Dépassements d’honoraires: il faut sauver le soldat Touraine

Forum associé : Exercice professionnel

Asphodele_wfksth

Asphodèle

25/10/2012 à 13:12

Cet article montre bien le montage politique et l'échec inéluctable du système.

La ministre a maintenant deux solutions : nous fiche la paix à tous ou se refaire avec le dentaire et l'optique. On verra sous peu

http://www.jolpress.com/blog/frederic-bizard-depassements-dhonoraires-accord-negociation-marisol-touraine-assurance-maladie-medecins-complementaires-sante-acces-aux-soins-814366.html

MÉDECINE
Dépassements d’honoraires: il faut sauver le soldat Touraine
Posté le 24/10/2012
Frédéric Bizard

Après une séance historique de 21 heures d’affilée de négociation, les parties se sont séparées en signant un relevé de conclusions très flou et loin des objectifs initiaux. Le texte voulu par Marisol Touraine ayant été rejeté à l’unanimité par les médecins en milieu de séance, elle a cédé en contrepartie de la signature d’un accord. Frédéric Bizard nous explique cet échec retentissant pour la ministre de la Santé.

Une histoire montée de toute pièce

D’une promesse électorale d’améliorer l’accès aux soins, La ministre en a fait une croisade contre les médecins libéraux, ceux-là même à qui elle voulait demander tous les efforts lors de la négociation. Pour cela, elle a écrit une fable, présentée officiellement en Conseil des ministres le 11 juillet 2012 et répétée en boucle depuis, destinée à transformer le médecin libéral aux yeux du grand public en satan de l’accès aux soins.

Première contre-vérité : la cause majeure des difficultés d’accès aux soins serait les compléments d’honoraires des médecins. « Nous voulons sécuriser l’accès aux soins en encadrant les dépassements d’honoraires ». Les études de l’IRDES montrent clairement que les renonciations aux soins pour raisons financières n’existent qu’en optique et dans le dentaire, deux secteurs abandonnés par l’Assurance maladie au profit des complémentaires santé depuis quarante ans.

Aucun recul du recours au généraliste ou au spécialiste n’est observable sur les dix dernières années. En revanche, les mesures souhaitées pour la médecine de ville et l’obsession hospitalière de la ministre sont des menaces majeures pour l’accès aux soins.

Deuxième contre-vérité : les médecins libéraux seraient responsables des dérives des coûts de la santé. « Les Français en ont assez des dérives des coûts de la santé ». Le poste des honoraires médicaux est le poste qui a le moins progressé ces dix dernières années parmi les dépenses de santé, et les dépenses de soins de ville en France sont les plus faibles des pays développés (23% contre 33% des dépenses totales en moyenne dans l’OCDE).

Troisième contre-vérité : le système actuel permettrait de tels abus qu’il devient urgent de mettre la profession médicale sous étroite surveillance. « Il faut des sanctions rapides et directes ». Sur les dernières années, l’Assurance maladie n’a adressé des demandes d’explication pour pratique tarifaire excessive qu’à 0,15% des médecins libéraux.
Une gestion politique désastreuse

Une fois montée cette histoire, les mois qui ont suivi ont été une déferlante de propos anti-médecins dont la vénalité, l’inconséquence et la non fiabilité seraient les causes de tous les maux de notre système de santé. Jusqu’à la veille de la dernière séance de négociation, la ministre déclarait encore : « Mon premier objectif , c’est la sanction… je veux des sanctions claires, rapides et efficaces ! »

Elle a montré un bien étrange sens politique en tant que ministre responsable de la santé de tous les Français mais aussi des professionnels de santé. Elle dispose pourtant dans le gouvernement d’un bon modèle de gestion politique d’une profession en désarroi.

En plein chaos avec de multiples affaires sensibles dont la Bac Nord de Marseilles et le passage à tabac du jeune Chaïn la semaine dernière, Manuel Valls a fait preuve d’une gestion politique remarquable en dénonçant fermement les faits, en prenant les mesures adéquats et en réaffirmant sa confiance et sa reconnaissance pour l’ensemble de la profession de policier. En matière de sens politique, on voit se cotoyer le pire et le meilleur dans ce gouvernement depuis juin.

