Un nouveau métier: conseiller dentaire

Forum associé : Exercice professionnel

Avatar_small

françois

25/05/2004 à 13:49

Ca se passe en Suisse...
Encore une dentiste qui a trouvé un moyen de ne pas se salir les mains en gagnant de l'argent sur ceux qui ont le courage de le faire.
La petite histoire de la couronne est superbe...

[url]http://www.matin.ch/nwmatinhome/nwmatintendances/le_matin2/votre_dentiste_est-il.html
[/url]

Avatar_small

doc a

25/05/2004 à 15:52

elle ressemble un peu à notre Arlette nationale non?

Avatar_small

dot doc

25/05/2004 à 16:39

C'est pas sympa pour Arlette !

Avatar_small

dot doc

25/05/2004 à 16:45

Elle devrait monter un truc avec Steichen, genre conseillers pour dentistes et patients.
Séminaire de 3 jours avec présence du praticien, de l'assistante et du patient. Le top du coaching !!!

Avatar_small

pepelemoko

29/05/2004 à 19:34

C'est en francs suisses en plus......

Avatar_small

Pier

29/05/2004 à 23:45

Finalement, pourquoi ne faisons nous pas tous comme cela?
Le patient va voir un chirurgien-dentiste qui lui établi un devis.
Il va ensuite voir un deuxième praticien pour se faire expliquer le devis et un troisième pour avoir le commentaire des explications.
Il se rend ensuite chez un cinquième praticien qui lui fait l'analyse des commentaires et chez un sixième qui lui fait l'exégèse de l'analyse.
L'avantage, c'est qu'une fois le système initié, il n'y a pas de raison pour que cela s'arrète.
Car l'exégèse de l'analyse appelle à son tour des éclaircissements que se fera un plaisir de communiquer un septième dentiste.
Ces éclaircissements venant en fait sur tout ce qui aura déjà été dit devront être débroussaillés voire défrichés par un huitième praticien qui au passage enrichira sa glose de quelques annotations qui a leur tour feront l'objet d'observations de la part d'un neuvième thérapeute, observations enrichies elles-même par les remarques d'un dixième intervenant non moins compétent que les autres.
ET dire que des générations de philosophes et de savants ont passé des nuits à rechercher le mouvement perpétuel.
Car, l'esprit un peu confus et légèrement embrouillé par toutes les réflexions que n'a pas manqué de susciter le premier devis, il y a fort à parier que le patient n'en restera pas là.
Et c'est le coeur léger qu'il ira quérir auprès des hommes de l'art de nouvelles réponses aux interrogations que lui pose son cas.

Après tout, pourquoi pas?

Mais c'est là que le problème se pose: Toutes ces différentes consultations de valeur inestimable devront bien entendues être honorés à leur juste valeur.
Alors, comment donner la juste valeur de quelque chose d'INESTIMABLE?

Quelqu'un a-t-il une réponse?