le frère de Sarkozy va nous manger tout cru ( comme les opticiens)

Forum associé : Exercice professionnel

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

03/05/2010 à 17:57

2010 sera l’année de l’avènement du plus gros réseau d’opticien. En effet, Harmonie Mutuelles, le premier pôle mutualiste français, et Malakoff Méderic, premier groupe paritaire de protection sociale (dont le délégué général n’est autre que le frère de Nicolas Sarkozy) s’allient pour créer Kalivia, dont l’objectif est de devenir un réseau d’opticiens agréés incontournable “qui doit permettre d’offrir aux clients des tarifs avantageux“.

Et oui les amis, c’est pour notre bien…. ;-)

Le plan est simple : avec 6 millions de clients potentiels (2/3 assurés chez Harmonie, 1/3 chez Malakoff Médéric), Kalivia veut à terme agréer entre 1/4 et 1/3 des 11 500 opticiens de France. Soit un objectif de 3 000 à 3 500 enseignes liés pendant 2 ans et demi. Tout opticien satisfaisant la charte qualité (exigences qualitatives et surtout tarifaires) pourra rejoindre le réseau, s’agissant d’un réseau « ouvert », non limité par un numerus clausus.

Kalivia cherche à avoir une couverture du territoire optimale pour jouer la carte de la proximité: « notre engagement (ou notre intérêt plutot NDLR) est d’avoir un opticien agrée Kalivia dans chaque ville ou chaque campagne dans un rayon de 20 kilomètres », explique aux Echos Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric.

Les opticiens membres du réseau Kalivia s’engageront à adhérer à une charte qualité et à proposer des tarifs compétitifs. Les engagements qualité, qui dépasseront les pré-requis élémentaires (garantie casse des verres et de la monture par exemple) permettront d’offrir un service optimal aux assurés tout en “valorisant la profession”. En échange, les opticiens agréés Kalivia bénéficieront du volume d’affaires potentiellement apporté par les 6 millions de personnes couvertes par Malakoff Médéric et Harmonie Mutuelles.

Quel sera le bénéfice pour les patients?

Guillaume Sarkozy déclare qu”ils se verront offrir des avantages conséquents qui visent à réduire leur reste à charge“. Il s’agit de “répondre au besoin d’orientation dans le système de santé et de limiter le reste à charge des 6 millions de personnes protégées par les deux groupes”.

“Nos adhérents attendent qu’on les conseille dans les meilleures conditions possibles de tarifs, mais aussi de qualité », complète François Venturini, directeur général d’Harmonie Mutuelles. Ceux de Malakoff Médéric pourront ainsi bénéficier de 30% de réduction sur les verres et 10% sur les montures. Ceux d’Harmonie Mutuelles, de 25 à 30% de réduction chez les opticiens libéraux, un peu moins pour les opticiens mutualistes qui pratiquent des prix moins élevés.

L’appel d’offres a commencé le 5 mars 2010 auprès de tous les opticiens de France. Il va sans nul doute remporter un franc succès. Quel opticien refuserait en effet de participer à une telle entreprise (et surtout prendrait le risque d’en être exclu…)? On ne leur donne pas le choix, étant donné que peu de français accepteront de payer plus cher leurs lunettes par fidélité pour leur opticien… « Nous ne sommes pas là pour étrangler les opticiens, mais pour chercher le juste prix dans une logique partenariale ». L’idée nous avait effleuré…

Et comme le linge n’est jamais mieux lavé qu’en famille, le réseau s’appuiera sur les outils de tiers payant développés par Viamédis, dont Malakoff Méderic est actionnaire. Kalivia devrait être opérationnel dès les 15 mai pour les clients de Malakoff Méderic, et en janvier 2011 pour ceux d’Harmonie Mutuelles (regroupant Prévadiès, Harmonie Mutualité, Mutuelle Existence et la Mutuelle Nationale Aviation Marine).