De plus, le silence assourdissant de la droite est soit le signe d’une ignorance du sujet après pourtant dix an de pouvoir ou celui de la perte de tout flair politique suite à sa défaite pour voler au secours d’une profession sous les mitrailles de la ministre et en quête de soutien et reconnaissance.
Un texte pour sauver le soldat Touraine

La grande menace de La ministre était de passer par la loi si les négociations échouaient. Les médecins avaient bien compris que la menace n’était pas crédible tant la ministre avait fabriqué une histoire qui lui exploserait à la figure après le moindre débat démocratique inhérente à une loi. C’est ainsi que nous avons vu lundi dernier une ministre paniquée lorsque les médecins ont quitté la table des négociations à la mi-journée, l’obligeant à appeler un par un les leaders syndicaux en leur indiquant qu’elle répondait à leurs exigences sous réserve qu’un accord soit signé.

Dans ces conditions, les médecins ont préféré signé un texte qui était devenu purement symbolique et politique, en échange de certaines de leurs revendications. À ce stade, le grand perdant de cette négociation est l’Assurance Maladie - donc le citoyen malade et bien portant – qui va voir ses déficits se creuser davantage avec la multiplication des actes, le paiement des cotisations sociales des médecins et les coûts administratifs de la gestion du nouveau contrat.

La compromission de la ministre avait déjà commencé avec les assureurs complémentaires trois jours avant en leur distribuant quelques cadeaux dont une bien surprenante suspension d’un an d’obligation de transparence de leurs comptes en matière de dépenses !
Une révélation de l’usure de notre système de santé

Cette négociation conventionnelle est révélatrice de l’archaisme de la gouvernance de notre système de santé. D’abord, le système conventionnel est au bout du rouleau avec une mascarade de négociation qui aboutit à un marchandage de boutiquiers décorrélé des problèmes réels de l’accès aux soins. Après quarante ans de logique conventionnelle, force est de constater que la dizaine de conventions signées ont été soient improductives soient ignorées par les acteurs du système.

C’est aujourd’hui un moyen pour le politique de se défausser de ses responsabilités en matière de santé et de laisser agir les corps intermédiaires de plus en déconnectés des réalités du terrain et inféodés au système. L’Assurance-maladie ne fait qu’obéir aux commandes politiques, à ses dépens financiers depuis trente ans.

Ensuite, un système de conventionnement sectoriel des médecins libéraux qui est à bout de souffle. Cette négociation a confirmé l’incapacité de l’Asssurance-maladie de combler sa faible prise en charge et le refus des complémentaires d’assurer une bonne couverture des actes médicaux de ville. Il sera inélucable de supprimer la sectorisation tarifaire et d’implanter une liberté tarifaire juste et efficace qui garantisse à tous un égal accès aux meilleurs soins. Il faut pour cela mieux la réguler, ce que ne fait pas ce texte.

Notre système de santé, qui a besoin d’une grande réforme structurelle, ne survivra pas durablement à de tels petits accords politiciens obtenus à la Pyrrhus. La relation médecin-patient, véritable baromètre de l’état de santé du système et basée sur la confiance réciproque de chacun, sort profondément dégradée de la stigmatisation des médecins menée par la ministre. C’est probablement le principal résulat et enseignement de cet événement conventionnel.

Avatar_small

jeff13

25/10/2012 à 13:45

Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi le gouvernement ne nous vise pas pour l'instant? Ils ne s'en prennent qu'aux médecins.
Pour l'instant, les dentistes ne sont pas dans l'oeil du cyclone.
Il y a quelques jours, on voulait une revalorisation des soins, on a intérêt maintenant à faire profil bas

Asphodele_wfksth

Asphodèle

25/10/2012 à 13:55

Faire profil bas ??? cela fait 30 ans qu'on fait profil bas !

L’abatage médiatique et la manipulation politique nous attendent !
Après les médecins, c'est notre tour. Et il faudra tenir bon.

