Traçabilité du jetable STERILE

Forum associé : Stérilisation

Tronche2_ug74bc

Franck LE BOURHIS

17/07/2010 à 18:37

Désolé de vous faire part de ma dernière lubie!

Les kits jetables d'instruments (genre sachets miroir/sonde/précelles) achetés en emballage stérile:
tout d'abord, doivent-ils être tracés?
Si oui, au sein du module de stérilisation? ou en tant que matériaux, comme les gants ou les aiguilles...?

FLB

Bn254090_cro88f

Singin' In The Rain

17/07/2010 à 22:59

Bonjour,
j'utilise des sachets de chez Carma Médical
Ils ont une étiquette à code barre de traçabilité qui est collée avec celle des autres sachets du patient sur les feuilles journalières.

Nous trions les sondes et précelles avec le piquant coupant, le reste suivant l'intervention en déchets pour collecte ou en déchets classiques.
Tant que rien n'est obligatoire, nous avons une procédure qui explique ce qu'on fait et le classeur de traçabilité avec les étiquettes.
A priori, ce qui compte c'est de pouvoir prouver qu'on suit ce protocole pour tout le monde.
C'est qd même mieux que des miroirs en vrac dans un tiroir!!!!

En tt cas c'est un grand gain de temps donc plus de présence de l'AD au fauteuil.
Pour l'écologie, plus de déchets OK, mais moins d'eau (Clean One 17l 3 ou 4f/j réduit à 1f, 2 parfois), moins de produits dans les égouts, moins d'électricité, Clean One + emballage + Autoclave de 4 ste/j à une ou deux, moins de déchets d'emballage 1 sachet contre 1 pour instr d'exam+ 1 pour canule aspi

Tronche2_ug74bc

Franck LE BOURHIS

28/07/2010 à 20:24

Singin' In The Rain écrivait:
-----------------------------
> Bonjour,
> j'utilise des sachets de chez Carma Médical
etc...

merci beaucoup à toi qui es le seul à m'avoir répondu, signe que nos terribles soucis de traçabilité n'encombrent pas les neurones de nos confrères ;o)))

J'utilise les mêmes plateaux que toi mais je cherchais une solution pour informatiser la traça du jetable stérile, à l'instar de la traça des sachets autoclavés.
En fait, je me résouds à les tracer en tant que "matériau", puisque chaque plateau n'est pas identifié par autre chose que par un seul n° de lot pour tout le carton!
Quand je m'en sers, je le trace comme je trace un composite ou un implant e basta!

Et si je puis me permettre un tuyau d'ancien utilisateur de petits cahiers, et compte tenu de l'avancement de ta traçabilité, n'hésite pas à passer à la traçabilité informatisée avec lecteur de code-barres: tu gagneras en temps et en simplicité.

FLB

Choixpeau_y0ozxh

Le Choixpeau magique

28/07/2010 à 21:05

Salut Franck, je ne comprends pas trop ce que tu cherches à tracer.
Tu achètes des lots de x kits d'instruments jetables. Dans tes cahiers de procédure, tu notes que chaque patient doit avoir son kit neuf qui est jeté à l'issue de la séance.
Ensuite tu gardes tes factures, et il est assez facile à prouver que le nombre de kits que tu as acheté dans l'année correspond au nombre de rendez vous que tu as eu. Tu n'as pas à tracer une stérilisation dont tu n'es pas responsable, sinon il faut commencer à coller des codes barre sur les pointes de papier et sur les carpules d'anesthésique.
A la rigueur, ce que tu peux chercher à obtenir, c'est la tracabilité de stérilisation du fabricant pour chaque lot, et noter dans le dossier le numéro du lot utilisé, mais ça devient un peu du délire.