« Ce partenariat représente une illustration de la stratégie de notre groupe qui s’est résolument engagé dans la voie de la maîtrise des coûts et des services à valeur ajoutée tels que l’accompagnement et l’orientation dans le système de soins », a souligné Guillaume Sarkozy. «Je suis convaincu que cette démarche, élargie progressivement à d’autres champs que l’optique, nous permettra de faire avancer la question de la qualité et du coût des soins de façon positive et efficace, en partenariat avec les professionnels de santé»

Des altruistes on vous dit ;-)

En fait, la naissance de Kalivia s’inscrit dans un mouvement général de plateformes de service se révélant encore assez mal perçues par les professionnels de la santé.

L’Autorité de la concurrence peut toujours estimer que ces plateformes favorisaient la concurrence et les intérêts des patients, les professionnels de santé restent très prudents. Et ils ont raison de l’être. Car c’est une manière pour les mutuelles de fixer le niveau des prix et de qualité des produits qu’elles remboursent aux patients.

Et ce n’est pas fini, Kalivia devrait être étendue au domaine de l’audioprothèse d’ici fin 2010, et au domaine dentaire en 2011 soit les secteurs les plus mals pris en charge par l’Assurance Maladie.

Autant il paraitrait presque logique que l’Assurance Maladie -en si grand déficit- fasse cette démarche. Autant il peut être choquant que les assurances privées -à but lucratif rappelons le- cherche à ainsi maitriser leurs couts afin de dégager encore plus de marge.

Le chiffre d’affaires de Malakoff Mederic s’élèvait à 3,3 milliards d’euros au 31 décembre 2008 (3 milliards d’euros en 2007), en hausse de +10,3%, dans le contexte de la mise en place d’une nouvelle organisation des réseaux commerciaux et de l’harmonisation de l’offre de produits suite à la fusion. Ce qui ne les empêche pas d’augmenter en 2009 (suite à l’annonce de la taxation des mutuelles de santé) de presque 3% le montant de la cotisation annuelle de leurs assurés.

Boycottés par certains ordres ou syndicats de professionnels de santé, décriés par les associations de défense des droits des malades, les réseaux de soins se développement insidueusement. Ainsi en 2009, AXA lançait Itelis, sa plate-forme de services dédiée à la prévention et la gestion de réseaux dentaire, optique et d’audioprothèse. En janvier dernier, Groupama et Pro BTP inauguraient Sévéane, une plate-forme dédiée au pilotage des relations avec les professionnels de santé.

La stratégie est finalement enfantine. On commence par pénétrer les secteurs de santé considérés comme “accessoires” par les patients et les pouvoirs publics. On peut se passer de lunettes et de prothèses dentaires, celà ne menace pas notre santé (quoique…), on dérembourse progressivement sous couvert de maitrise des couts et on reporte la prise en charge sur les assurances privées. Jusqu’à ce que celle ci veuille maintenant maitriser la filière de soin et le type de produits de santé pris en charge.

Parallèlement, les deux groupes réfléchissent - séparément -aux implications potentielles sur leur offre de complémentaire santé. « Cela pourra se traduire par des bonifications pour les adhérents qui acceptent d’aller dans le réseau ». Et des pénalités s’ils refusent?

Historiquement présent en assurances collectives, Malakoff Médéric lancera prochainement une couverture santé individuelle à bas prix, destinée à ceux qui bénéficient de l’aide à la complémentaire santé. « En incluant l’aide de l’Etat, l’offre devrait coûter 9 euros par mois à un jeune de moins de 25 ans, et 25 euros au-delà », précise Guillaume Sarkozy. Elle s’appuiera sur « l’offre malin » (verres + monture à bas prix) dont l’opticien agréé Kalivia devra obligatoirement disposer.

Ben voyons.
“Pour l’Autorité de la concurrence, « le développement des réseaux de professionnels de santé agréés par les organismes complémentaires d’assurance-maladie apparaît comme plutôt proconcurrentiel . Ce que tendrait à confirmer la jurisprudence.”

