Open source et DSIO

Avatar_small

Jojo

26/01/2004 à 14:29

Une solution OpenSource pour CD aurait des chances d'exister si des CD se mettaient à développer un tel logiciel en plus de leur travail, et décicent aussi d'en produire les logiciels d'installation multi plate-forme, la documentation, la réponse aux questions etc., le tout bénévolement bien sûr.

En effet, je ne vois l'intérêt pour un informaticien de développer gratuitement un logiciel dont il n'aura aucun usage. La majorité des logiciels opensource ont été développé par des informaticiens qui en avaient besoin pour eux même ou pour leurs recherches (éditeurs de textes, tableurs, bases de données, serveur Web etc). je ne pense pas que ceci s'applique aux logiciels dentaires.

Je pense que la solution DSIO est beaucoup plus adaptée et mérite à être étendue à l'ensemble des données importantes (incluant les radios). Le CD peut ainsi récupérer toutes ses données sur son ancien logiciel, et les transférer sur un autre, qui lui offrirait ce que l'ancien ne lui fournissait plus, ou ce que l'ancien commence à lui facturer de façon éhontée.

Tant qu'il y a de la concurrence, il y a de l'espoir (dommage pour ceux qui ont choisi un logiciel cul de sac qui leur refuse l'export DSIO).

Avatar_small

dot doc

26/01/2004 à 18:48

L'existence de normes documentées, ouvertes, et libres de droit est en effet indispensable pour que se développe pleinement un marché concurrentiel en informatique.
La grande majorité des secteurs économiques connaissent cette situation satisfaisante :
On peut citer :
- L'informatique hardware depuis l'IBM PC.
- Internet depuis toujours.
- La distribution avec le code barre.
- La comptabilité et la gestion avec des normes légales.
- Les banques et les transactions interbancaires
- etc ...

Désolé mais on est très loin du compte en médecine libérale.
On nous a bien fermé tous les nouveaux compartiments que sont la radio numérique ou la télétransmission.
On utilise des formats et des protocoles exotiques dont on ignore tout.
Ce qui est grave n'est pas que l'on n'y comprenne rien (après tout ce n'est pas notre boulot), mais qu'un informaticien ne peut pas, de manière simple, intervenir sur ce marché.
On n'a pas les compétences pour réaliser seuls une solution ouverte, mais on n'a même plus la possiblité de se grouper pour en payer le développement (Ce qui a pu être fait dans la plupart des secteurs d'activité).
Il ne reste donc que quelques acteurs "accrédités" pour se partager, ce (très) gros gâteau.