Tronche2_ug74bc

Franck LE BOURHIS

29/07/2010 à 01:03

Le Choixpeau magique écrivait:
------------------------------
> Salut Franck, je ne comprends pas trop ce que tu cherches à tracer.
>
> A la rigueur, ce que tu peux chercher à obtenir, c'est la tracabilité de
> stérilisation du fabricant pour chaque lot, et noter dans le dossier le numéro
> du lot utilisé, mais ça devient un peu du délire.

houla!
comment peux-tu dire une chose pareille, toi qui es doté du même exxxxcellent logiciel que moi? hein?
tssssss!!!!!!!!!
Alors d'abord et d'une, tu oublies tes petits cahiers et tes factures de matos et tu traces la sté avé les codes-barres ;o)))
Et de 2, pour noter le n°de lot de tes sachets, tu te sers de la traça matériaux du même logiciel idyllique et ya plus d'problème ;o)))
Aucun délire là-dedans!
Juste à faire paramétrer à ton assistante préférée une fois pour toutes au lieu de la gaver avec des cahiers jour après jour ;o)))

Quant à tracer la sté de ce que tu veux d'autre que les sachets stérilisés par toi ou par les fabricants, pourquoi pas via les matériaux... Mais perso, mes pointes papier sont non stériles et mes seringues d'hypochlorite/edta sont en vrac dans le tub: donc je ne trace point ces choses :o)))

FLB

Marque_a3_t2yegl

Marc Apap

29/07/2010 à 01:14

Franck LE BOURHIS écrivait:
---------------------------
Mais perso, mes
> pointes papier sont non stériles et mes seringues d'hypochlorite/edta sont en
> vrac dans le tub: donc je ne trace point ces choses :o)))
>
> FLB

Mettre en place une usine à gaz pareille pour on ne sait quel hypothétique contrôle ou simplement vouloir être le champion du monde de l'enfilage de perles et ne pas utiliser de pointes des papier stériles, j'en suis sur le cul!

Choixpeau_y0ozxh

Le Choixpeau magique

29/07/2010 à 02:07

Franck LE BOURHIS écrivait:
---------------------------
> Alors d'abord et d'une, tu oublies tes petits cahiers et tes factures de matos
> et tu traces la sté avé les codes-barres ;o)))

C'est ce que je fais déjà grâce à ton guide ! Traçabilité complète, stp !

> Et de 2, pour noter le n°de lot de tes sachets, tu te sers de la traça matériaux
> du même logiciel idyllique et ya plus d'problème ;o)))
> Aucun délire là-dedans!

Ok, je croyais que tu ajoutais une étiquette sur chaque lot jetable.

Casque___pointe_b6ovez

Dr Patsch Hans

29/07/2010 à 06:59

Marc Apap écrivait:
-------------------

>
> Mettre en place une usine à gaz pareille pour on ne sait quel hypothétique
> contrôle ou simplement vouloir être le champion du monde de l'enfilage de perles
> et ne pas utiliser de pointes des papier stériles, j'en suis sur le cul!

pas mieux. Faudrait déjà faire les choses dans l'ordre

Heureusement que ce Confrère est praticien et non pas acteur d'une je ne sais quelle commission de contrôle parce que là, on serait vraiment, mais alors vraiment mal.

d'un autre côté, il le dit au début, c'est une lubie et cela ne devrait donc pas durer avant qu'il passe à autre chose (on peut craindre le pire)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lubie

Tronche2_ug74bc

Franck LE BOURHIS

29/07/2010 à 10:23

Marc Apap écrivait:
-------------------

> Mettre en place une usine à gaz pareille

c'est là que tu pourrais envisager de changer d'avis: ce n'est pas du tout une usine à gaz!

pour on ne sait quel hypothétique
> contrôle ou simplement vouloir être le champion du monde de l'enfilage de perles

dans cet ordre d'idée, on peut simplement parler d'assurer l'hygiène en tentant de suivre les normes obligatoires depuis longtemps.

> et ne pas utiliser de pointes des papier stériles, j'en suis sur le cul!

Comme quoi! ça ne me semble pas une priorité clinique.
Va comprendre, hein Hans???
Mais tu sais, ya 10 ans j'en étais au poupinel, alors je me laisse une marge d'amélioration dans tous les domaines.
Je vais étudier cette histoire de cônes papier stériles.
Il suffit juste de commander une autre référence chez le distributeur... pas de quoi révolutionner le cabinet!
Merci de ta critique positive.
On avance :o)))

FLB

Tronche2_ug74bc

Franck LE BOURHIS

29/07/2010 à 10:28

Le Choixpeau magique écrivait:
------------------------------

> Ok, je croyais que tu ajoutais une étiquette sur chaque lot jetable.