« J’ai le sentiment que nous sommes à un tournant. » Marianne Binst, la directrice générale de Santéclair, a longtemps eu l’impression de prêcher dans le désert, avec ses analyses de devis et ses réseaux. Faut dire qu’elle a du frapper aux bonnes portes. Quand la patronne de cette entreprise « d’aide au consommateur dans le domaine de la santé » (détenue par Allianz, MMA-MAAF, la Mutuelle Générale de la Police et Ipeca), ne s’attirait pas les foudres de l’Ordre des médecins ou de syndicats de professionnels de santé. Mais, aujourd’hui, les choses sont en train de changer, et même les plus dubitatifs - chez les assureurs comme chez les clients finaux -commencent à accepter l’idée que les plates-formes de service et de gestion du risque apportent quelque chose dans l’univers encore peu lisible de la complémentaire santé.

Les lobbystes ne doivent pas y être complètement étrangers…

De fait, l’environnement juridico-réglementaire est aujourd’hui plus favorable aux réseaux agréés par les organismes complémentaires que par le passé. L’Autorité de la concurrence, saisie par Bercy, a rendu en septembre dernier un avis précisant les conditions dans lesquelles « le développement des réseaux de professions de santé peut être favorable à la concurrence et aux intérêts des patients ». La conclusion est sans appel : « Si le risque d’homogénéisation (voire d’opacité NDLR) des tarifs pratiqués au sein d’un même réseau ne peut être exclu, le développement de réseaux de professionnels de santé agréés par les organismes complémentaires d’assurance-maladie apparaît comme plutôt proconcurrentiel. » Pour Jérôme Da Ros, avocat chez Norton Rose, « un assureur qui fera la promotion d’un réseau ne pourra plus être taxé de pratique anticoncurrentielle. Cela met un point final à toutes les tentatives de certains ordres de voir déclarer ces réseaux illégaux ».

Une seule question : pourquoi la législation régissant le domaine de la santé en France devrait elle se ranger à l’avis de l’Autorité de Concurrence, qui remplit certainement parfaitement son rôle dans le droit commercial mais qui ne devrait pourtant n’avoir aucune autorité en matière d’organisation des soins en France!!

Le libre choix du praticien par le patient est un fondement historique de l’indépendance du praticien et du droit des malades. L’influencer économiquement peut s’apparenter à une tromperie commerciale et nuire aux principes mêmes de la libre concurrence… pourtant si chers à Bruxelles.

Parallèlement, la jurisprudence a évolué. « Nous avons gagné tous nos procès », précise Marianne Binst, actuellement en conflit avec le syndicat des audioprothésistes français. Dans un arrêt du 19 janvier dernier, la cour d’appel de Paris a confirmé la condamnation de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes et de cinq conseils départementaux à 78.000 euros d’amende pour avoir incité les professionnels, entre 2002 et 2008, au boycott d’un partenariat avec Santéclair.

Il reste que le secteur des réseaux de soins est encore loin de la maturité. « Le modèle économique n’est pas stabilisé », estime Marianne Binst, évoquant les interrogations récurrentes sur l’opportunité de fusionner les métiers de gestion du risque et de tiers payant. Certains prédisent, à terme, une consolidation autour de 3 ou 4 grands réseaux, au motif que la taille critique se situe désormais aux alentours de 10 à 12 millions de personnes protégées.

3 ou 4 grands réseaux? Cela ne vous rappelle rien?

Ce n’est pas un secret. Les organismes de prévoyance sont pour le moment exclus de la possibilité de détenir directement ou indirectement des laboratoires d’analyse médicale. Mais il s’agit d’un point de faiblesse de l’Ordonnance, d’autant que l’Autorité de la Concurrence a rendu un avis défavorable sur ce point.

