute seule. On ne discute pas avec la gamine de l'Exorciste quand elle est en pétard. On se tire de devant. On plie les gaules. Cassos. Coda. Stop. Tu veux passer le reste de ta vie professionnelle à fouiller les DASRI à 10 heures du soir, après une journée infernale, pour retrouver une couronne qui se trouve (en fait!) dans la bouche d'un patient? Tu es masochiste? Tu aimes souffrir, sentir le souffle de la vie qui s'écoule lentement par tes blessures? Si c'est le cas alors reste! Sinon va-t-en. Et vite.

Avatar_small

Shadow

28/11/2013 à 22:59

Cosmite seule solution changer de travail. Comme toi j'ai tenu 4 ans en collab avec un patron que je ne voyais pas mais savais très bien me harceler malgré tout. Seule différence je suis dentiste. 4 an ça a été long mais je lui rendais la monnaie de sa pièce dans une certaine mesure. Puis j'ai eu des projets et ai volé de mes propres ailes. Le stress je connais, ses effets ? encore plus ravageur chez moi que chez la moyenne car il empirait mon ALD.
Sincèrement c'était une expérience, il en faut, maintenant que tu sais ce que tu ne veux pas cherches ailleurs, t'entêter à rester au pilori ne rime à rien, on a qu'une vie et une santé, une fois perdue on a tout loisir de la pleurer (je sais de quoi je parle je l'ai perdu vers 19 ans la santé).
Alors si tu veux avoir de l'arrêt maladie, ok, maladie pro compte dessus et bois de l'eau clair, m'étonnerait que tu l'obtiennes. Mais SURTOUT CHERCHES AILLEURS!

237_zxccsc

cosmite

29/11/2013 à 00:13

Je ne vois pas comment je pourrais négocier mon départ à mon avantage. D'une part j'ai un CDI, d'autre part je ne suis pas procédurière (les Prud'hommes ? bof c'est long et puis je ne suis pas quelqu'un de nocif).

Bon il est vrai que les conditions de travail sont carrément hors convention voires hors normes sanitaires (je n'ai pas de dosimètre malgré mes multiples demandes ; elle tient le capteur à la main alors moi quelle importance, je ne veux pas être PCR parce que rien n'est aux normes (les tests ne sont donc jamais réalisés : elle n'a pas le temps), j'enleve les aiguilles moi même et me suis piquée plus d'une fois dans la précipitation (bah c'est pas grave, mets un peu de désinfectant...) ; on tourne avec 2 seringues beh c'est cher (alors je désinfecte vite fait : j'ai de super lingettes et je redonne illico bon pas super mais pas le choix faut que ça file et un sté c'est 1h30 j'en fais 4 à 5/j), elle me passe les portes empreintes pleins de sang, vu que j'étais au tel ou ailleurs deux secondes avant je n'en ai pas mis hé : je n'ai pas le temps : le temps c'est de l'argent chez nous, beaucoup d'argent (!) et j'en passe parce que plus j'en parle plus ça m'énerve hein.

Mes soirées : au top, je rentre à 20h - 20h30 remontée une pile, tout m'énerve, mes enfants m'énervent, mon chien m'insupporte, mon mari qui a préparé un petit plat et attend un peu de reconnaissance a droit à une soupe à la grimace et aux frasques et de la journée (le pauvre). Mes vacances me sont toutes imposées, repoussées selon les humeurs ou les changements de date de Mme (je ne peux pas réserver à l'avance, sauf en août où tout est hors de prix hé j'ai pas 16 000 euros par mois moi). Elle remanie l'agenda comme elle l'entend et moi je suis (j'ai ouvert une plage samedi matin, tu peux mettre des gens de 9 à 11 ; ah bon mais moi j'ai piscine... : y'a du boulot ici!!! ah bon... ben ok alors).

J'ai 41 ans, 20 ans d'expérience professionnelle, je ne me suis jamais retrouvée dans une situation aussi inconfortable. Je crois que le pseudo copinage n'a pas aidé et que je suis tombée sur une personnalité perverse et déséquilibrée. Je suis trop bonne pomme et même encore aujourd'hui après la preuve par neuf que je n'ai aucun intérêt à ses yeux que de servir les siens, je me pousse à y aller tous les matins pour ne pas la laisser toute seule dans son jus parce que je sais qu'elle ne va pas y arriver et qu'elle va se rendre malade (quand tu n'es pas là le téléphone ne sonne pas, j'ai décroché plusieurs fois pour voir s'il n'y avait pas un problème sur la ligne (sic...)). On va finir toutes les deux en HP lol

Keep cooooooooooool

237_zxccsc

cosmite

29/11/2013 à 00:19

Non je ne suis pas maso ; je me sentirais coupable de la laisser. On l'a monté ensemble ce cabinet, nous sommes parties de rien : pas 1 patient. Bien sûr ce n'est pas le mien, bien sûr je n'ai droit à rien. Je le sais. Mais quand même, les patients ont besoin d'un dentiste et dans la région ben c'est carrément la crise ! Si je pars : elle craque et ça c'est clair !
---

Keep cooooooooooool

237_zxccsc

cosmite

29/11/2013 à 00:28

Merci Shadow,
Je vais certainement être obligée de suivre ton conseil : changer de travail. Désolée que tu aies dû subir une expérience aussi désagréable. Personnellement j'attends de ne plus pouvoir du tout, j'attends le jour où elle va dépasser LA borne au moment où elle n'aurait pas dû. Je ronge mon frein, certains jours c'est mieux que d'autres... le lendemain est pire...