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

25/10/2012 à 14:03

Faire profil bas ?
Tu me diras quand tu as le pantalon aux chevilles tu peux faire profil bas ,ça ne mange pas de pain ;o)

Don_quichotte_xrbqem

Don Chicot

25/10/2012 à 14:07

jeff13 écrivait:
----------------
> Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi le gouvernement ne nous vise pas
> pour l'instant?

Ah bon, et le nouveau devis, tu considère ça comme un cadeau?
Et la possibilité donnée aux mutuelles de créer des reseaux de soins avec remboursements differents, tu dis merci?

C'est pas pire que si c'etait plus pire (slogan cnsd actualisé)

Avatar_small

jeff13

25/10/2012 à 14:32

Quand je disais cela, je pensais aux blocages des dépassements sur les prothèses. Vous imaginez s'ils interdisent les dépassements au delà de 150%, et devoir facturer des ccm à 150€. Ils en sont tout à fait capable au point où on en est.
Le pantalon est certe sur les chevilles, mais ils peuvent encore nous l'enlever

Don_quichotte_xrbqem

Don Chicot

25/10/2012 à 14:36

jeff13 écrivait:
----------------
et devoir
> facturer des ccm à 150€. Ils en sont tout à fait capable.

Les Socialistes, ça ose tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnait :-)))

Marque_a3_t2yegl

Marc Apap

25/10/2012 à 14:58

A ta place, j'aurais évité la majuscule.

Rape_p0as4f

rapelapente

25/10/2012 à 15:30

jeff13 écrivait:
----------------
> Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi le gouvernement ne nous vise pas
> pour l'instant? Ils ne s'en prennent qu'aux médecins.
> Pour l'instant, les dentistes ne sont pas dans l'oeil du cyclone.>

Tout simplement parce-que la CNSD a déjà cédé sur tout!
Et bien sûr tu oublies la modif du code de la mutualité qui se prépare.

Rape_p0as4f

rapelapente

25/10/2012 à 15:33

PAr ailleurs la reculade de touraine fait une démonstration éclatante:

Si le gouv se trouve devant un refus solidaire de tous les syndicats, il recule, tout simplement.

La force est la seule option.
Et nous sommes très fort, pour peu que nous ayons des c--illes

Rape_p0as4f

rapelapente

25/10/2012 à 15:54

LA réforme du code de la mutualité est un désastre pour la liberté de choix du praticien.
Le public est tout à fait apte à le comprendre.
Voilà un sujet qui ne pourrait pas être mal reçu et par le public et par la presse.
Demandez à vos patients MGEN ce qu'ils en pensent.

520790-deux-cles-croises-sur-eux_uyueod

Tapavuméclé

25/10/2012 à 16:15

Cette équipe de branquignols a promis la lune pour se faire élire.

Et la lune est manifestement bien plus loin qu'ils ne l'imaginaient...

Ces gens ne sont pas qualifiés pour diriger un pays dans une telle merde. On sent d'ailleurs bcp de nervosité dans les réponses aux questions faites aux membres du gouvernement (encore ce matin Duflot avait du mal à se contenir, Ayrault qui s'attaque à la presse...grande idée ça de se mettre la presse à dos pour un first ministre!). Et je ne parle pas de Montebourg et de sa marinière bien française (Armorlux a des ateliers au Maroc!!!!)...

Le capitaine et son équipage vous souhaitent la bienvenue à bord du Concordia. En espérant que cette traversée de 5 ans vous laisse...un peu d'oseille.

Avatar_small

king_zoulou

25/10/2012 à 16:19

jeff13 écrivait:
----------------
> Quand je disais cela, je pensais aux blocages des dépassements sur les
> prothèses. Vous imaginez s'ils interdisent les dépassements au delà de 150%, et
> devoir facturer des ccm à 150€. Ils en sont tout à fait capable au point où on
> en est.
> Le pantalon est certe sur les chevilles, mais ils peuvent encore nous l'enlever

Faut le dire en chinetoque pour que les confrères comprennent ?
Les dentistes NE PRATIQUENT PAS DE DEPASSEMENTS D'HONORAIRES.
C'est bon en majuscule ? Ou je trouve un traducteur français chinois ?