Prochaine étape très prévisible à horizon 2016 : le déremboursement progressif des analyses médicales, à grand renfort de moulinet de bras et de gros titres dans les journaux.

Et là, ca va être la fiesta !!

- chaque chaine de labo aura sa mutuelle attitrée et agréé (avec un bilan bio annuel offert, rendez vous compte!!)

- dès l’ouverture du capital des laboratoires (verdict de la CJCE en attente), les mutuelles pourront devenir actionnaires de leurs labo

- elles tiendront donc enfin un moyen de gérer le risque assurantiel pour chacun de leur patient; elles auront la possibilité d’ajuster au mieux le montant de la cotisation annuelle à la situation de santé prédictible du patient et ce tout simplement en fonction de ses résultats d’analyses. Ce ne seront enfin plus des “payeurs aveugles “.

De la science fiction pensez vous ? L’avenir nous le dira. La transition se fera tellement progressivement que nous ne nous en rendrons peut etre à peine compte le moment venu, c’est là le génie politique du 21ème siècle.

Les professions libérales de santé sont à un tournant véritablement historique. Celui de s’allier maintenant pour défendre un modèle réellement indépendant et éthique face aux appétits des assureurs privés… dont le métier est d’assurer un risque, pas de verrouiller le système de soin dans leur seul intérêt.


C'est pour cela que la victoire de la FSDL dans l'affaire MGEN/CNSD sera je pense le talon d'Achille de leurs petites combines.

--
" Si vous ne vous faîtes pas payer ce que vous valez, vous finirez par valoir ce que l'on vous paye!"   

FSDL What Else?

Cal_pencil_ry8wwk

valorel

03/05/2010 à 18:26

Patatrasse écrivait:
--------------------
> un bon gros pavé...

Rah, Pata, tu me déprimes -__-

Nan mais crotte, pfff, il fait moche, j'ai besoin de vacances, de changer d'air, et tu m'achèves avec ça. On m'avait bien dit que les dentistes étaient des sadiques...

Avatar_small

dentalproject

03/05/2010 à 18:34

A part qu'à la différence des opticiens, nous entretenons une relation de confiance (vous ne faites pas mal) et intime avec nos patients. Donc c'est pas encore gagné pour eux, parlons-en avec nos patients, c'est encore eux qui sont en droit de décider pour eux-mêmes.

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

03/05/2010 à 18:39

valorel écrivait:
-----------------
> Patatrasse écrivait:
> --------------------
> > un bon gros pavé...
>
> Rah, Pata, tu me déprimes -__-
>
> Nan mais crotte, pfff, il fait moche, j'ai besoin de vacances, de changer d'air,
> et tu m'achèves avec ça. On m'avait bien dit que les dentistes étaient des
> sadiques...

j'ai hésité Valorel avant de vous balancer ça ,mais je me suis dit qu'avec le temps qu'il fait dehors c'était le bon moment, quitte à avoir un temps de merde ,autant avoir les bonnes news qui vont avec comme ça ,quand il fera beau ,tu auras oublié toutes ces saloperies qui nous attendent et tu pourras partir le cœur léger en vacances.......
--
" Si vous ne vous faîtes pas payer ce que vous valez, vous finirez par valoir ce que l'on vous paye!"   

FSDL What Else?

Modo_rkpw3z

cyberquenottes

03/05/2010 à 19:12

dentalproject écrivait:
-----------------------
> A part qu'à la différence des opticiens, nous entretenons une relation de confiance (vous ne faites pas mal) et intime avec nos patients. Donc c'est pas encore gagné pour eux, parlons-en avec nos patients, c'est encore eux qui sont
en droit de décider pour eux-mêmes.
=======================================================
SAUF que ca se joue pas entre eux et toi mais que la CNSD va te dire ce qui est bon pour toi

et 70% vont plonger direct ce qui est le score maxi auquel s'attend le reseau
et ca lui conviendra tres bien

ces gens là font des cheques , il faut le savoir....( des remises dans les boutiques des cheques cadeaux etc....ils ont de l'imagination rassures toi )
======================================================