---
Keep cooooooooooool

Avatar_small

youn

29/11/2013 à 04:06

Bon j'ai lu tout le tralala. Merci merci c'était pas simple.

Casse toi!

Tu as monté le cabinet? Fais moi rire, tu touchera rien de plus s'il marche ou non (j'ai compris que dans les faits tu as fait pas mal de chose). Ce n'est pas ton cabinet c'est le sien, et visiblement c'est une belle bouse. Donc tu te casses tu fais 30 minutes de bagnole pour un autre cab si il faut le matin et le soir et tout le monde se portera mieux. D'après ce que tu dis t'es complice d'un petit scandale sanitaire en plus. Copain ou pas copain le boulot c'est le boulot, c'est pas pour être méchant mais tu te décris en bonne poire bien naïve, quand on te prends pour une bille et que tu continues...

Enfin bref fais comme tu le sens, mais ça va finir en TS ce truc.

Avatar_small

Piccalilly

29/11/2013 à 08:29

Cosmite,

Il faut partir,

ILLICO PRESTO

Ma grand'mère te dirait que les cimetières sont remplis de gens indispensables...

Ne te rends pas en plus complice de ses manquements en matière d'hygiène! cette situation est parfaitement intolérable.

Avatar_small

eusebius

29/11/2013 à 10:51

bonjour,

elle a compris que tu étais corvéable à merci et en "profite" car pour certaine "personne", être employeur donne tous les "droits"....

franchement, un bon salaire ne te rendra pas ta santé...

avec ce que tu racontes, ta "patronne" ferait mieux de prendre une 2ème, voir une 3ème salariée.....

prends soin de toi, accepte les arrêts de ton médecin avant qu'il ne soit trop tard, (je te dis cela alors que je fulmine sur mon assistante reine des arrêts)...

ensuite, pendant ton absence, soit ta praticienne aura réussi à se débrouiller toute seule, soit elle aura compris qu'elle a "besoin de toi"....

et surtout ne mets pas les bouchées doubles pour rattraper son retard, mais suggère lui plutôt de prendre une salariée supplémentaire...

mais dans l'absolu, vu le peu que tu décris sur l'hygiène, le nombre de patients etc... tu trouveras surement ton bonheur ailleurs....

une question, une ptite 40aine de patients par jour, c'est sur 2 ou 3 fauteuils??

bon courage

Avatar_small

jaune

29/11/2013 à 10:55

cosmite écrivait:
-----------------
> Non je ne suis pas maso ; je me sentirais coupable de la laisser. On l'a monté
> ensemble ce cabinet, nous sommes parties de rien : pas 1 patient. Bien sûr ce
> n'est pas le mien, bien sûr je n'ai droit à rien. Je le sais. Mais quand même,
> les patients ont besoin d'un dentiste et dans la région ben c'est carrément la
> crise ! Si je pars : elle craque et ça c'est clair !
> ---
>
> Keep cooooooooooool

je compatis totalement sur la pression exercée, mais à la lecture des nouveaux posts, je pense pouvoir dire, si, complètement maso !!
Je lis, tout ce que vous assurez, ok c'est génial quelqu'un qui bosse beaucoup et prend des initiatives, mais il y a un truc qui ne va pas du tout,
C'est bien vous qui gérez l'agenda, mettre 38 rdv/jour, c'est pas humain, faut pas s'étonner qu'elle pète un câble, personne ne peut travailler dans ces conditions en toute sécurité, et en plus ce n'est absolument pas rentable, c'est du boulot vite fait, je ne reviens pas sur les conditions d'hygiène vous l'avez fait.
Je pense que l'hystérie est collective, vous blindez un agenda à mort, vous ne pouvez pas ensuite reprocher qu'elle soit speed, il n'y a pas 20 urgences par jour, et dans tous les cabinets normaux il y a une plage horaire bloquée pour les urgences.
Reprenez les choses calmement, demandez lui un temps pour se pencher ensemble sur l'agenda, et posez vous la question si c'est bien malin de prendre autant de risques, parce que à ce rythme vous allez droit vers le clash. Nous on fonctionne par rdv de 30 mn voir 45 mn très souvent.
Votre patricien doit se remettre en cause, mais vous également, pour retrouver une ambiance normale, et si ce n'est pas faisable, il suffit de partir en ayant appris de ses erreurs.
Bon courage, à mon sens, c'est déjà tard pour poser de nouvelles conditions, les patients ont déjà pris l'habitude que c'est oui pour tout et tout de suite, parce que le problème est là, à la base, les rdv sont donnés en dépit du bon sens et de la sécurité.