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

25/10/2012 à 16:27

Tapavuméclé écrivait:
---------------------
> Cette équipe de branquignols a promis la lune pour se faire élire.
>
> Et la lune est manifestement bien plus loin qu'ils ne l'imaginaient...
>
> Ces gens ne sont pas qualifiés pour diriger un pays dans une telle merde. On
> sent d'ailleurs bcp de nervosité dans les réponses aux questions faites aux
> membres du gouvernement (encore ce matin Duflot avait du mal à se contenir,
> Ayrault qui s'attaque à la presse...grande idée ça de se mettre la presse à dos
> pour un first ministre!). Et je ne parle pas de Montebourg et de sa marinière
> bien française (Armorlux a des ateliers au Maroc!!!!)...
>
> Le capitaine et son équipage vous souhaitent la bienvenue à bord du Concordia.
> En espérant que cette traversée de 5 ans vous laisse...un peu d'oseille.

On ne craint rien. Le navire va rester à l'ancre faute de combustible.

373698_171583336220573_59291450_n_qo7p9y

uɹöɾq

25/10/2012 à 17:00

jeff13 écrivait:
----------------
> Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi le gouvernement ne nous vise pas
> pour l'instant? Ils ne s'en prennent qu'aux médecins.
> Pour l'instant, les dentistes ne sont pas dans l'oeil du cyclone.

Tu sais, une des premières remarques d'un de nos "amis" médecins lors d'une AG d'internes à Paris a été:
"Mais pourquoi ils ne s'occupent pas déjà des DENTISTES?!!!" (pour ceux qui pensent que ce sont des "confrères").

Avatar_reduit_tuudiu

saitosama

25/10/2012 à 17:04

rapelapente écrivait:
---------------------
> LA réforme du code de la mutualité est un désastre pour la liberté de choix du
> praticien.
> Le public est tout à fait apte à le comprendre.
> Voilà un sujet qui ne pourrait pas être mal reçu et par le public et par la
> presse.
> Demandez à vos patients MGEN ce qu'ils en pensent.

Justement, je n'ai pas du tout le même ressenti.

Les patients n'hésitent plus à "faire faire plusieurs devis", à aller se faire bricoler en Hongrie, j'en passe...

J'ai l'impression que pour la majorité d'entre eux, un dentiste en vaut bien un autre... Les MGEN le prouvent bien, depuis que j'ai quitté le protocole, j'en ai perdu une bonne moitié (bon débarras ;) ).

Plaquessiv2_vovj6l

ameli

25/10/2012 à 17:21

jeff13 écrivait:
----------------
> Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi le gouvernement ne nous vise pas
> pour l'instant? Ils ne s'en prennent qu'aux médecins.

Pourquoi dis-tu "visés" ?
Tu penses que les médecins sont devenus une cible et/ou sont harcelés ? Tu te trompes, les jérémiades et plaintes diverses, les menaces, les coups de pub, tout ça fait partie du jeu habituel d'une négociation.

Je crois que tu commets un contresens. La convention médicale n'avait qu'un an. Elle aurait pu continuer tranquillement ainsi sans que personne ne trouve rien à redire.
Une nouvelle négociation a eu lieu, serrée, difficile, qui a (ou plutôt va) abouti à la signature d'un avenant qui recueille l'assentiment da la grande majorité des médecins. C'était une belle opportunité pour les médecins.

Que quelques uns soient perdants, ça ne fait aucun doute : ce sont ceux qui avaient des tarifs "hors norme".
Mais les autres sont contents : en échange de la disparition d'honoraires élevés (et marginaux), ils ont obtenu une revalorisation !

En résumé, tu ne sembles pas avoir compris que la presque totalité des médecins généralistes est très satisfaite.
Le gouvernement actuel a fait davantage pour eux que le précédent.
Notons bien qu'il n'avait pas le choix : non seulement, il voulait faire disparaitre certains abus, mais encore il a besoin des médecins pour réorganiser le système de premier recours et limiter l'hospitalier. Fallait donc lâcher du lest.