--
LA PETITION anti protocole MFP se trouve ICI :

http://tiny.cc/InhAX

!!!!!!! vous êtes 158 a avoir signé !!!!!!!

que vous signiez ou pas c'est mort de toutes façons

et bientôt on va faire un enterrement de 1ère classe
aux différents protocoles mutualistes

hé hé hé

Cuisinier_quocuj

jeff2

03/05/2010 à 19:24

Merci Papatrasse
Il ne faut pas oublier que Guillaume Zarkozy était vice président de CNAM de 2004 à 2005 et il suffit de lire son parcours pour comprendre, comment l'état veut refiler l'optique et le dentaire aux mutuelles et toute sa stratégie.
Nous faire quitter un conventionnement en douceur (avec beaucoup de vaseline)pour nous ligoter avec des entreprises mutualistes aux profits incroyables.

Si les syndicats dentaires ne se regroupent pas c'est la mort de notre métier.
L'individualisme de notre métier, la satisfaction de revenus confortables, leur font oublier que la grenouille finit par se noyer quand l'eau est trop chaude.et il sera bientôt trop tard
Notre profession, aussi bien que celle de médecin et infirmière sont désertées pour le libéral.
Les départs à la retraite en 10 ans vont supprimer 30000 médecins et 15000 dentistes. Ceux qui sortent des facs ne veulent plus du libéral.
Il ne restera plus qu'un nombre suffisant de praticiens pour travailler avec les mutuelles
Bref tout ceux qui n'auront pas de mutuelles, ne pourront se faire soigner. Voir ce que qu'est actuellement le système américain.

Avatar_small

endomaitre

03/05/2010 à 19:27

Oui j'avais compris la volonté sans équivoque du monde financier;mais la précision et les noms ....
Je ne vois pas ce que nous pourrons faire désunis .
Les rats de la CNSD nous avaient vendu avant l'heure.
Le dégout s'installe ,mais je crois fermement que la médecine n'y gagnera rien ,l'ensemble des metiers hypothéqués par l'assurance.Les corps financiers rendant obligatoire leur interposition pour tout achat de bien ou de service,le mediéval universel et mondialisé....
Il faut tuer les financiers...hydre à multitétes ...

Avatar_small

endomaitre

03/05/2010 à 19:37

De plus ils vont recruter à l'étranger ,comme les médecins en grand nombre ,des morts de faim de tous pays trop contents de travailler en France .
Labels qualité etc... noyer le poisson .
Bientot la pizza Sarko ...méderic

Mosquitogif_zt3c7k

mosquito

03/05/2010 à 21:32

endomaitre écrivait:
--------------------
> De plus ils vont recruter à l'étranger ,comme les médecins en grand nombre ,des
> morts de faim de tous pays trop contents de travailler en France .
-------------------------------
il y en a t'il tant que cela des médecins étrangers en médecine de ville ?

Avatar_small

endomaitre

04/05/2010 à 08:55

oui j'ai lu cela dans le quotidien du medecin,1800 cette année si je me souviens bien dont 48% du maghreb.Pas forcément médecine de ville,mais les postes hospitalier pris permettent d'employer à bas prix.

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

04/05/2010 à 11:10

reste plus qu'aux fonds de pensions américains à acheter ces grans groupes de mutuelles francais (ils le font déja avec les cliniques) et la boucle sera bouclée. La victoire de la retraite par capitalisation sur la retraite par répartition. Les bénéfices réalisés sur la santé des francais traversera l'attlantique.

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

04/05/2010 à 12:02

Et dire qu'à la CNSD ,ils ne voient rien venir !!!!!! Incroyable .