T'es pas ouf?
Que je sois lubique et fanatique peut-être... mais feignant sûrement ;o)))
Non: tu connais la technique= tu saisis une fois pour toutes le nom et le n° de lot et ensuite, tu n'as plus qu'à cocher la ligne qui se présente pour chaque patient.

FLB

Marque_a3_t2yegl

Marc Apap

29/07/2010 à 11:22

Pour rester positif : je ne comprends vraiment pas la supériorité du plateau jetable dans la mesure où :
- il ne contient pas TOUT ce que l'on peut utiliser pour un patient (spatule, spatule à ciment, fraises par exemple)
- il faut quand même nettoyer et stériliser d'autres équipements, qui, de toute façon, doivent être emballés aussi.
- l'empreinte carbone est sans doute très forte (mais on s'en fout, apparemment, et la quantité de déchets à recycler également (le métal des instruments jetables). Pour moi, c'est un non sens. Demandez où sont fabriqués ces instruments jetables.
- les instruments jetables n'ont jamais la qualité, l'ergonomie et les performances (facilité d'utilisation, confort, précision, formes) d'instruments réutilisables soigneusement sélectionnés (par exemple, les miroirs aspirants Miror suction et les instruments LM que j'utilise).
A partir du moment où il faut quand même nettoyer, stériliser et emballer tous les compléments, je ne vois pas l'intérêt de multiplier les emballages et donc les étiquettes de traçabilité.
La règle d'or c'est de diminuer le nombre des emballage en rassemblant le plus possible les instruments dans un même emballage.
Personnellement, je mets sous le même emballage en papier crêpé :
un miroir, une sonde double, des précelles, une spatule double, une spatule à ciment, un insert de détartreur sonique, sa clé, un fraisier flash bur avec 10 fraises).
J'en ai 10, et c'est exactement les mêmes instruments pour chaque patient. Je vois entre 8 et 12 patients par jour en moyenne.
Tout le reste est également emballé dans des sachets biface ou papier seul (Henry Schein USA) quand cela concerne des équipements moins sensibles (seringue, pince de furrer)
Le matériel d'endo (support de limes garni, électrode de localisateur d'apex, réglette+ compresses) est également emballé, comme les instruments courants sous sachet.
Les pointes de papiers sont vendus stériles, emballées par 5. Celles pour Protaper (Dentsply Maillefer) sont parfaites et d'un coût très abordable.

Tronche2_ug74bc

Franck LE BOURHIS

29/07/2010 à 16:44

Marc Apap écrivait:
-------------------
> Pour rester positif : je ne comprends vraiment pas la supériorité du plateau
> jetable dans la mesure où :
> - il ne contient pas TOUT ce que l'on peut utiliser pour un patient (spatule,
> spatule à ciment, fraises par exemple)
> - il faut quand même nettoyer et stériliser d'autres équipements, qui, de toute
> façon, doivent être emballés aussi.

c'est bien pourquoi je n'ai jamais eu le début de l'idée de penser que cette solution soit supérieure à une autre.
Elle est juste différente.
Pour toutes les raisons que tu cites, je ne m'en sers que pour les contrôles, détartrages et urgences (j'ai de quoi mettre un ciment dans de bonnes conditions, voire poser un compo vite fait mal fait en 10mn).
Pour ces courtes séances, le gain de temps est indéniable.
C'est le seul point qui me fait adhérer à l'usage de ces plateaux.
(NB: j'utilise le plateau complet avec canule aspi).
Pour les séances pré-établies, je préfère mon sachet-maison avec du matos "en dur".

> - l'empreinte carbone est sans doute très forte (mais on s'en fout, apparemment,
> et la quantité de déchets à recycler également (le métal des instruments
> jetables).

C'est pourquoi j'avais posé la question du bilan énergétique du jetable versus stérilisation-maison sur la liste "odontonormes" mais personne n'a de données chiffrées à me fournir.
Chacun a ses impressions en fonction de ses goûts...

FLB