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

25/10/2012 à 17:52

"Que quelques uns soient perdants, ça ne fait aucun doute : ce sont ceux qui avaient des tarifs "hors norme".
Mais les autres sont contents : en échange de la disparition d'honoraires élevés (et marginaux), ils ont obtenu une revalorisation !"

J'en connais qui vont se barrer. Comme il s'agit des plus nuls, ça va être difficile pour eux de trouver un autre pays ou exercer.)))))

Plaquessiv2_vovj6l

ameli

25/10/2012 à 18:26

Je viens de relire le premier "post".
Sans insister, je pense que le rédacteur est un grand naïf et qu'il prend la Ministre pour bien plus bête qu'elle ne l'est. Qu'il regarde de façon neutre le résultat et qu'il se pose la question : le ministère a-t-il obtenu ce qu'il voulait ? Lorsqu'il aura vu, il peut considérer tout le reste comme de la stratégie ou de la tactique de combat.
Une négociation se prépare. Toutes les rodomontades et autres persifflages ou fuites sont destinés à la presse, qui répercute avec empressement, puis fait monter la sauce.

Les attaques contre l'adversaire de la négociation sont forcément des attaques sévères : elles n'ont pas pour but premier de rassurer un partenaire, mais de le menacer, de rechercher des alliances contre un adversaire, de le déstabiliser, de lui faire craindre le pire, pour qu'il accepte plus facilement sa défaite.

Les syndicats, qui sont souvent des bénévoles, ne sont pas rompus à de telles méthodes, mais il faudra qu'un jour ils comprennent qu'une négociation est une guerre dans laquelle tous les coups sont permis, et que les apparences sont souvent trompeuses.
Une négociation ne fait pas d'heureux : il y a un gagnant et un perdant.
Dans ce cas, c'est toujours le plus fort qui gagne, celui qui a la menace la plus crédible, celui qui est en position de faire mal à l'adversaire.
C'est bien Touraine qui a gagné : elle a obtenu ce qu'elle voulait. Les médecins ont limité la casse et s'en tirent plutôt bien. Ils ont du lâcher certains des leurs, mais la majorité est rassurée.
Et le reste, les états d'âme, ou les ressentis et avis, ça reste accessoire et sera vite oublié.

Mosquitogif_zt3c7k

mosquito

25/10/2012 à 18:36

J'aimerai bien qu'un journaliste lui demande à notre ministre ce qu'il y avait d'urgent à reporter l’obligation pour les mutuelles de publier leurs frais de gestion.
Si ils sont si pauvres qu'ils le prouvent, sinon ...i

Essai_belle_fille_1_qlvlrg

tsuki

25/10/2012 à 19:45

La vision d'ameli est toujours édifiante pour qui aime la démocratie. Tiens je vous fait partager le courrier suivant. le style est moins choisi que celui d'ameli, mais il s'agit là d'une praticienne (on ne confond pas avec peripat.. svp!)qui bosse.

Lettre du Docteur Arielle SALON, chirurgienne de la main libérale à Paris,
et connaissance de la ministre

Marisol

je te connais depuis que j'ai dix huit ans, et j'avais de toi l'idée d'une
femme brillante, mais en ce moment je pense que tu te trompes de cause, et
que tu ne fais pas le bon choix de société. Si tu vas au bout de ton
intention actuelle, tu diras tout simplement adieu à l'excellence française
en Médecine (et en Chirurgie), et ce sera ta seule responsabilité

J'ai vu ton film (sponsorisé par la MGEN....) diffusé sur la chaine LCP:
c'est un tissu de manipulations, c'est tout simplement offusquant pour un
libéral qui exerce son métier avec conviction