"Concernant les protocoles
Là aussi il y aurait beaucoup à dire et je suis irrité des problèmes rencontrés par les confrères concernant les délais et les erreurs lors des règlements. Nous n’avons de cesse de le répéter, et arrivons malgré tout à solutionner bon nombres de problèmes à Paris quand ils nous parviennent.
Je ne vais pas développer, mais nous essayons malgré tout de simplifier les procédures ce qui devrait être le cas dans le courant 2009 début 2010.

Mais au delà de tout ce qui peut déplaire, la politique menée par la CNSD est de solvabiliser au mieux nos patients afin que nous puissions soigner le plus grand nombre et conserver malgré tout un train de vie en rapport avec la pénibilité et la difficulté de notre travail. Et pour pérenniser nos structures! Ce travail de construction a permis à des milliers de confrères de maintenir leur activité alors que la crise a déjà mis à plat beaucoup de petites entreprises. C’est ce partenariat qui a permis à la majorité d’entre nous de tirer notre épingle du jeu. Et les “sirènes” qui ne pensent qu’à détruire les conventionnement et les contrats insupportent au plus haut point, car ile ne tiennent compte que de certains paramètres, et s’en servent à des fins électoralistes. Mais qu’ont ils obtenu réellement? Que proposent ils?
Casser la CARCD? Dé conventionner? Faire grève? Doubler les soins? Oui mais avec quel argent? "

Thierry SOULIE Vice Président de la CNSD

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

04/05/2010 à 12:40

l'argent que donnent les patients à leur mutuelle c'est enorme !

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

04/05/2010 à 13:26

moi je cotise 800 euros par an depuis 20 ans soit 16000 euros à ma mutuelle le dentaire leur a couté pendant cette periode 2000 euros soit une perte seche pour moi de 14000 euros (et je suis gentil je laisse trainer ca sur mon compte courant)le dentaire remboursé par la sécu et les mutuelles est un petit risque qui leur rapporte gros. Le gros risque dentaire c'est le hn (implants, paro etc...) et il n'est pas pris en compte par le systeme de remboursement. Vive la cnsd ! bande de trouillards.

Avatar_small

endomaitre

04/05/2010 à 14:12







Médecins étrangers versus médecins français

Match nul en 2009

Le phénomène est conjoncturel mais inédit et spectaculaire. Alors que la réglementation évolue pour l’intégration en France des médecins diplômés en Europe ou hors UE, le système de soins français a absorbé l’an dernier quasiment autant de praticiens à diplômes étrangers – autour de 3 300 – que de jeunes issus de l’Université française – autour de 3 500.

L’AN DERNIER en France, presque autant de médecins dits « étrangers » sont arrivés sur le marché du travail que de médecins français à l’issue de leur cursus. Cette affirmation est un peu caricaturale car les situations sont complexes ; elle décrit également un phénomène très conjoncturel, théoriquement appelé à ne se reproduire que deux années encore. Elle n’en est pas moins spectaculaire et symptomatique des difficultés actuelles de la démographie médicale.

Si les médecins « à diplôme français » parachutés en 2009 dans le système de soins sont relativement faciles à identifier – ce sont ceux qui ont commencé leur formation universitaire une dizaine d’années plus tôt, à une époque où le numerus clausus tournait autour de 3 700/3 800 (1) –, il n’en va pas de même pour les praticiens rangés dans la catégorie « à diplôme étranger » qualifiés par l’Ordre la même année.

Ceux-ci, étant données leurs voies possibles de recrutement (voir encadré), ont des profils très divers qui conditionnent d’ailleurs leurs portes d’entrée dans le système. Certains ont été diplômés en Europe – ils sont 1 500 en 2009 –, d’autres à l’extérieur de l’Union – ils sont, très précisément, 1 836 (voir « le Quotidien » du 21 avril). À l’intérieur de ces mêmes catégories mais selon d’autres frontières, certains viennent d’arriver en France (ils sont environ 1 700) ; beaucoup y sont depuis au moins cinq ans, au cours desquels ils ont effectivement exercé à l’hôpital (1 600 personnes). Certains sont en début de carrière mais beaucoup sont des praticiens aguerris, dont l’âge tourne plutôt autour de la cinquantaine. Une partie, enfin, de ces médecins vite étiquetés « étrangers » est tout bonnement de nationalité française (avec là encore, deux possibilités : Français à l’origine, ces médecins ont été formés à l’étranger ; ou bien – et c’est beaucoup plus fréquent – de nationalité initialement étrangère, ils sont devenus français une fois venus, leur diplôme de médecine en poche, exercer leur art dans les hôpitaux de l’hexagone).

Le flux doit se tarir.

C’est en grande partie le processus de régularisation massive des médecins en fait déjà employés par les hôpitaux français (avec des statuts de FFI, de PAC ou d’assistants…) qui conduit à ce match nul de l’Université française et des cursus étrangers – le score de cette rencontre tourne même à l’avantage des praticiens étrangers si l’on verse aux dossiers le chiffre, mal connu (peut-être 3 000 chaque année), des médecins à diplôme français qui choisissent, eux, de s’expatrier...

La procédure d’assimilation des « anciens » devant s’arrêter après 2011, le phénomène – couplé à l’arrivée en fin d’études de générations soumises à des numerus clausus desserrés – perdra après cette date beaucoup de son ampleur. À moins que, sous la pression croissante des besoins non couverts de la population, un « stock » de médecins étrangers ne se reconstitue par la filière des spécialisations (voir encadré). À moins aussi que les Européens, de plus en plus courtisés par les territoires français (voir ci-dessous l’exemple de la Haute-Saône) et dont les flux ne sont pas régulables, se précipitent en masse dans les cabinets et les hôpitaux français.

› KARINE PIGANEAU

(1) Le numerus clausus était précisément de 3 583 en 1998, de 3 700 en 1999, de 3 850 en 2000, de 4 100 en 2001.

Le Quotidien du Médecin du : 04/05/2010

Article(s) associé(s) :
Les portes d’entrée dans le système
La Haute-Saône courtise les médecins hollandais







2009

Avatar_small

dedent

06/05/2010 à 15:06

Notre système semble encore protégé tant que la SS couvre notre secteur car après le libre choix du praticien tombera et les réseaux seront tout puissants pour imposer les praticiens et mutuelles du réseau.

Mes patients m'aiment bien et depuis longtemps mais ils préfèrent leur portefeuille.Nous serons 15000 libéraux à être partis de la profession d'ici là .Les restants sans les insulter semblent plus prêts à se faire manger.

Nombreux sont ceux parmi les arrivants qui n'osent même plus tenter le statut d'indépendants.
Et les autres... ils ont toujours une bonne raison d'accepter des compromis ... et se sentent si forts.

La météo n'est pas bonne mais qui aujourd'hui se préoccupe de ce que sera la profession dans 10 ans.

Mon plus grand reproche à notre Président (mais c'est comme cela depuis assez longtemps) est qu'il ne cherche pas du tout à expliquer aux français les choix opérés en matière de santé.Il est clair que le pouvoir actuel veut à court terme nous prendre notre statut d'indépendant et libéral et nous enlever la propriété de notre exercice.

Les biologistes viennent de l'entendre par la bouche du responsable de la biologie au ministère de la santé.

La finalité est que la santé est un marché comme les autres .L'Europe veut ouvrir ce marché mais avant les particularités françaises doivent disparaître et une organisation resistante (réseaux,groupes,mutuelles) doit être en place.

L'information est libre dans notre pays de doux rêveurs .