-tu dis "les Français en ont assez de payer pour leur santé"
La vérité est masquée: OUI ils en ont assez de payer... bien sûr!!....mais
parce qu'ils payent DEUX FOIS ! et on se garde bien de le leur expliquer! :
Ils payent une première fois des cotisations obligatoires de Sécurité
Sociale, alors que la sécu ne paye pas les médecins, ou de façon indigne, et
qu'il y a un gaspillage reconnu. N'oublie pas que ce sont les Médecins qui
font l'excellence de la médecine actuelle, et non les administratifs!
"Les Français" payent ensuite pour des MUTUELLES, souvent obligatoires, qui
se gavent avec 35 milliards de recettes annuelles quand les honoraires
médicaux représentent tout juste 2,4 Mds ...et les transports médicalisés
plus de 3 Mds annuels!!...
Ces mêmes mutuelles qui ont un budget de communication et de fonctionnement
supérieur à ce qu'elles devraient honnetement rembourser aux cotisants!

-tu dis "les Français ne savent pas combien ils vont payer chez leur
médecin"... mais ignores-tu que l'affichage des honoraires est OBLIGATOIRE
depuis plus de deux ans, et que la CPAM vient contrôler à peu près deux fois
par an le bon affichage tarifaire dans nos gros cabinets Parisiens?

-tu dis "l'acces aux soins en tarif opposable est limité", c'est totalement
faux à Paris, les centres hospitaliers sont nombreux et très bien dotés,
dans toutes les disciplines.
Mais VOILA, justement, on arrive au vrai problème: quelle médecine veulent
les gens?
Toi même ne supportes pas la prise de RDV gérée par une centrale d'appels
anonyme à l'AP, les trois mois d'attente, l'hétérogénéité des compétences
des praticiens. Tu es la première à faire appel à des spécialistes
particuliers. Mais quand tu viens te faire soigner, sais-tu au moins combien
ça coûte? Mon assistante aux petits soins qui te connait (qui que tu sois
d'ailleurs, et bien avant même que tu sois Ministre), et que les patients
dérangent souvent trois fois pour un seul rdv, et qui veulent tout tout de
suite?l'aide opératoire qualifiée pour que les procédures de plus en plus
contraignantes de la HAS soient strictement respectées, la nounou qui va
garder mes trois enfants pendant que je travaille 65 heures par semaine?
6000 euros d'URSSAF pour mes salariés et moi : çA TE PARLE?, et je ne te
parle pas de toutes mes autres charges sociales, dès lors que je suis une
petite entreprise!

Tu vois, je vais te faire une comparaison très simple:

Dans Paris, actuellement, toute personne qui a faim peut se nourrir, avec un
ticket restaurant, un ticket repas, etc. Seulement bien sûr, avec un ticket
restaurant, ne compte pas avoir mieux que de la bouffe de cantine.
Mais si tu veux bien manger, que du personnel se décarcasse pour te faire de
l'art en cuisine, ça ne vaudra surement plus un ticket restaurant!
Ton choix de société il est là: Si tu imposes qu'on aille dans n'importe
quel restaurant avec un tarif plafonné, et bientôt un tarif unique- ton
TICKET OPPOSABLE quoi- adieu les chefs étoilés de la cuisine française,
adieu l'invention, la création, le talent culinaire, la compétition, la
recherche de l'excellence, le dépassement de soi, la prise de risque
Tu n'imposeras pas à un restaurateur haut de gamme de te faire de la grande
cuisine pour un ticket restaurant
De même, l'excellence pour un spécialiste en libéral signifie bien sûr des
salariés, donc des emplois, car nous tous chirurgiens libéraux dans Paris
employons un, deux, trois salariés. Je te rappelle juste que 75% des actes
chirurgicaux sont réalisés en libéral

Avec ton équivalent de "ticket-médecin" opposable, tu auras une médecine
médiocre, uniformisée, tu auras la cantine, Marisol!

Je vais plus loin dans ton choix de société:
Trouves-tu juste normal, digne, qu'un chirurgien viscéral, bac plus quinze,
concours d'entrée, concours de sortie, (au moins autant d'études que toi au
passage) opère une appendicite et risque la vie de ton enfant pour CENT
SOIXANTE DIX BALLES, je dis bien 170, en tarif opposable?

Et moi, et nous tous chirurgiens de la main, je devrais opérer ton pouce par
exemple, ou un ophtalmo ta cataracte, pour même pas le prix de ton coiffeur?
pour la moitié du prix d'une de tes paires de pompes?
Marisol, ne vois tu pas que c'est INDIGNE?
Oui Raymond Barre a eu raison, mille fois raison, de créér le secteur deux,
il a compris que si la sécu n'avait pas les moyens de financer les médecins,
qui font la Médecine en pratique - ce serait bien de ne pas l'oublier- il
fallait permettre de rémunérer justement un métier difficile et à risques
lourds! Nos "dépassements d'honoraires" ne sont pas un vol du patient, une
goinfrerie coupable, ce sont juste des honoraires NORMAUX dans le monde
actuel avec le niveau de responsabilité qui est le nôtre

As tu déjà dérangé ton plombier pour moins de 200 euros à Paris? As tu déjà
payé une heure d'avocat? trouves tu normal qu'un acte chirurgical (après
quinze ans d'études, deux concours, un internat d'esclavage) soit payé en
moyenne 200 euros, quand on en est pénalement responsable, quand on paye
entre 8000 et 25 000 euros d'assurance en responsabilité, quand on a de plus
en plus de procédures, quand on travaille 65 heures par semaine, quand on
emploie un à trois salariés?

Parlons un peu droit du travail et retraite, puisque tu connais bien le
sujet:
je te parle en tant qu'ancien interne et chef de clinique de chirurgie:
trouves tu normal que l 'on aie tous fait au moins 500 gardes de nuit
entière à l AP, à opérer 24/24 à moins du SMIC horaire toutes les urgences
qui se déversent dans les CHU parisiens, sans même que ce travail de nuit ne
soit comptabilisé en salaire? connais tu une seule autre profession qui
travaillerait de nuit dans des conditions plus que pénibles, sans
récupération, sans prime de ci ou de ça, sans droit à une retraite
anticipée, (cf sncf et autres...)?
Connais tu une seule profession où le point de retraite vient de baisser de
10% cette année seule, sans que personne ne s'en émeuve?

Le battage médiatique et la campagne de diabolisation des médecins que vous
avez orchestrée est tout simplement odieuse
Nous stigmatiser tous parce que 200 praticiens, identifiés sur la place de
Paris ne se conduisent pas bien, c'est de la manipulation détestable
Il y a des gens cupides dans toutes les professions, y compris en politique
Quant tu commences à humilier tes Médecins, c'est comme si tu humiliais ta
Justice ou ta Police, c'est vraiment moche, et tu en paieras le prix plus
tard: tu vas dégrader le niveau de soins, et tu risques même d'aggraver
l'inégalité d'accès aux soins. Sache que les praticiens de renom ne pourront
pas brutalement baisser leur train de vie de moitié, et qu'ils se
déconventionneront. Jusque là, sans attendre que tu nous le dises, nous
voyions tous au moins 30% de patients en tarif opposable, voire
GRATUITEMENT, mais ces patients n'iront même plus voir des spécialistes
déconventionnés, ils n'auront plus que l'hopital comme recours

Tu te trompes de cible: 99% d'entre nous faisons notre métier avec
dévouement et conviction. Le métier de chirurgien est un métier difficile,
que l'on fait par passion, non pas par cupidité. Comment peux tu etre
méprisante au point de nous réduire tous à si peu de chose?

Si la Santé te tient vraiment à coeur, occupes toi plutôt de diminuer le
gaspillage dans la gestion des comptes de la Sécu, les fraudes, les
redondances administratives etc...
Et surtout, sois honnête envers toi-même: tu sacrifies les Médecins à
l'autel des Mutuelles, là est le vrai problème, l'acceuil triomphal que la
mutualité t a réservé en témoigne, et bien sûr c'est pour des raisons de
financements politiques réciproques que tu te gardes bien de dire.
Tu vas jusqu'à censurer les interview qui te comprommettent dans les médias,
nous commençons tous à en entendre parler. Demande -toi plutôt pourquoi les
gens évitent l'hopital en dehors de l'urgence, alors que l'hopital compte
des praticiens extraordinaires, essaie plutot d'optimiser son
fonctionnement, intéresse toi à la Santé plutôt qu'à la Politique

Marisol, tache d'etre juste, pour l'instant l'idéologie te met des oeillères
et tu ne sortiras pas grandie de ces manipulations de l'opinion
Préserve plutôt la qualité de ta Médecine!

avec mon amitié

Arielle

Img_1069_uqtq1h

sylvain.charbit

25/10/2012 à 20:04

tsuki écrivait:
---------------
> La vision d'ameli est toujours édifiante pour qui aime la démocratie.