Avatar_small

sinuslift

06/05/2010 à 15:25

dedent écrivait:
----------------

> Mon plus grand reproche à notre Président (mais c'est comme cela depuis assez
> longtemps) est qu'il ne cherche pas du tout à expliquer aux français les choix
> opérés en matière de santé.Il est clair que le pouvoir actuel veut à court terme
> nous prendre notre statut d'indépendant et libéral et nous enlever la propriété
> de notre exercice.
>
> Les biologistes viennent de l'entendre par la bouche du responsable de la
> biologie au ministère de la santé.
>

Y a plus qu'à voter a gauche aux prochaines elections....et puis comme ca on aura gavé de social et de cmu (special dedicace a Martine)

Avatar_small

dedent

06/05/2010 à 15:29

je ne cautionne pas du tout la malhonneteté politique .De plus en plus de français ne veulent plus voter et ce n'est pas en mentant par omission que l'on va conforter la démocratie.

Boneym_nf4qsi

Patatrasse

06/05/2010 à 15:52

attends il en reste des hommes politiques pro-libéraux : De VIllepin et Dupont Aignan !!!!!!
Ok j'déconne ;o)
--
" Si vous ne vous faîtes pas payer ce que vous valez, vous finirez par valoir ce que l'on vous paye!"   

FSDL What Else?

Avatar_small

dentalproject

06/05/2010 à 21:22

Notre force est dans notre relation "intime" avec nos patients, notre force est dans notre discours, notre force est dans notre compétence. La politique du porte-feuille en dentaire n'existe pas, les patients viennent nous voir car ils ont confiance en nous. S'ils n'ont pas peur, s'ils n'ont pas mal,s'ils ont confiance, ils sont payeurs. En somme, en leur expliquant que certains n'ont pas de boulot et qu'ils doivent signer des conventions avec des mutuelles, pourqu'elles leurs envoient des patients, je pense qu'ils comprendront.
Et pour ceux qui pensent qu'on doit être mis au SMIC ils n'ont rien à faire dans nos cabinets.

Prod_1280_mscsgu

JohnJohn

21/05/2010 à 17:36

Je viens d'apprendre que notre cher Brother's President serait en pour parler pour reprendre l'ancienne structure de soins de la sécurité sociale minière.
Il mettrait la main pour Mederic sur un ensemble de structures médicales spécialisées ou non, un laboratoire d'analyse et des cabinets dentaires.
Et tout cela aux alentours de 2012-2013...

Capture_d__cran_2015-03-12_12.28.09_h7phuc

chicot29

22/05/2010 à 03:13

on va donc avoir à faire au frere mais qu'est ce qu'il fout là? du textile à la santé ? on aurait tout aussi bien pu avoir le fils ! sacrée famille !

Avatar_small

mark's

28/05/2010 à 22:04

Ne personnalisons pas.

Où est le problème?

Chacun aura la patientèle qui lui ressemble, point.

Toutes les gesticulations législatives ou juridiques n'empêcheront pas la pression consumériste exercée sur les patients, par le marché en général (ce que Steichen a toujours bien décrit), par les organismes prestataires de remboursement ensuite, qu'ils soient d'état ou de grands groupes mutualiste ou d'assurance.

Si tel praticien arrive par sa compétence à convaincre un patient de lui conserver sa confiance en dépit de ses tarifs, ou de sa non appartenance à un réseau, voire son déconventionnement, bravo et no problémo!

Si tel autre peut justifier que certains de ses actes hors protocole, hors nomemclature, hors barème de réseau à la mormoil, sont assez bons pour le patient qui s'en trouve convaincu, il n'y aura pas plus de lézard et du beurre dans les épinards.

Si enfin il s'en trouve pour trouver l'équilibre dans chacun de ces carcans, quel libéral fier de son indépendance irait lui chercher des poux sous la casaque? :)

Je trouve assez drôle de voir les mêmes qui râlent sur la passivité, ou l'impuissance, ou la complicité de la plupart de nos instances dites représentatives ou garantes de notre exercice, en appeler à celles-ci, ou espérer en leur réveil, aussi soudain qu'improbable, quand ils considèrent le danger plus proche ou plus totalitaire.

La puissance de l'argent serait-elle plus à craindre que celle de l'étatisation?