Moi je l'aime bien la vision d'Améli!!

Elle nous montre que contrairement à ce que certains espèrent, nous n'avons rien à attendre des gens qui nous gouvernent !
je veux dire rien que ne n'allions chercher nous même avec nos tripes et nos convictions!
Elle prouve aussi que les signatures intempestives et répétitives des signataires de conventions pé-écrites par les caisses (CNSD et UJCD) ne pourront jamais aboutir à la dentisterie que nous souhaitons tous réaliser, et encore moins à sa juste valorisation.
Elle prouve surtout, que nous devrions etre plus solidaires, plus impliqués dans la vie de nos instances professionnelles.

Alors si cette vision en énerve un certain nombre, au point de les faire rentrer en résistance, Moi, les propos provocateurs de notre fonctionnaire, je les aime bien !!

Photo-thumb-45_lnhuvp

wakrap

25/10/2012 à 20:05

La vision d'ameli est celle des toutes ces personnes répugnantes qui conçoivent la vie politique comme un combat, il n'y a qu'à voir les termes employés :attaque adversaire combat déstabilisation défaite...

C'est la vision de ces égalitaristes qui veulent détruire l'intelligence car ils sont médiocres, envieux de leurs semblables, et ne veulent pas que des têtes dépassent.
Ils ont le totalitarisme dans la peau et ont pour seul objectif de détruire les minorités qui gênent leurs objectifs.
Jadis ces personnes utilisaient les armes et les disparitions, aujourd'hui, ils se contentent du pouvoir de la loi et foulent au pieds la liberté.

Il est clair , même dans l'analyse d'ameli, que la minustre touraine, n'avait strictement aucun autre objectif que celui consistant à couper les têtes qui dépassent, simplement par idéologie.

69_xtb5lc

barbabapat

25/10/2012 à 20:37

uɹöɾq écrivait:
---------------
> jeff13 écrivait:
> ----------------
> > Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi le gouvernement ne nous vise pas
> > pour l'instant? Ils ne s'en prennent qu'aux médecins.
> > Pour l'instant, les dentistes ne sont pas dans l'oeil du cyclone.
>
>
> Tu sais, une des premières remarques d'un de nos "amis" médecins lors d'une AG
> d'internes à Paris a été:
> "Mais pourquoi ils ne s'occupent pas déjà des DENTISTES?!!!" (pour ceux qui
> pensent que ce sont des "confrères").

Simple, ils s'occupent d'abord des médecins car les dépassements sont anecdotiques en dehors des pontes de l'aphp. Obtenir un accord encadrant quand la majorité des dépassements sont en dessous du niveau du plafond reste assez simple.

Par contre maintenant qu'il y a un accord avec les médecins, il va être bcp plus compliqué de se battre contre un encadrement des tarifs de prothèse avec la cnsd prompte à planter un couteau dans le dos et l'aptitude des dentistes à la grève.

Q42955962076_4064_lcuc3e

dentino

25/10/2012 à 21:09

barbabapat écrivait:
--------------------
>
> Simple, ils s'occupent d'abord des médecins car les dépassements sont
> anecdotiques en dehors des pontes de l'aphp.

Pontes que Mme Touraine irait personnellement consulter, s'il arrivait le moindre bobo, à elle ou un de ses proches.
Et dont les honoraires, dépassement compris, seraient intégralement pris en charge par les deniers publics (via "les frais de fonction" des députés dont, rappelons-le, ils ne veulent en aucun cas avoir à émettre de justificatifs) ou une des super mutuelles taillées sur mesure...